Enfant de la pub

par 2commentaires No tags 0

Rencontre avec le PDG de France 24, Alain de Pouzilhac. Cet ancien PDG d’Havas au physique de matamore sévillan possède un avantage unique dans le paysage télé français : il est riche. Et donc libre. Pouzilhac, qui a bâti une belle carrière de publicitaire (et à qui l’industriel Vincent Bolloré va devoir verser un joli magot pour l’avoir virer sans ménagement de la présidence d’Havas), appartient ainsi à cette race de dirigeants qui n’ont rien attendre de l’Etat. En tous les cas, pas un plan de carrière. Ce qui fait de cet individu, chaleureux et pugnace, un être au franc parler rassurant. Etonnant parcours que celui de cet ancien « pubeur », qui semble aussi à l’aise à la tête de cette chaîne tout-infos -qu’il a fait démarrer sur les chapeaux de roue- qu’au sein d’une réunion de Procter & Gamble. Pouzilhac m’expliquait que le réseau qu’il avait tisser durant plus de 30 ans dans la pub lui était très utile aujourd’hui. Notamment aux Etats-Unis où il est connu comme le loup blanc. C’est grâce, en effet, à ses relations au plus haut niveau de l’establishment publicitaire (qu’il s’agisse des patrons américains d’Omnicom ou d’Interpublic, les deux géants mondiaux du marché) qu’il a pu pénétrer certains cercles. Il s’envolait ainsi la semaine dernière pour New York, afin de rencontrer le PDG de Time Warner, en personne, afin de négocier la diffusion de France 24 sur certains câblés américain. Sans l’intervention de l’un de ses éminents amis publicitaire, il n’aurait sans doute jamais eu ce rendez-vous et en tous les cas pas dans des délais aussi brefs. Et France 24 n’aurait jamais eu la fenêtre qu’elle s’apprête à décrocher à New York, sur les bords de l’Hudson où elle voisinera demain avec CNN et Fox News.

0
2 Comments
  • arturh
    mars 17, 2007

    Le « CNN à la française » diffusé à côté de CNN. Ce sera l’occasion de vérifier qu’il y a la même différence entre un « CNN à la française » et CNN qu’entre un « Ted Turner à la française » et Ted Turner.

  • Christophe
    mars 26, 2007

    les fautes d’accord, c’est quand même la loose Renaud.