Reliques

par 18commentaires No tags 0

Il va falloir s’y faire: d’ici à quelques semaines, début janvier, deux stations de radio qui faisaient partie de notre paysage, de notre patrimoine, devrait-on dire, à savoir RFM et Europe 2, vont changer de nom, pour prendre celui de Virgin. Et ce au terme d’un accord qui a vu le patron  anglais de cet empire, Richard Branson, négocier, cet été, ce changement de marque, moyennant finances. Une opération pour le moins curieuse (dont on ne sait pas grand chose des modalités), qui voit deux stations de renom changer de main en douceur, le groupe Lagardère (propriétaire de RFM et d’Europe 2) continuant d’affirmer, mordicus, que ces deux musicales restent, malgré cette opération, dans son escarcelle.

A voir…..Richard Branson, qui n’a rien d’un philanthrope, n’a pas réalisé cette affaire pour les seuls beaux yeux du groupe Lagardère. On sait que les quelques millions d’euros investis par Branson dans ce rachat de marques ne sont qu’une étape en vue de l’absorption de ces deux stations. C’est en tous les cas le voeu rentré de l’homme d’affaires britannique qui entend aller bien plus loin . 
Quant à Arnaud Lagardère, il  n’a jamais vraiment fait mystère de sa volonté de se séparer, tôt ou tard, de son pôle radio. Je me souviens, ainsi, d’un déjeuner avec lui, à l’été 2006. Lors de cette discussion à bâtons rompus, l’industriel s’était même interrogé, à haute voix, sur l’utilité de garder Europe 1 dans son giron, ayant d’autres idées de dévelppements en tête, notamment dans le sport. Et il s’était posé la question : «Combien peut valoir aujourd’hui  une radio comme celle-ci ? ». « Plus de 150 millions d’euros », lui avais-je répondu, au doigt mouillé,  en lui rappelant que son père avait racheté cette station pour 500 millions de francs, au début des années 80, une belle somme à l’époque. Arnaud Lagardère, qui semblait ignorer le poids économique réel de ce qui fut l’un des fleurons du groupe, donnait à cet instant le curieux sentiment d’un homme en train de faire l’inventaire de son empire. Et qui découvre au fond d’une vieille malle une relique dont il n’aurait aujourd’hui que faire.            

0
18 Comments