« Foutage de gueule »

par 0 No tags 0

    VO5VCAB4FLT9CAKKGMS9CAVRCJS0CARH8KU8CAKS7ZA3CAFONILFCA4X0XA9CA2RF6R6CAC6BG54CA9ZM542CAS4NIKHCALQNY3MCALD5I4OCAJFVU1ACANIQWCWCAB001BQCAU6C2H7CA5MQ5G8CAWK5MEC.jpg 

On aura tout vu. Tout lu. Tout entendu. La tragi-comédie qui se joue depuis des semaines autour d’une Commission Copé fantoche, dont il faut saluer, néanmoins, l’abnégation et le courage de son président, soumis à rudes épreuves, s’accompagne, depuis quelques jours, du non moins accablant chapitre de la seconde coupure publicitaire accordée aux chaînes privées.
 
Cette initiative, pour le moins culottée, en dit long sur le cynisme avec lequel Nicolas Sarkozy entend régenter le paysage télé : les copains d’abord. Non pas que cette seconde coupure soit un non sens _ la plupart des pays européens l’ont adopté de longue date. Mais que cette décision soit symboliquement annoncée au moment même où tous peinent à trouver de nouvelles ressources pour France Télévisions, a quelque chose de terriblement humiliant pour les dirigeants de ce groupe, acculés à la balustrade et invités à se taire.  
 
7JAHCARK4J0PCA7NU1EICA4L1VORCA988SC8CAHETT04CARPCK4HCA703943CA6YI3MQCA9SNJHDCADVF0Z7CABTXJRPCAYUVQV2CA1ISKCHCAYDAYTJCAZ0HGDSCAM5G64NCAJVK2AZCA30GQDKCA433MUC.jpg
 
 
Et quel joli bras d’honneur adressé aux membres de la « Dream Team » de Copé! J’entendais le producteur Hervé Chabalier (photo)nous expliquer encore ce week-end, sur Canal+, qu’il se donnait jusqu’à mercredi (le D Day de la Commission) pour décider de son maintien au sein de ce cénacle. Pathétique, alors qu’il aurait du, avec l’ensemble de ses collégues, président compris, démissionner, dès l’annonce de l’attribution de cette seconde coupure, voulue par Martin Bouygues et imposée par Nicolas Sarkozy.
 
Car cet amendement TF1, concocté dans le bureau du chef de l’Etat, marqué du sceau du proprétaire de "La Une" et imposé à François Fillon et Christine Albanel, est une insulte, encore une fois,faite à tous ceux qui depuis des semaines s’échinent, de bonne foi, à imaginer ce que la télévision publique pourrait être demain. Et la seule réponse apportée par l’Elysée, depuis vendredi, c’est: sauver le soldat TF1.
 LBBVCAQY67KQCADLL922CA7ZFVMHCAMW0A3RCAV4W5NACADDHD1SCA2JR7B1CAYAJR2JCA6RKYK6CAUXWWXTCAHM1OMQCA7XLO4ICARIGLUJCACBSAVZCAUC2C9ECAEP1RWXCAIB9DWWCAWTKWDJCAF2OF05.jpg
 
 
Faire tintinnabuler les tiroirs-caisses de la Une, au moment où l’on sonne le tocsin à France 2, a quelque chose, comment dire,  d’inconvenant.   
0
0 Comments