Les bons conseils…

par 122commentaires No tags 0

L’affaire Elf, ce formidable téléfilm en deux parties diffusé sur Canal+, n’a pas enregistré le succès escompté, malgré une excellente presse et un bouche à oreille efficace. Dommage, d’autant que ce récit est une traduction plus que fidèle de ce que fut l’affaire Elf (la vraie), comme me l’a expliqué l’un de ses protagonistes, qui n’y trouve rien à redire. Et pour cause. Certaines scènes de ce téléfilm sont, en effet, tellement proches de la réalité qu’elles n’ont pu être inspirées que par l’un des acteurs de ce qui restera, pour l’Histoire, l’un des plus grands scandales politico-financier des années 80.

Mais qui ? Oui, qui parmi les anciennes grandes figures de ce scandale a pu conseiller les auteurs de ce téléfilm, au point de leur donner des détails qui n’ont jamais figuré dans le dossier  d’instruction ?  Mon interlocuteur, que la genèse de ce tournage semble amuser, me donne en mille le nom de celui qui  a tantôt recadré, tantôt  aiguillé, les scénaristes, à coups de petits éclairages et d’anecdotes inédites, délivrés lors de quelques déjeuners pris avec une partie de l’équipe du film. Il s’agit tout bonnement de l’ancien PDG d’Elf, Loïc Le Floch-Prégent, ni plus ni moins. Ce dernier a ainsi joué les conseillers de luxe en amont du tournage. Entrouvrant sa mémoire, Le Floch s’est même permis de tricher de temps à autre  avec la réalité, en édulcorant, notamment, et à bon escient, certaines scènes inédites.


Ainsi, il en est une savoureuse que me raconte, aujourd’hui, mon invité, qui en fut informé, à l’époque. Un soir,  Le Floch-Prégent rentre à son domicile et trouve son épouse en galante compagnie. Eclate, alors, une violente scène conjugale qui verra quelques jours plus tard le PDG d’Elf se faire tancer par François Mitterrand, qui le sommera de ne plus remettre les pieds à l’Elysée tant qu’il n’a pas divorcé, l’ancien président défunt ayant estimé, à l’époque, que cette épouse infidèle devenait un danger, compte tenu des informations qu’elle détenait sur Elf.


Dans le film de Canal+, cette anecdote, sérieusement revue et corrigée, témoigne en tous les cas de la participation de Le Floch  à l’élaboration du scénario. Car qui connaissait, à part lui, cet incident scabreux ? Reste que cette scène, revisitée par Canal+,  est bien moins embarrassante pour l’ancien patron d’Elf,  que sa version « live ». Si l’on voit toujours Le Floch-Prégent  rentrer chez lui, ce n’est plus l’amant de sa femme qu’il découvre en fâcheuse posture dans son salon, mais son chauffeur en grandes discussions, simplement. Le téléspectateur n’y verra pas malice. Quant au mari bafoué, il trouvera dans cette version acidulée un semblant de réconfort: l’honneur est sauf.  

0
122 Comments