Mercato?

par 0 No tags 0

 Nous sommes entrés dans l’ère du n’importe quoi.  A l’approche de l’été et du petit « mercato » qui s’annonce à la télé, les gazettes s’en donnent à cœur joie. Et les animateurs, qui laissent dire, tirent allègrement les ficelles en coulisses, afin de faire monter les enchères. C’est une vieille règle du jeu.

 

Laurence Ferrari

 

Ainsi du Parisien, ce matin, qui affirme que TF1 s’intéresserait, de nouveau, à Laurence Ferrari, journaliste que « La Une » verrait bien aux commandes d’un magazine d’info.

C’est tout simplement bidon, m’affirme l’un des cadres dirigeant de la chaîne, qui évoque simplement un vague projet de magazine, dont la production pourrait être « éventuellement » confiée à Story Box, la société de production de la jeune femme. Ou mieux, à celle d’Emmanuel Chain.

C’est oublié aussi que Laurence Ferrari, qui se gardera bien de démentir la rumeur, ( le buzz est l’un des recettes de ce métier) est pour ainsi dire ficelée à Canal+. Car en la débauchant de TF1, à l’époque, la chaîne cryptée lui a déroulé le tapis rouge. Lui créant sa société de production. Lui assurant un petit volant de commandes. Et lui assurant des fins de mois plus que confortables. Un chèque en blanc pour ainsi dire inédit dans ce métier.

On imagine mal, du coup, la jeune femme tourner le dos à ceux qui, depuis deux ans, ont indubitablement contribué à « rebooster » sa carrière. Et si Laurence Ferrari devait bouger, c’est sans nul doute au sein du groupe Canal+ que cela devrait se faire.

 

Reste les cas Fogiel et Delarue.

 

 

Marc Olivier Fogiel, qui a proposé à M6 un nouveau concept d’émission pour la rentrée de septembre, souhaite arrêter le talk show qu’il anime sur cette chaîne. Par lassitude, sans doute et avec le désir de faire autre chose. C’est en tous les cas sur cette chaîne, et non sur France 2,  qu’on devrait le retrouver à la rentrée. En effet, l’hypothèse selon laquelle la chaîne de service publique lui proposerait le fauteuil de Ruquier apparaît fantasque : l’un des dirigeant de France Télévisions m’explique, ce matin, que cet animateur «  de talent » reste encore trop « segmentant » pour animer une émission de tout début de soirée. Et qu’à ce poste, Stéphane Bern semble mieux à sa place, car plus « fédérateur ».

 

 

Quant à Delarue, c’est le grand cirque. Il ne se passe pas une année sans que ce denier entame une danse du ventre, alimentant la chronique de rumeurs de transferts toutes plus fantasmagoriques les unes que les autres. Bien installé  sur France 2, même si ses émissions se sont un peu essoufflées au fil du temps, Delarue réussit à conserver, bon an, mal an, des taux d’audiences plus qu’honorables. Et sa présence sur France 2 lui permet, par ailleurs, de négocier la production d’autres émissions pour les chaînes du groupe France Télévisions, productions sans lesquelles sa société battrait de l’aile. Là aussi, on a donc de fortes chances de le re trouver à la rentrée au poste qu’il occupe aujourd’hui. 

 

Mais c’est dans le domaine de l’info, en revanche, qu’il faut peut-être s’attendre à de vrais chambardements. De nouvelles têtes devraient faire leur apparition sur I Télévision, où cela patine sérieusement, LCI et BFM TV, dès la rentrée.

 

 

Et il se murmure aussi que la question du maintien de Patrick Poivre d’Arvor et de Claire Chazal, à TF1, pourrait revenir au galop dès l’été. Car La une, qui procède, pas à pas, à un renouvellement complet de son état-major, serait tentée, dit-on, de pousser encore plus loin la réforme, en tournant une autre page de son histoire. Et pas la moindre.    

0
0 Comments