Chasse aux sorcières

par 5commentaires No tags 0

Un article assez édifiant, publié dans l’édition de France-Soir, daté du 1er avril, donne une vision pour le moins consternante de la manière dont Edouard Balladur, en 1993, alors qu’il était à Matignon, entendait régenter l’audiovisuel.

Mes confrères de France Soir ont eu la bonne idée d’exhumer des archives de l’Etat une note confidentielle, (glissée dans une chemise au nom de Jean-Pierre Elkabbach). Une note dans laquelle l’ancienne responsable de la communication d’Edouard Balladur, Valery Bernice, passait au crible les journalistes de France 2, proposant de virer les uns, de promouvoir les autres.

 

Ce document,(qui n’a rien d’une blague), montre à quel point le cabinet de « Ballamou » semblait vivre dans la nostalgie d’une époque que l’on pensait benoîtement révolue: celle de ces chasses aux sorcières en vogue à la télé, sous les années Peyrefitte ou au début des années Mitterrand, quand la gauche entonnait une Carmagnole endiablée dans les rédactions.

 

C’est ainsi que la note en question préconisait quelques solutions radicales, destinées à remettre France 2 dans le droit chemin. On peut y lire: «En politique à aucun prix: Jean-Luc Mano, Rachid Arab, Olivier Lerner. A l’Intérieur, Arlette Chabot est très bien (chef du service politique), ne surtout pas la mettre dans le placard, car elle retournerait à TF1. Eventuellement à engager, Philippe Reinhart, le PM Lui a promis. Philippe Séguillon. En économie, le chef du service éco, Véronique Auger est nulle ».

 

Exécution ! Les recommandations de Valéry Bernice n’ont heureusement pas été toutes entendues, à l’époque, par le PDG de France Télévisions, Jean-Pierre Elkabbach, qui tenta de naviguer, non sans mal, entre bien des écueils. Ce dernier restera fidèle à Jean-Luc Mano. Et n’embauchera pas Philippe Reinhart, malgré son statut de thuriféraire en chef de d’Edouard Balladur dans les médias. Rachid Arab et Olivier Lerner auront eu moins de chance, sacrifiés l’un et l’autre.

 

En vérité, ces pratiques détestables ont toujours existé. Et les grandes réformes de l’audiovisuel de 1981 n’y ont rien changé. Si Balladur n’est pas loin  de décrocher le pompon en la matière, un autre premier ministre, de gauche celui-ci, mériterait la palme. Il s’agit de Laurent Fabius. Il restera pour la profession toute entière l’exemple le plus insupportable en matière d’interventionnisme et de copinage. Des années de plomb. C’est sous son autorité, en effet, que les chaînes publiques renouèrent avec les pires heures de l’ex ORTF.    

0
5 Comments
  • flux
    avril 2, 2008

    Il s’agit de Valérie Bernis, pas de Valéry Bernice… Elle est aujourd’hui DGA en charge de la communication et du développement durable de Suez. Elle fut un temps Présidente de Paris Première.

  • Anonyme
    avril 3, 2008

    Cher M. Revel,
    Juste pour préciser que c’est une information du site Bakchich qui a été reprise par France Soir. Merci

  • Anonyme
    avril 3, 2008

    Effectivement, c’est une info de Bakchich et non de France Soir. Ca serait bien de rectifier surtout pour ceux qui ont fait le travail dont je fais parti.
    Merci

  • ZADIGLEVIZIR
    avril 4, 2008

    bravo à Renaud Revel il m’a défendu (et j’avais raison d’ailleurs) dans escarmouche à THAlES en 2000 Zadig n’a pas oublié cet article rédigé objectivement… Un vrai journaliste honnête c’est si rare qu’il faut le souligner…lES LANCEURS D’ALERTE (contre la corruption souhaite un interwiew sur ce sujet qui passe avant les réformes structurelles de notre pays..)www.acme-eau.org/luttedezadig/

  • Made by Zen air purifiers
    avril 11, 2011

    Ebullient and audacious. The type of reading that should be required on the subject.