Quand Franco visait l’Eurovision…

par 2commentaires No tags 0

L’AFP nous révèle, à propos de l’Eurovision, une histoire délicieuse. L’Agence France Presse nous raconte, en effet,qu’à l’occasion du cru 1968 de ce télé-crochet européen, l’ancien dictateur espagnol, Franco, avait acheté des votes, afin de faire gagner la candidate espagnol, Massiel, et par là même redorer le blason terni de ce pays. 

C’est ainsi, précise l’AFP, que des responsables de la télévision publique espagnole, (TVE) ainsi que des dirigeants de maisons de disques de ce même pays, avaient parcouru l’Europe le chéquier à la main, promettant aux uns et aux autres de signer, tantôt des contrats divers à des stars de la chanson, tantôt des commandes d’émissions de télés par stocks entiers.

Résultat, « La, la ,la », la chanson de Massiel avait décroché le Grand prix de l’Eurovision, à la grande fierté de tout un peuple et de son commandeur. Quarante ans ont passés et le britannique Cliff Richard, (photo) alors arrivé en deuxième  position, réclame, aujourd’hui, scandalisé, le déclassement de l’usurpatrice et revendique de récupérer sa couronne…

0
2 Comments
  • Nicolas
    mai 7, 2008

    Eurovision, Jeux Olympiques : autant de fenêtres médiatiques pour rassembler sous un drapeau. Qu’on me fasse croire que ce sont des compétitions amicales…

    Sauf que l’Eurovision c’est quand même devenu très gnangnan. Il n’y a qu’à voir la polémique sur notre représentant de cette année qui ne chante pas en français. Et Patrick Fiori, il chantait en français ?

    Le seul moment où j’ai regardé avec plaisir (par hasard) et manifesté ma joie, c’est quand Lordi a remporté l’Eurovision il y a 2 ans. Avec leurs costumes de monstres grand-guignolesques ils ont rappelé que le hard rock est encore vivant. D’où l’engouement d’un public qui en a marre de la guimauve. La photo avec le trophée te les photos était formidable : on aurait dit des carnivores à la convention annuelle des végétariens…

  • GRD
    mai 7, 2008

    Je ne regarde pas les chanteurs de l’eurovision, concours suranné. Mais le vote est un régal, il suffit d’avoir devant les yeux la carte politique de l’Europe et de suivre le vote des pays frontaliers, ils votent tous les uns pour les autres. On peut prévoir les votes presque à coup sur.