En réponse à Marianne.

par 0 No tags 0

877UCA32VUZVCA08JKYRCAG4IB7ACAQB9T7QCA4ZHTDOCAU0A9D1CA6S29TRCAVIJ5AFCAADOEDYCASQ82VWCA00C5LRCA34SSIQCA84KROSCA97RVAJCAPEQZ92CAWIEHONCAOJON46CAN5V2KRCA4IS0O6.jpg

 

J’adore les leçons de journalisme de mes immodestes confrères de Marianne, qui parlent d’un article « tortueux » de l’Express, sur les rapports Bouygues-TF1. Je n’ai pas eu le sentiment pourtant d’avoir été le moins du monde timoré, alambiqué ou confus dans cet article qui ne fait que remettre en lumière les rapports ténus entre Sarko et TF1. Ce que j’ai écrit mille fois depuis des années, ici comme ailleurs.
 
Je rappellerai à ces mêmes confrères qu’il ne suffit pas d’aller allègrement puiser dans les colonnes du Point quelques contre-vérités et les reproduire, sans la moindre vérification, pour s’ériger en donneurs de leçons.
 
L’Express, sous ma plume, a raconté sur plusieurs pages, avant même que n’éclate l’affaire PPDA pourquoi ce journaliste allait quitter TF1 et comment l’axe Bouygues-Sarkozy avait joué à plein dans cette affaire. Je pense que nous avons fait là, en l’occurrence, notre travail d’enquête et d’information. Je trouve, pour tout dire, le procédé mensonger, médiocre, et peu confraternel. Si ce mot a encore un sens.
 
Quant à Christophe Barbier, il est ignominieux d’invoquer sa collaboration à LCI pour mettre en cause sa probité journalistique et la ligne de L’Express concernant TF1. Là aussi, je renvoie Marianne à tout ce qui a été écrit, dans les colonnes de l’Express, sur ce sujet, depuis des années et quasi quotidiennement sur ce blog.
 
Comme je vous renvoie aux éditos politiques de Christophe Barbier, sur LCI, des éditos dont la tonalité a souvent plongé dans l’embarras, pour ne pas dire plus, les dirigeants de cette chaîne, comme son actionnaire, Martin Bouygues. Mais là aussi, ce sont des choses qui semblent avoir échappé à la sagacité de mes confrères.
 
Jamais, enfin, il nous viendrait à l‘idée de passer au scanner les articles de Marianne sur Canal+ ou France 2, et de les regarder à la lueur des collaborations d’un Nicolas Domenach, sur la première, ou d’un Laurent Neuman, sur la seconde: cela serait faire tout simplement injure à leur honnêteté journalistique.
0
0 Comments