Navet

par 12commentaires No tags 0

C’est fait. Le film de Dany Boon, « Bienvenue chez les Cht’is » a détrôné La Grande Vadrouille de Gérard Oury  ( 17,27 millions d’entrées, en 1966) et s’attaque maintenant à cet autre record détenu par Titanic et ses 20,7 millions d’entrées. Doté d’un budget de 10,95 millions d’euros, le film de Dany Boon a été financé en grande partie par la télévision: c’est  TF1, Canal+ et Ciné Cinémas qui ont fait le pari de son succès. Et c’est donc Canal+, puis ensuite la Une, qui le diffuseront, d’ici à deux ans, avec l’assurance de réaliser des audiences records.

 

Côté recettes, c’est déjà le jack pot : 100 millions d’euros sont d’ores et déjà rentrés à ce  jour dans les caisses de ses producteurs, trop heureux de l’aubaine. Tandis que se profile à l’horizon du 30 octobre 2008, la sortie du DVD, dont on peut penser qu’il fera, lui aussi, un vrai tabac.

 

Reste un mystère: les raisons de ce succès inouï. Ayant vu ce film, comme bon nombre  d’entre vous, je suppose, j’avoue être sorti de la projection quelque peu consterné. Faut-il que la France aille à ce point mal pour qu’elle applaudisse à ce qui s’apparente à une mauvaise blague: un vrai navet.

Car j’ai trouvé ce film tout simplement digne d’une série télé lourdingue: un scénario écrit sur un coin de table, pétri de bons sentiment poisseux, truffé de scènes cousus de gros fils, des acteurs qui en font des tonnes, dans le seul but de booster un vaudeville poussif. Le tout enrubanné de gags à la petite semaine, que l’on voit poindre à l’horizon. Et d’un Dany Boon grimaçant, tortillant des yeux et de la bouche, pour mieux singer un accent et une région, dont il porte, depuis la sortie du film, l’ADN en boutonnière : un office du tourisme à lui tout seul.

La télé en redemande, en tous les cas. Dany Boon y est accueilli tel le Messie par des journalistes en pâmoison. En lévitation, l’acteur, qui frôle le pathétique, accepte, quant à lui, sans rechigner le moins du monde, comme dimanche dernier, sur le plateau du 20 heures de France 2, de se caricaturer avec une sorte de jubilation non feinte. S’en est presque gênant.  

 

La France, elle demande qu’on la prenne, croyait savoir Dominique de Villepin : Dany Boon l’a prise et de la plus curieuse façon. Un vrai mystère.         

0
12 Comments
  • GED
    avril 8, 2008

    Il se peut, que le rejet du bilng-bling soit pour quelque chose dans ce succès.

  • mo
    avril 8, 2008

    Depuis quand n’êtes-vous pas allé sur le terrain, Mr Revel? C’est ça la France: frites saucisses… Et tout le monde se régale!

  • Philippe GAULT
    avril 8, 2008

    Loin de moi l’intention de juger votre commentaire critique sur le film (que je n’ai pas encore vu). En revanche, il convient de se poser un certain nombre de questions quant au succès populaire et à l’étonnante médiatisation du phénomène Chti; alors que, comme vous le laissez entendre, le scénario, les dialogues, le jeu des acteurs voire l’idée maîtresse de « l’intrigue » (l’imersion d’un corps étranger dans un milieu très typé) n’ont rien de très original. En tout cas tellement loin de l’épopée du Titanic, de la finesse humoristique de Astérix, Mission Cléopatre ou du décalage socio-culturel de la Grande Vadrouille, initiateur des films « duo-décalé » largement exploité par Francis Veber, Jean-Marie Poiré, Gérard Krawczyk…puis Dany Boon. Faut-il y découvrir les ingrédients de la nouvelle recette du succès cinématographique ? Une nouvelle manière de communiquer plus proche du 13h de JP Pernaut que d’Esprits libres de Guillaume Durand. A tout coup, nous aurons droit dans 1 ou 2 ans à un « Mon Biloute chez les Cacous » écrit par Dany boon et Patrick Bosso puis « Une Bigoudaine au pays catalan » écrit par Jean-Yves lafesse et Cali…Et ça risque de marcher !

