La dictature Angot- Nothomb

par 16commentaires No tags 0


XQOCCAJ5G8FUCA3FJFMECAJOQ1TOCAUSG69RCAA6NDSPCA5PZDQ7CATLTHJFCACENO19CAW47L58CAQYHTC1CADDZY6YCAM2KJIUCAUFWU5FCA3LWK90CAGXZYRFCA89MR4ICARAI8ZOCAX194YUCAQJOT7L.jpg

Il en va de certains auteurs intouchables, comme de certaines icônes en politique, que des journalistes, parfois empruntés ou tétanisés, n’osent écorner: le spectacle d’Amélie Nothomb, mardi, et de Christine Angot, (photo) hier soir, sur le plateau de Michel Denisot, avait quelque chose par moments d’insupportable. Le tapis rouge avait été déroulé, les stars étaient là…Ces deux auteurs, dont j’ai lu les derniers livres, (sans tomber, loin s’en faut, à la renverse) ont semble t-il perdu toute lucidité. Leurs prestations égotiques ne sont que suffisance et arrogance.

Cornaquées par des services de presse, à la tête desquels officient quelques ayatollahs du métier, ces deux vaches sacrées de l’édition font régner la dicature sur les plateaux de télés, promènant sur les animateurs et journalistes qui les accueillent, avec tous les égards, un regard qui en dit long sur l’estime qu’elles leur portent. On sentait Michel Denisot bouillir intérieurement devant tant d’assurance et de morgue. On aurait voulu que les chroniqueurs qui l’entourent déboulonnent une Catherine Angot de son piédestal. Et ramènent à la réalité une Amélie Nothomb, dont l’ouvrage ne vaut pas tripette.

0
16 Comments
  • donvega
    septembre 4, 2008

    Ca fait plaisir de lire un journaliste qui, dans son blog, ose prendre position et pas, comme d’autre, attendre que les internautes le fassent dans lkeurs commentaires. Evidemment, tout le monde ne sera pas d’accord, à commencer par vos lecteurs mais n’est-ce pas aussi la fonction d’un journaliste que de susciter polémique et commentaires ? Bravo en tout cas.

  • Guillaume Petit
    septembre 4, 2008

    C’est bien pour cela que je boycotte depuis un moment maintenant les émissions de talk/show / divertissements qui ne consistent qu’en des opérations commerciales de promotion de l’actualité des invité(e)s. C’est devenu tellement commun que personne ne s’en offusque… enfin, presque personne !

    Lecteur assidu de votre blog, j’en profite pour vous remercier pour les billets très instructifs et donc intéressants sur ce monde obscur qui gravite autour des médias !

  • tooptoop
    septembre 4, 2008

    Bien d’accord avec vous! La voir, sans aucune gêne, comparer son torchon à Molière, j’ai failli m’étouffer. Même Ali Badou qui au fond de lui déteste surement ce genre de littérature, a à peine osé une critique. Comme le dit DonVega, barvo M. Revel de prendre position sur votre blog, mais vous devriez soumettre aussi (même si vous n’êtes pas responsable de la rubrique Livres) vos remarques à l’Express, qui a fait exactement la même chose dans l’hebdo!

  • Camgru
    septembre 4, 2008

    Mais qu’il est agréable, M. Revel, de vous lire ! Vos écrits sont constamment l’écho de ma pensée, c’est une nouvelle fois vrai avec ce billet. Il y a tant de romanciers de talent dont on ne parle jamais nulle part, c’est tellement dommage. D’autant que personnellement, dès que je vois l’une d’entre elles, je zappe.

  • Sylvain
    septembre 5, 2008

    Et la boite à question de ce jour confirme un peu plus le ridicule de Christine Angot. Triste personne.

  • Rocafull
    septembre 5, 2008

    Merci pour ce post! Ca fait du bien de lire des journalistes qui n’ont pas la langue de bois. Attention en revanche au lapsus (?) : dans la deuxième citation du prénom de Angot, vous mettez Catherine.

  • AlX
    septembre 5, 2008

    Pauvre Michel Denisot en effet ne sachant pas ou ne pouvant pas répondre à ces « artistes » qui, puisqu’ils écrivent (ou jouent dans des films, ou écrivent des chansons, etc.), ont, nous le savons tous, beaucoup d’idées posées, sensées, et perspicaces à offrir sur la société ou la politique. Pauvre Michel Denisot donc, se trouvant tout à coup victime du système que la chaine de télévision pour laquelle il travaille en bon soldat de l’hypocrisie nourrit et soutient depuis tant d’années.
    Pauvre de vous en fait, qui regardez toujours ces émissions de bateleurs.

  • Michèle Abramoff
    septembre 7, 2008

    D’accord, les romans de l’une et de l’autre sont médiocres; leurs prestations à la télévision, consternantes… Mais pourquoi ne met-on jamais en cause les éditeurs, leur politique éditoriale mercantile, brouillonne et finalement désastreuse ?
    Après tout, ce sont eux les maîtres du jeu.

