Les premiers pas d’Alexandre Bompard à Europe 1

par 1 No tags 0

 
 
 
 
4IEECA7HWJ2YCA8LA0VXCA6C4VW9CAO389HXCAU3QJ9VCA8ZODKGCAMU3MHFCAN39HW9CA69IRAOCABSY2F7CA1BWX9DCA2USDXBCA5AGPHRCAU8UE8CCA2O1OLDCAIVGS0WCAEUXR8CCAFFBG8NCAMV71HM.jpg

Vous n’arracherez pas un soupir, pas une plainte, pas un murmure, à Alexandre Bompard, au contraire. Car le jeune et nouveau patron d’Europe 1 a indéniablement "la pêche », à l’image de cet ancien slogan, (remisé), de la station de la rue François 1er. Rien ne semble, en effet, pouvoir ébranler ou entamer l’enthousiasme de  celui qui veut afficher, face à la rumeur parisienne, dans ce restaurant du 8e arrondissement de la capitale. une sérénité solide,
A moins d’un mois de la publication d’une vague de sondage radio, que la profession attend avec gourmandise, Bompard ne veut laisser transparaître ni inquiétude, ni fébrilité…
 
Pourtant, depuis quelques jours, en effet, quelques confidences, soigneusement distillées ici et là, laissent entendre que RTL et  France Inter auraient fort bien démarré leurs rentrées. Ce qui ne serait pas le cas d’Europe 1, dont la grille des programmes, entièrement refondue cet été et incarnée, entre autres, par un trio Fogiel-Drucker (Michel)-Drucker (Marie), n’aurait pas encore trouvé son public. Leur patron n’en dira rien : convaincu que la radio est un univers de marathonien et que le redressement d’Europe 1 est affaire de temps et de volonté, Bompard butine des idées, picore des conseils, ici et là, et entend engranger à son rythme. "Tout va bien…".
 
3SIQCAXRUL7LCALK99SKCA1FCYNSCA0DIL6PCAR02M30CAJ8FGX0CAUTXP4TCAX0EJ16CADU8G09CAY5R59ZCA0TH62UCA6M8BJWCAN2XSR2CATZFZDRCAAFZC8FCAHX1NMRCAWXV7DTCAK954LMCADZB7V6.jpgOn le sent en tous les cas heureux de vivre entre les murs d’une maison dans les couloirs de laquelle il a tenu à ce que l’on affiche les portraits de ceux qui ont marqué son histoire: de Daniel  Filipacchi à Jean-Luc Lagardère (photo), de Roger Thérond à François Siégel, de Jean-Pierre Elkabbach à Philippe Gildas
Renouer avec les codes génétiques d’une radio, dont la marque est inscrite au patrimoine audiovisuel de ce pays, tel est l’objectif d’un Bompard qui a demandé au groupe Publicis de travailler sur la nouvelle identité visuelle de la station, un travail de longue haleine.
 
 
 
L’homme fait au passage l’éloge, appuyé, de Marc-Olivier Fogiel, garçon « travailleur »,9UARCAIGZYXQCAYC3C9CCAFUHAU8CAH6OJMXCATV4QIUCAKGJRMJCAIOUPP7CAGVD69ICAEW3V74CAJ758I1CAFEO55HCAGW1089CAFLI6BTCA2A9UFICAY7BLV0CAQSVJILCAVSQVV3CAV554AKCA2OUGOK.jpg « enthousiaste », et « journaliste jusqu’au bout des ongles », dont les progrès rapides à l’antenne devraient vite payer, " vous verrez", dit-il.
 
L’une des préoccupations affichée du nouveau patron d’Europe 1, c’est de réinstaller la station sur "l’événement", tout en allant reconquérir de nouveaux territoires. Car « bobo » et parisienne, la station de la rue François 1er se serait, au fil des ans, dangereusement éloignée de l’auditeur. Une reconquête qui prendra du temps…
Accroché au bastingage et décidé à ne pas se rendre otage des sondages, Bompard entend tracer sa route tranquillement. Quitte à essuyer quelques grains au passage. Passé par Canal+, l’homme, il est vrai, en a vu d’autres.             

         

0
1 Comment
  • Pierre
    octobre 15, 2008

    Franchement, Europe 1 n’est plus ce qu’elle était et ce n’est pas avec l’arrivée de Michel Drucker et ses dégoulinantes émissions que les auditeurs vont revenir, bien au contraire ! Fogiel était un pari et je suis un peu étonné de son manque de connaissances sur des sujets courants (politiques et économiques, il n’y a pas que le people dans la vie…). Je me souviens de Jean-Luc Delarue dans les 90ees et lui avait une véritable « crédibilité » en dépit de la fronde des journalistes de l’époque. Depuis, il est devenu imbuvable mais à l’époque c’était novateur, trop sans doute. Bref, la rentrée de septembre 2009 sera à coup sûr très différente de celle de cette année et je ne donne pas cher de la peau des 2 personnages en question. Qu’E1 redevienne la radio des cadres, des personnes ayant un peu de culture et plus d’un neurone et, surtout, qu’elle ne copie pas RMC et Bourdin, le degré 0 du journalisme et le Pape de la démagogie avec sa radio-trottoir, car, entre le trottoir et le caniveau, il n’y a qu’un pas…