  • Nade
    avril 8, 2008

    j’aime bien les gens qui vont à contre courant, je n’ai pas encore vu le film, je ne me permettrais donc pas d’émettre un avis, je verrais après l’avoir visionné, si je fais partie des 17 millions de simplets qui ont apprécié un moment de détente. Je me souviens de l’encensement pour Amélie Poulain et après m’être forcée à aller jusqu’au bout du film, j’ai osé dire que je m’étais ennuyée à mourir, à l’époque tollé général dans mes connaissances, plusieurs années après, certains admettent enfin que ce n’était pas si génial que cela, mais comme l’élite parisienne insistait sur ce chef d’oeuvre, il fallait paraître « in ».

  • gabchem
    avril 8, 2008

    Ce n’est pas un chef d’oeuvre effectivement! Mais le public adore les navets. C’est la tendance en ce moment. Les jeunes adorent les sites internet avec des tonnes de vidéos humoristiques délirantes et totalement absurdes. Les succès de ce film, de Kamini (Marly Gomont) et Lil Maaz (Mange du Kebab) montrent qu’il y a un engouement populaire pour l’autodérision, les situations grotesques volontairement naïves. Dany Boon est le parfait acteur pour ce genre de rôle.

  • Ouatafok
    avril 8, 2008

    Oui, moi aussi je ne comprends pas ce succès après avoir vu le film, que j’ai trouvé assez banal. Peut-être une piste pour expliquer l’afflux de gens dans les salles : la grande majorité des gens qui vont voir ce film ne l’ont pas encore vu ! Et donc ce n’est pas tant la qualité du film en lui même qui attire les spectateurs mais l’appétit qu’il suscite. Je crois donc qu’il faut chercher du côté du marketing du film pour expliquer le succès (bande annonce, timing de sortie, pré-sortie dans le nord). Par ailleurs il semble que beaucoup de personnes peu habituées au cinéma, des gens qui n’y vont qu’une fois par an, se soient particulièrement mobilisés pour ce film là, surement attirés par le barnum médiatique.

  • Flora
    avril 9, 2008

    Chacun pense ce qu’il veut d’un film. Mais je trouve votre critique très parisienne, au sens méprisant du terme. Peut-être que la France en a marre des calculs, des faux-semblants, du clinquant pour en revenir à des choses plus simples. Ce film n’est certainement pas le film du siècle, mais de temps en temps, ça fait du bien de lâcher un peu du leste dans ces vies pleines de pessimisme (cf le baromètre du moral des Français) et de dénigrement systématique. Ce film est simple, familial (d’où peut-être les chiffres qui gonflent, quand on peut emmener les petits et mémé)… Perso, je n’ai pas ri autant depuis un bon moment parce que je me suis détendue en le voyant et ça fait du bien. Au fait, sachez que Dany Boon ne « singe » rien. Je suis une Ch’ti (pas de Bergues dans le Nord mais de Béthune dans le Pas-de-Calais) et il ne singe pas. Il a simplement repris son accent et son mode d’expression original. C’est un vrai Ch’ti et finalement, montrer que la France ne se résume pas à Paris, sa banlieue, et éventuellement Marseille ou Lyon, je trouve ça plutôt pas mal. En fait, en y réfléchissant, je doute que le film ait fait des merveilles en terme de recettes à Paris. La province doit rester la province, n’est-ce pas? Moi, je trouve rafraîchissant que ce genre d’oeuvres, honnêtes et simples, rencontrent le succès de temps en temps… Pas vous, visiblement…

  • Mickael
    avril 9, 2008

    Le film est simple, joyeux (pas de mort, pas de famille minée par la maladie incurable du petit dernier, pas d’ambiance pesante, l’alcoolisme y est traité de façon très (trop ?) légère), facile a comprendre, attendrissant, proche, il met en valeur des gens souvent victimes de préjugés, il est fait par une personne appreciée pour sa simplicité …

    Ca semble etre le besoin des Français en ce moment. Se dire que le bonheur est a porté de main, que la vie est pas si dure …

    Josephine Ange gardien, Plus belle la vie sont déja des vache a lait, les Chtis ne fait que renforcer ce « trend » finalement

