Malaise

par 1 No tags 0

On n’est pas loin d’avoir touché le fond avec Eric Breteau. Ayant entre-aperçu le leader de l’Arche de Zoé dans le journal de Patrick Poivre d’Arvor, je l’ai retrouvé sur le plateau du Grand Journal, sur Canal+, deux jours plus tard, après qu’on l’ait vu sur M6 et France 2.

L’homme que l’on pensait démoli à jamais par cette affaire, partie en capilotade, est apparu chez Michel Denisot tel un chef scout émerveillé par sa toute dernière jamboree, dont il venait nous narrer les épisodes les plus croustillants.

Il fallait le voir tenir entre ses mains, telle une plaquette de pub, le livre  qu’il venait tout juste de terminer, à peine sorti de prison et dont il vantait le contenu avec le bagout du camelot. On devinait à l’écran un Denisot mal à l’aise, décontenancé par le personnage. On aurait souhaité, qu’à un moment de l’émission, ce dernier mette un terme à ce numéro de service après-vente indécent. Et qu’il renvoie dans ses cordes celui qui osa lâcher, la mine ravie, que cette aventure « méritait bien un film ». Dont il se verrait à la fois l’acteur principal et le scénariste, on l’aura deviné.

0
1 Comment
  • jean-yves
    avril 14, 2008

    je me rejouit de la liberation de ses humanitaires mais j’ai ete estomaque par ce personnage. je pensais qu’il viendrait defendre son operation tel que l’avait fait peligat(d’une maniere plus modeste) alors que la il est venu faire la promotion de son livre et pourquoi pas d’un film? aberrant.son avocate elle meme etait deconfite et ne parlons pas de denisot completement perdu. l’operation etait peut-etre sincere et notre gouvernement le tchad et l’unicef nous disent certainement pas la verite. mais ce eric breteau me laisse une drole d’impression? certains de toute evidence n’aurait jamais dut mettre les pieds en prison et je pense notamment a cette jeune infirmiere nadia merimi qui continue a souffrir et qui apparament se remet moins bien que eric breteau.