Autocensure

par 12commentaires No tags 0

L’information selon laquelle, la « First Lady », Cécilia Sarkozy n’a pas voté au second tour de l’élection présidentielle a été diversement traitée par les chaînes de télés, c’est le moins que l’on puisse dire. Cet épisode –qui aurait déchaîné les passions, s’il s ‘était déroulé aux Etats–Unis ou en Grande-Bretagne- en dit long sur l’état de tétanie dans lequel se trouve une partie des médias français, depuis l’élection de Nicolas Sarkozy. Censure et autocensure : lundi 14 mai, PPDA s’est livré, en tous les cas,  en direct à un numéro d’escamotage assez rare. C’est d’une petite phrase, glissée à la va-vite, entre deux informations, que le journaliste de TF1 a évacué le sujet, ne faisant simplement état que d’un début de « malaise » au sein de la rédaction du Journal du Dimanche, suite à la non parution dans ce journal d’un article consacré au sujet en question. Point final, on n’en saura pas plus. Et encore moins dans le journal de Claire Chazal, le lendemain, cette dernière ayant fait l’impasse sur la question.  Tout cela bien sûre n’a aucun rapport avec le fait que Martin Bouygues entretienne des relations ténues avec le nouveau chef de l’Etat. Lequel aurait demandé à l’entrepreneur d’installer à la direction de l’information de sa chaîne, et en lieu et place de Robert Namias, le directeur de la rédaction du Figaro, Nicolas  Beytout, dont il est un proche – ce fut le seul patron de presse invité au Fouquet’s, au soir de l’élection de Nicolas Sarkozy.

Dans le même temps, France Télévisions nous a donné une jolie leçon d’immolation en direct. Le journal de France 3, dont il faut tout simplement saluer l’honnêteté journalistique, a fait preuve d’un beau sang-froid en consacrant un long sujet à l’affaire, une équipe de la chaîne ayant même mis la main sur le bordereau d’émargement de Cécilia Sarkozy, un document filmé et sur lequel on pouvait voir qu’il était vierge de toute signature. C’est ce qui s’appelle de la part des journalistes de France 3 du bon travail. Il va sans dire que l’équipe dirigeante de cette chaîne, que Nicolas Sarkozy avait déjà tancé durant la campagne, (considérant qu’il  y avait été fort mal traité) peut craindre quelques représailles. Faut-il déjà qu’elle prépare ses paquetages ? Il se dit, en effet, qu’un avis de coup de vent est annoncé sur France Télévisions…Des embruns qui ne devraient pas atteindre « La Une », protégée de la foudre, on l’a compris. A peine installé à l’Elysée, Nicolas Sarkozy y a parachuté l’un de ses plus proches collaborateurs, Laurent Sollys, garçon de qualité, dit-on, mais dont l’éxil n’est pas du meilleur effet.  

0
12 Comments