Omerta

par 2commentaires No tags 0

 
 
18979420.jpg

20 minutes de bonheur”, le documentaire d’Oren Nataf sur le coulisses de feu l’émission de TF1, « Il n’y a que la vérité qui compte », produite et présentée par le tandem Bataille et Fontaine, sort en salles demain. « En salles », le terme est excessif puisque seule une simple salle de cinéma, située à Paris, projettera ce document qui jette un oeil cru sur les arrières cuisines d’un programme heureusement envoyé aux oubliettes.
 
Croisé ce matin, le réalisateur de ce documentaire édifiant, qui résume assez bien la manière dont les chaînes bidonnent et charcutent parfois la réalité, dès lors que l’audience est en jeu, m’expliquait que pas un responsable de chaîne n’avait accepté de le recevoir ou voire, même, jeter un cil sur son film. Quant aux deux protagonistes de cette émission, ils ont tenté, en vain, de faire interdire le film.  
 

N1DJCAKQ901HCAHJIBZJCAQAPZCGCAOZ3JMBCAM5EVY9CA5RWCDVCA7LUQR6CAKTYONICA875L91CA8MAWF0CAE8RF0SCACITKGOCA44CBC3CAN3XJUXCAWY3FALCAOMSELNCA2BZDTFCA62V0O0CA2R4ULI.jpgL’omerta. C’est ainsi que les portes de M6 et de Canal+ sont restées closes. Qu’à France Télévisions on s’est pincé le nez. Et que l’ensemble du paysage télé, dans un joli réflexe de corporatisme, a préféré jeter un voile pudique sur un programme qui semble déranger tout le monde. Il est vrai que nos deux héros, Bataille et Fontaine, n’en sortent pas grandi et que les coulisses de cette émission, aujourd’hui disparue, donnent une idée assez triste de la manière dont sont fabriqués des programmes qui relèvent plus de petits arrangements entre amis et de la fiction pure, que de la simple réalité. Rien que pour cela, on aurait souhaité qu’une chaîne ait le courage de programmer ce petit film, qui mérite le détour.

0
2 Comments
  • Luk
    septembre 16, 2008

    Apparament 2 salles le projetteront: Publicis (sur les champs) et l’entrepot (dans le XIVe).

    http://www.allocine.fr/seance/film_gen_cprojection=145128.html

    Je suis d’accord avec le reste, merci d’avoir rappelé que ce film sortait, j’irais surement le voir.

  • Brice Feuillart
    septembre 16, 2008

    en attendant les salariés de loribel se frottent les mains à l’idée de recevoir de copieux dommages et interets pour violation du droit à l’image. Oren Nataf a du oublier ce détail 🙂