Années sombres

par 1 No tags 0

                                                                                                      Bruno Gaccio

L’affaire Gaccio, du nom de l’ex auteur des Guignols qui aurait été surveillé par le responsable de la sécurité de Canal+ d’alors, Gilles Kaehlin, a fait une première apparition, ce jour, à l’occasion d’un procès en diffamation.


Gilles Kaehlin poursuit, en effet, Pierre Martinet, ancien employé des services de sécurité de Canal+ et ex agent de la DGSE, pour une interview qu’il avait accordé en avril 2005 au Parisien, après la publication de son livre, « Un agent sort de l’ombre ». 

Dans cet ouvrage, ainsi que dans l’interview, l’auteur affirmait avoir personnellement filmé et photographié Bruno Gaccio, à la demande de Kaehlin, en raison du rôle d’agitateur joué par le caricaturiste et auteur, durant la fameuse crise de Canal+ qui scella la chute de Pierre Lescure.  Face à ces affirmations, Gaccio avait alors porté plainte contre X, notamment pour « atteinte à sa vie privée».


Cette affaire de pieds nickelés, qui pourrait ressembler à un mauvais vaudeville, est pourtant symbolique de ce que fut Canal+ à un moment clé de son histoire: une chaîne peu tenue, en vérité, où l’indépendance restait le maître mot et où certains de ses cadres historiques s’étaient bâtis de petits empires. 
C’est ainsi que l’embauche du fameux Kaehlin, soupçonné d’avoir fliqué, durant de longues années, nombre de collaborateurs de la chaîne, échappa à tout contrôle. L’un des anciens cadres dirigeant de la chaîne cryptée me racontait, ainsi, cette semaine, que c’est à l’initiative de Michel Thoulouze (l’ex patron du développement international de « Canal ») que fut recruté à l’époque cet ancien flic.


Thoulouze, en effet, aurait été fasciné par le parcours atypique et le cursus du bonhomme qui fut, notamment, l’un des anges gardien de Mazarine. Un flic en majuscule, donc, qui gagna ses galons à l’ombre de la mitterrandie et dont André Rousselet, l’ancien directeur de cabinet de Mitterrand et grand timonier de Canal+, accepta l’embauche sans broncher, sans ciller.

Une fois dans les murs, notre inspecteur «la bavure » prit ses aises et installa un véritable contre-pouvoir au sein d’une entreprise qui se vit, au fil des mois, truffée de caméras de surveillance.


Mon interlocuteur me racontait que l’une d’entre elles avait été même installée dans le couloir qui menait au bureau des auteurs des Guignols et donc à celui de Gaccio. Il n’aura fallu que quelques jours pour qu’elle soit, nuitamment,  mise en pièces par un inconnu que ce système de surveillance révulsa. On l’aurait été à moins.   

0
1 Comment
  • Aricie
    juillet 1, 2012

    Superb info and the target is shot. I am not sure if this is exactly the valid zone to ask but do you search licensed blog assistant ? le boin coin