Brèves du jour

par 5commentaires No tags 0

 

A l’oreille de..
Deux journalistes, l’un de Marianne, l’autre de Libération, travaillent à l’écriture d’un ouvrage sur le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant. Un livre dont le titre est plutôt bien trouvé: « L’homme qui parlait à l’oreille de Nicolas Sarkozy».
 
 
 
Le fantôme de l’Elysée
   
 
 
Où est passé Georges-Marc Bénamou? Flingué en plein vol, l’éphémère et sympathique conseiller de Nicolas Sarkozy à fait ses paquets et a quitté l’Elysée. L’un des conseillers du président m’assurait vendredi que le garçon serait « bien traité». Qu’il prenne garde: la dernière fois que Nicolas Sarkozy, croyant bien faire, s’est mêlé de son avenir, lui promettant la direction de la Villa Médicis, à Rome, notre homme s’est retrouvé aux oubliettes.
 
 
Fausses notes
 
 
La petite musique lancinante que l’on impose à nos oreilles, quand on vous met en attente au standard du ministère de la Culture, va changer. Ce petit morceau de musique moderne, signé du compositeur Pierre Sauvageot et choisi par l’ancien locataire de la rue de Valois, Renaud Donnedieu de Vabres, n’est pas du goût de Christine Albanel.
Et je la rejoint. Ces voix d’opéra, entrelardées de quelques ruissellements musicaux vous tapent sur le système et vrillent les nerfs. Et pour peu qu’une des standardistes du ministère en question soit en RTT,on frôle la migraine. Aux dernières nouvelles, Albanel pencherait pour un morceau de musique classique. Faites-vous donc une opinion au O1 40 15 80 00. Et tapez 1, si vous êtes partisan d’un nouveau morceau, plus léger et moins flippant.
 
 
 
Just maried
 
  
 
 
Melissa Theuriau se marrie avec Djamel Debbouze, mercredi prochain, dans une belle abbaye non loin de Trappes. Deux cents disciples y disposeront d’un rond de serviette. L’épilogue de cette liaison, qui a fait couler tant d’encre, est rafraîchissante: les pilonnages de la presse à scandales et les chuchotis du Tout-Paris, n’ont pas abîmé ce qui ressemble fort à une belle et solide histoire d’amour. L’un des proches du couple m’explique que depuis sa liaison avec ce comédien, la journaliste de M6 est régulièrement abreuvée de courriers à connotation raciste: ceux-là même, sans doute,qui vont piétiner et briser les stèles. Chassez le con par la porte, il revient par la fenêtre…
Pour l’heure, le couple tente de parer à l’imparable: éviter la publication, dans la presse people, de photos volées prises lors de la cérémonie. Portables et appareils seront confisqués à l’entrée de l’église. 

  

0
5 Comments
  • aiach
    mai 2, 2008

    MT, « se marrient » avec DD. Alors là, je dis bravo au  » journaliste » a priori défenseur de la langue et de la grammaire française. Au lieu de donner des leçons au Président , vous feriez mieux de retourner à l’école primaire. De même pour GM Benhamou, qui « à » fait ses paquets. j’en passe et des meilleures.

  • aiach
    mai 3, 2008

    Allez, encore « un petit effort », vous avez corrigé le « ent » mais le verbe marier ne comporte qu’un « r ». Vous allez, bientôt pouvoir écrier sur le grand magazine « l’Express » monsieur le « journaliste » très critique.

  • JL
    mai 4, 2008

    > Et je la rejoint.
    Et je la rejoins ???

  • sebou
    mai 5, 2008

    « Parer à l’imparable: éviter la publication, dans la presse people, de photos volées prises lors de la cérémonie » : sans doute pour vendre à prix d’or l’exclusivité de l’évènement à l’un de ces journaux … Avec la participation « gratuite » des forces de l’ordre pour la logistique et le concours bienveillant de tous les journaux, people ou non (dont l’express) pour créer l’évènement. Technique bien rodée il y a moins d’un an avec la mariage de TP en plein Paris …

  • Robert Marchenoir
    mai 9, 2008

    C’est tout de même assez significatif qu’un journaliste d’un grand média se permette d’insulter des personnes présumées racistes en les traitant de « connes ».

    En toute logique, les journalistes devraient alors couramment qualifier de « salopards », d’ « ordures » ou de « fumiers » des personnes accusées de vol, d’agression, de viol ou de meurtre.

    L’un d’entre eux s’y aventurerait-il, que cela serait très certainement dénoncé comme choquant. Mais traiter de « con » des auteurs de couriers censément racistes (qualification dépendant du jugement personnel de deux intermédiaires dont aucun n’est le journaliste), ça, c’est normal, c’est permis, c’est encouragé.

    Curieuse échelle de valeurs. Bizarre conception de la morale.