  • laurent
    avril 15, 2008

    DURS!!!!!!
    oui, je vous trouve durs avec ce film, moi aussi je me disais avant daller le voir, « encore un film sur médiatisé qui va me faire ch… »!
    Et non, j’ai passé un agréable moment et je dois dire que ce film a tout d’un grand film : une scène érotique ( un baiser), de l’action (bagare et casse d’une belle moto), des cascades (voiture contre rambarde^sur l’autoroute)…
    En ce qui me concerne, je pense que les gens sont de plus en plus difficile avec ce qu’on leur montre, les « DON CAMILLO », les « DE FUNES », faisaient rire nos parents et grands parents, l’humour est-il devenu compliqué, faut-il avoir un bac +6 pour devenir « comique », je crois qu’il faut arreter de critiquer de trop ce succès, ça marche pour Dany BOON et bien tant mieux pour lui, et puis si pour certaines personnes ça leur a permis de sortir et d’aller au moins une fois au cinéma tant mieux, moi perso je préfère ce film à toutes les rediff et séries qu’on nous refile à tous vents sur les chaînes de télé§
    j’en finis là mais bon je ne suis pas une référence en cinéma, je suis de ceux qui apprécient LELOUCH et en même temps les MONTY PITHONS…
    bonne journée

  • Sacha
    avril 16, 2008

    Monsieur,

    J’aurais préféré un peu plus de modestie de votre part dans cet article. « Faut-il que la france aille aussi mal… ». Vous semblez d’emblée vous placer au-dessus des gens qui ont pu apprécier ce film, avec une sorte de mépris dérangeant. Que vous n’ayez pas apprécié le film, soit, mais de là à le placer au niveau d’une série télé lourdingue… En tant que passionné de cinéma, je trouve, comme vous, que le succès du film est quelque peu exagéré au regard de sa qualité cinématographique… Mettre en cause un marketing tout azimuth est cependant erroné. Avant sa sortie, le marketing a été nettement moins oppressant que celui d’un Astérix aux JO.
    A ce niveau de succès, il ne faut pas tellement chercher de justification dans le marketing ou la qualité d’un film, mais plutôt dans une sorte de raz-de-marée que l’on ne peut réellement expliquer (tout comme le succès de Titanic… Comment expliquer un tel engouement, à l’époque, pour ce film).
    De toute façon, jamais un film comme la graine et le mulet ne pourra truster 20 millions de spectateurs, tout comme There will be blood ne fera jamais 300M$ de recettes aux USA. Faut-il que les USA aillent à ce point mal pour faire des trimphes à tous les films de super-héros, 20 ans après que Reagan eut quitté la présidence ? Ou pour couronner des comédies lourdingues comme Mon père, mes beaux-parents et moi ?
    Donc je ne pense pas que mes concitoyens soient plus bêtes que la moyenne, que leurs voisins ou que leurs parents (voir succès de la série des gendarmes basés sur les pitreries lourdingues de De funès). Ils ont simplement apprécié la simplicité de ce film (un peu top simple parfois effectivement) le fait qu’il présente avec tendresse une région trop méconnue, et le fait qu’il soit arrivé juste après une tentative d’arnaque du spectateur avec Astérix, à laquelle ce sont prêtés nos monstres pas si sacrés Delon, Depardieu (qui a enchaîné avec un autre vrai navet : Disco) pour un film qui a laissé un goût bien plus amer.

  • sacha
    avril 16, 2008

    Monsieur Revel,
    Si j’ai été un peu déçu de la virulence de votre article sur les « ch’tis » et son auteur, je tiens à saluer la qualité d’ensemble de ce blog et des articles que vous y publiez. Depuis que je l’ai découvert, je suis souvent d’accord avec ce qui y est dit…
    cordialement

  • Sabine
    mai 1, 2008

    Ah, enfin un journaliste qui a le courage de dire ce qu’il pense! Comme vous je suis sortie consternée de la salle, j’étais avec un ami Marocain, abasourdi, qui m’a dit « 17 millions de Français ont vu ce truc déprimant de nullité, c’est totalement incompréhensible, je pensais que les Français aimaient la finesse et la qualité au cinéma ». Votre franchise n’est pas étonnante, étant donnée le très bon niveau de votre blog (fautes d’orthographe exceptées!). Une question me taraude et m’inquiète même : pourquoi la totalité de la critique cinéma française – y compris celle de l’Express, d’ordinaire mesurée – a encensé le film?