27 ans après, le roi Tesson…

par 11commentaires No tags 0

 
G89JCAQFBE9YCA34XNG7CA50SKUPCAB2UCNHCA53BW2BCAPWCONHCAP4JONUCAT5K5F5CAUAKRMRCAS21MAACA0U7H69CAXXGQ2VCA4KXJR7CA2B6GXKCAWZI5PKCAR2M9INCASLCY40CATCDTX1CANAFDK0.jpg
 

C’est un seigneur sans terre, ni donjon. Un homme carré et droit. Un esprit libre qui pense noir ou blanc, selon les saisons, mais avec à chaque foi les mêmes fulgurances, les mêmes emballements. Depuis plus d’un demi siècle, Philipe Tesson fait dans le génie et la démesure. Et à 80 ans passés, il est toujours là, le front large s’abandonnant en un triangle adouci que cernent deux yeux qui vrillent.
Tesson est un être à part. Un journaliste de légende, empaleur de bons mots et de vérités sèchement assénées. Il est à  la presse ce que Attila fut à la steppe: un formidable faiseur de journaux qui n’a laissé que terres brûlées derrière lui. Rien de très solide n’a pu en effet repousser après qu’il ait planté, puis fait grandir, Combat, Les Nouvelles littéraires ou le Quotidien de Paris. Pas un journal n’est arrivé à la cheville de ce petit chapelet de titres, que l’on achetait au kiosque, comme l’on va sur un lieu de culte.
 
Il était à France Inter ce matin, face à Colombe Schneck. Belle gueule et fort en gueule. Abonné à l’enthousiasme et shooté aux coups d’éclats.
Et il me regardait en coin. Comme s’il n’avait rien oublié de notre seule et unique rencontre, il y a 27 ans de cela. C’était en 1981 et j’avais 23 ans. Jeune journaliste, venu de l’Aurore, il m’avait accueilli un vendredi dans son petit bureau, à deux pas de la place de la République, grâce à l’entremise de Dominique Jamet, autre formidable plume. Ors Tesson s’apprêtait alors à lancer le Quotidien de Paris. Notre conversation avait été brève. Je lui avais dit combien je serai fier de participer à cette belle aventure de presse. Et combien travailler sous sa baguette relevait, à mes yeux, de la quête du Graal. Il avait souri et peu parlé. Puis m’avait dit, banco! Et il m’embaucha sur le champs, en me donnant rendez-vous pour le lundi matin, avec toute l’équipe de rédaction.
 
ges.jpgJe n’y suis jamais allé. Impressionné, tétanisé, malade, bloqué dans mes starting-blocks, je n’ai jamais pu franchir l’obstacle, ni les portes du Quotidien de Paris. Cette erreur de jeunesse me coûta plus d’une année de chômage. Et Tesson ne comprit jamais pourquoi je n’avais pas rejoins son équipage. Pas un mot d’excuses de ma part, ni un signe. C’est chose faite depuis ce matin. Près de 30 ans plus tard.

« Mais pourquoi, ne m’avez-vous rien dit ? Je vous aurez récupéré », m’a t-il lâché hors studio. Avant d’ajouter : « la prochaine fois que je fais un journal, ne commettez pas la même erreur ! » Oui Monsieur…     

0
11 Comments
  • wagner
    septembre 30, 2008

    Mais pourquoi, ne m’avez-vous rien dit ? Je vous aurez récupéré

    « dommage les fautes »……..

  • damocles
    septembre 30, 2008

    Tiens, si je me laissais un peu aller, pour un peu et pour la 1ère fois je vous trouverais sympathique… Moi qui pensais que vous n’étiez capable que d’enthousiasme dans la critique et la déconstruction !

  • julien
    septembre 30, 2008

    Vous avez une écriture automatique monsieur Revel. Votre description du front en triangle adouci de Tesson est la même que pour le front de cette bonne Laurence Ferrari publié cet été. Attention, tous les fronts de France et de Navarre se terminent forcément en « triangle adouci ». Formule facile, facts only facts disait l’autre… A vous lire.

  • Max
    septembre 30, 2008

    Ouf! il a eu chaud Philippe Tesson quand on voit votre prose et votre orthographe, çà laisse rêveur! On peut comprendre vos scrupules!

  • hihihi
    septembre 30, 2008

    « Je vous aurez récupéré »… Eh ben il risque de regretter ses paroles !!

  • Vicky
    septembre 30, 2008

    Il ne vous est donc pas possible d’écrire sans faire de fautes ? C’est incroyable ! Tout le monde vous le dit mais apparemment, vous avez l’air de l’ignorer. Pour un journaliste qui écrit plusieurs billets par jour, ce n’est pas très fin ! Ouh ! Ouh ! On vous a à l’oeil…

  • égalité
    septembre 30, 2008

    monsieur Rével, vous semblez comme moi faire l’unanimité contre vous en ce qui concerne votre orthographe, soyez courageux moi qui suis un primaire (école primaire) je subis les memes repproches en permanance .si vous etes parent d’un autre Rével d’une autre époque soyez assuré que c’est vous qui aurait raison quand l’histoire aura déroulée son tapis .

  • égalité
    septembre 30, 2008

    je connais monsieur philipe Tesson depuis plus longtemps que vous suis beaucoup plus vieux .il fut au temps de certains débats politique a la télé un régal pour ceux qui aiment la droiture dans l’angagement journalistique et par la meme politique .je rejoins donc votre analyse que vous faites de cet homme d’anvergure ,il est une évidence que de ne pas l’avoir eu comme (directeur )de rédaction, voire de conscience peut-etre un manque évident d’expérience dans votre vie proféssionnelle .

  • jules
    octobre 1, 2008

    C’est quand même incroyable à chaque fois que ce pauvre Revel balance une info, raconte une anecdote ou nous fait partager une indiscrétion il reçoit une volée de bois vert… M. Revel ne vous laissez pas impressionner par tous ces grincheux et autres fanas de l’orthographe qui aillent poster ailleurs (chez Morandini ils pourront lui apprendre la syntaxe)

  • Pierre
    octobre 1, 2008

    Billet sympathique et, effectivement, orthographe un peu folklorique…
    Je range Monsieur TESSON parmi les grands, les gens de panache. Sa vivacité d’esprit, sa gymnastique intellectuelle, son panache m’impressionnent au regard de son âge. Dans des domaines proches, il me fait penser à Jean PIAT et Jean d’ORMESSON ou François MITTERRAND (intellectuellement pour ce dernier) qui semblent avoir été protégés des ravages du temps !
    On aimerait que ces personnages pétris de passion, de culture et de lumière ne nous quittent jamais.

  • vincent talloire
    octobre 6, 2008

    Monsieur Barbier, pouvez-vous svp faire relire ce bloc par les SR de L’Express ? Il en va de l’image de votre hebdo !