  • Emmanuel Roche
    septembre 7, 2008

    Voici le genre de note qui libère non? En tout cas, moi, elle m’a fait du bien.
    Bravo pour ce blog Renaud…

  • Bouquiner
    septembre 8, 2008

    Tout à fait daccord avec toi Renaud, on peut ajouter Catherine Millet à cette analyse. j’ai ecris un truc un peu similaire sur mon blog :
    http://www.bouquiner.net/article-22547379.html

  • Pierre Gallois
    septembre 8, 2008

    Je ne partage pas votre analyse qui, je vous livre le fond de ma pensé, semble plus un défouloir qu’un compte rendu. Et surtout un amalgame assez douteux. Si j’ai bien vu les mêmes émissions, Christine Angot était effectivement toute de suffisance, Amélie Nothomb simplement pleine de ses manières habituelles. Sauf aigreur de votre part, je ne vois pas comment confondre avec de la morgue. Quant à leurs ouvrages, j’ai détesté et d’ailleurs pas terminé le livre de C. Angot, lu avec assez de plaisir celui d’A. Nothomb, sans tomber à la renverse certes, mais cela justifie-t-il d’être de mauvaise foi sur sa politesse ? Enfin un mot sur Melle Nothomb : quand on voit le nombre de personnes, de jeunes gens surtout, qu’elle fait lire, qu’elle amène à la lecture, je trouve que les critiques devrait tenir compte du nombre énorme de livres de TOUS AUTEURS qui se vendent parce que des gens ont été conquis par les siens. Oui des gens, beaucoup de gens, se sont mis à lire grâce à elle. Vous lui devez ou devrez peut-être vous aussi de très bons lecteurs monsieur Revel. Je sais de quoi je parle, je ne suis pas un de ses fans inconditionnels. Je suis prof de français dans un lycée marseillais où bien peu d’élèves arrivent mordus de littérature : grâce à ses livres j’en ai vu beaucoup se mettre à lire bien plus que la moyenne, prendre vraiment goût aux lettres, et aux meilleures.
    Enfin, surtout, il y aura encore tant de livres peu lus cette rentrée, qui mériterait qu’on en parle, dont les auteurs vont passer inaperçus alors qu’ils sont très doués, qui peut-être ne publieront plus jamais pour cette raison : faites donc la promotion de ceux-ci plutôt que de vous acharner encore et encore sur des têtes d’affiche dont, ne vous déplaise, ce genre de critiques renforce encore la publicité.

  • jack69
    septembre 9, 2008

    slt à tous

    Je viens de créer un blog :
    http://deslettresetdesmots.over-blog.com/
    Bonnes lectures

  • despoint
    septembre 12, 2008

    Catherine Clément Philosophe et romancière française, révèle lors de la matinale de France Culture du 10/09/08, comment s’est organisé une cabale contre le livre « Le marché des amants » de Christine Angot, Editions du Seuil.
    http://www.dailymotion.com/kenestaf/video/x6q0u8_cabale-antiangot_news

  • Georges F.
    septembre 14, 2008

    Ouf, un peu d’air ! Votre billet fait du bien, car on finit par se poser des questions, merci Renaud Revel.
    Je remarque qu’un certain Despoint est passé, juste avant moi, déposer un post tout mignonnet sur votre blog, comme sur le mien, comme sur tant d’autres blogs littéraires.
    C’est un garnement, et son message est aussi bidoullé chez vous que chez moi. Ne vous ennuyez pas à lui répondre, je m’en suis chargé sur le dernier billet de mon blog.

  • Pierre
    septembre 24, 2008

    Quelle haine! Je ne dirai rien des prestations télévisuelles des deux auteurs car je n’ai pas la télé. Rien non plus d’Amélie Nothomb car je ne la lis pas. En revanche, pour avoir lu tous les livres de Christine Angot, je continue à la défendre. Impossible de l’accuser de malhonnêteté. Que disait Proust, sur le moi social et le moi de l’écrivain? Il faudrait peut-être distinguer les deux, surtout chez une auteur qui fait exister avec autant d’énergie, il est vrai, son moi médiatique. Les lecteurs savent qu’un texte se révèle dans le déploiement de l’écriture, et que tout est là, et seulement là. Faire la liste d’anecdotes vulgaires, trash ou insipides n’a aucun sens. Isoler des fragments, des bons ou mauvais mots ne permet pas de rendre compte du livre. Il faut distinguer le jeu (je) médiatique et le je narrateur, c’est la moindre des choses. Et ce n’est pas parce que Christine Angot choisit de garder les noms des personnes qu’elle n’écrit pas un roman, un vrai roman. Elle s’en explique encore sur France Culture, en présence de Catherine Clément. Bref, je lis toujours les mêmes choses sur le Net, c’est navrant.

  • jbernhy
    septembre 26, 2008

    En lisant les commentaires de votre article, je me dis qu’il est toujours jouissif d’entendre quelqu’un dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas. et je ne peux m’empêcher de penser que ce qui est penser tout bas par de nombreuses personnes fait bien de rester tout bas car ce n’est souvent guère intéressant. D’une part je crois que vous interprétez M. Revel les attitudes de M. denisot et si ce n’est pas le cas eh bien tant pis pour Denisot car à force de lécher toutes les bottes on finit toujours par s’en prendre une dans les fesses! et d’autre part, Angot était intéressante dans cette émission notamment quand elle a renvoyé JM Apathie à ses obsessions. En effet, chacun lit le livre en fonction de ses obsessions et dommage quand on y reste enfermé. Dans jbernhy.unblog.fr, il y a une critique sur l’autofiction et christine angot, si cela vous intéresse, bonne lecture.