simulacre

par 7commentaires No tags 0

Jean-François CopéLa commission, constituée autour de l’avenir de la télévision publique et mise en place par Nicolas Sarkozy, a t-elle déjà du plomb dans l’aile? A peine installée par Jean-François Copé, on apprend que la majorité des parlementaires socialistes, conviés à y figurer, ont décidé de la boycotter. Et on serait presque tenté de leur donner raison. Pourquoi, en effet, aller cautionner ce qui ressemble fort à une sorte de mascarade. Parce que, ce ne sont pas les forces vives du Paf, invités autour de la table, (au premier rang desquelles, l’inoxydable Jacques Chancel), qui influeront, en quoi que ce soit, sur un dossier piloté, au plus près, par l’Elysée.


Ce simulacre de concertation n’est pas une première. Voilà plus de vingt ans que l’on nous sort du chapeau, à périodes régulières, des commissions d’experts, dont les travaux finissent, inexorablement, à la broyeuse.  Oui, c’est à l’Elysée, que les choses se décident, s’arbitrent et se décantent. Et ce depuis l’invention de la cathode et les premiers pas politiques d’Alain Peyrefitte.


C’est ainsi, (et on vous le donne en mille), que la directrice de cabinet du chef de l’Etat, en personne, Emmanuelle Mignon, s’est récemment proposée pour rédiger le projet de loi sur l’audiovisuel, qui doit débouler à l’Assemblée, d’ici à l’été. Une initiative accueillie fraîchement par l’entourage de Nicolas Sarkozy où on met en avant le peu d’expérience de l’intéressée, en la matière. Il n’empêche, même retoquée, l’idée en dit long sur l’emprise qu’entend exercer le Château sur un dossier piégé, l’objectif inavoué étant de ne faire aucun cadeau à l’actuel PDG de France Télévisions, Patrick de Carolis. Toujours dans le collimateur. Aux dernières nouvelles, c’est le secrétaire général adjoint de l’Elysée, François Pérol, qui se serait attelé à la rédaction du fameux texte.   

0
7 Comments
  • Alain
    février 19, 2008

    La phase actuelle est politicienne : lancement d’une comission contre boycot. L’opposition n’a rien à dire sur le fond et gesticule. Vous lui prétez voix en parlant de mascarade sans véritable fondement. Le mot est fort. Il faudrait peut être attendre un peu et de voir avant de critiquer. C’est beau le journalisme d’invetigation …

  • flais
    février 19, 2008

    … encore une fois: n’importe quoi.

  • fabulon
    février 19, 2008

    ce qui est rassurant, c’est que le « bling bling »… ça ne dure pas et puis c’est moche quand des gens vont pas bien dans leur vie… de se montrer comme çà: « c’est moi qui l’est! et pas toi! – c’est nul, mauvais et méchant –

  • bob
    février 20, 2008

    on se fou vraiment de notre gueule

  • magiccircus
    février 20, 2008

    j’ai lu il y a quelques temps avant cette annonce que Tf1 aurai un budget en déficit de 7 à 8 pour cent,donc cette histoire de supprimer la pub sur les chaines publiques ne lui pas venu tout seul,cela permettrait à Tf1 de maintenir à flot pour un moment ses caisses et ses actionnaires…

  • Geoff Young
    avril 6, 2008

    Indeed,it is true, it’s always true. Comments ain’t even necessary.

  • Angelo22
    avril 9, 2008

    You have to revise your opinion. Repeating this nuttery misses your point. Give us proofs. Not just with words, but with deeds.