JPE, PPDA et Canal+ qui engrange.

par 3commentaires No tags 0

 
 
 
 
 
6CDYCAS03WN7CARCO8PKCAZODV7MCAD1X1CSCA41K8LJCAUJJ9ICCAZQK4BHCAJMQQWGCAZXLRSUCADWY4XXCA9PF0OQCATGLS74CA8ET6Y7CAIO6STBCA9TQ2M2CA92ZEVPCA8880Q2CA51MZLUCAUL5KU9.jpg
J3TICASC723ICAE2K5QLCARZY3FPCARQSQTOCANUCLDZCA25S5C8CAKM0R43CAZAX6K3CA4BGUF6CA8WOE8QCAUKV2W9CA2XIIW3CA2J02U2CAASHK2GCA6AVJK6CANL1PWZCAKFYW5ACADQ4FZFCAESIST9.jpg

 

C’était frappant. Et il fallait le voir, il fallait l’entendre…Patrick Poivre d’Arvor et Jean-Pierre Elkabbach semblaient,l’un et l’autre, le premier sur TF1, le second au micro d’Europe 1, prendre un plaisir presque jouissif à raconter, par le menu, la libération d’Ingrid Betancourt. Comme si cet évènement était le leur. Comme si cette information, tombée du ciel, tel un miracle inespéré, leur appartenait: la dernière de ce calibre, sans doute, qu’ils auraient à « couvrir », au terme d’une carrière bien remplie.
 
Il y avait de la gourmandise, hier soir, dans l’œil malicieux de « Poivre », qui n’en finissait plus de délayer, avec l’espoir qu’on lui laisserait l’antenne jusqu’au bout de la nuit: Ingrid, c’était son Pont d’Arcole.
 
Il y avait des accents fiévreux chez Elkabbach, que la libération de l’otage franco-colombienne semblait galvaniser : Betancourt était sa chasse gardée.
Quelle numéro de duettiste! On aurait dit deux artistes clôturant une tournée-marathon de plusieurs années. Et qui entendaient, du coup,  tout donner à leur public chéri pour ce dernier soir. Avant que le rideau ne tombe.
 
Il y avait sans doute un bon génie qui veillait quelque part, hier soir, sur ces deux maréchaux du Paf, à qui la providence à offert sur un plateau l’occasion d’un dernier grand huit.
 
 
 
SDOFCAJE99HLCAIJKLTLCAH6COQGCADQSE37CA5S0RM6CADB9BX7CADYDUXUCA4TWRUUCADGQAVWCA18Q69BCA1XYT76CAZNDQA1CAPR18UNCA3RBM56CABGUNA6CACGTKE2CAVPWILSCADS2M51CALLKVPU.jpgCanal+ engrange 
 
Alors que la presse en fait des tonnes sur l’irruption, sur le marché de la télévision par satellite, d’Orange, (en omettant de dire que pour l’heure, coté programmes, tout cela reste un peu pauvre), Canal+ engrange sans bruit. C’est ainsi que la chaîne de Bertrand Méheut (photo), a enregistré, au cours du premier semestre, (soit, de janvier à juin), une augmentation de,20% de ses recrutements. Sans que l’on sache vraiment, outre des campagnes de marketing féroces, ce qui a permis de doper de la sorte les résultats de la chaîne cryptée.
 
 
515YCAAOLTHJCA9QMQSTCAQB7H9ACAM32EHRCAZWTRXGCAPFARW6CAZ09KSSCAZ71UPFCAE828O5CASKJOLDCASMHAKQCA4ECJ5PCAUVUQ9RCA46UDL1CAZJN9I8CAP969QSCAHD5B8HCAIC7VV0CATSP05G.jpgLes coulisses de l’Elysée  
 
L’Elysée fait recette. Après avoir autorisé une équipe de France 3 à suivre Nicolas Sarkozy, lors de sa dernière visite officielle en Inde, (sujet produit et réalisé par Christophe Kozarek ), voilà que le Château ouvre toutes grandes ses portes à un autre journaliste, Norbert Balitt (photo)

Ce dernier a été autorisé à filmer, (pour France 5), les coulisses de l’entreprise Elysée. Un document, dont le tournage a démarré dimanche dernier, qui entend retracer l’histoire de cet édifice et raconter sa vie au quotidien: de ses cuisines, au bureau du président.     

0
3 Comments
  • clichoo
    juillet 3, 2008

    pourquoi tant de mauvais esprit sur PPD et Elkabbach. Je pense que la libération de Bétancourt devrait ramener tout le monde à la raison et éviter ce type de post revanchard.
    Personnellement, j’ai suivi ça à la radio et l’émotion et le plaisir de commenter un tel événement étaient chez chaque journaliste.

  • Lemmamazout
    juillet 3, 2008

    J’ai regardé moi aussi PPDA et effectivement, son apparente jubilation m’a mis mal à l’aise. Je suis même passé sur France 2 à cause de ça.

  • Vanessa
    juillet 5, 2008

    Franchement pas pire que Claire Chazal qui, après le récit d’Ingrid interrogée sur le plateau sur sa libération, ose dire qu’en France on a vécu cela avec « la même intensité » qu’elle !!! quel mauvais interview hier soir, alors que Pujadas avait été si bon et si prudent, respectueux la veille sur France 2 !
    Ce doit être un grand moment dans la vie d’un journaliste une telle interview, dommage de l’avoir à ce point ratée….