L’opération anti-Marchal de la police nationale.

par 1 No tags 0
Flics, le téléfilm du cinéaste Olivier Marchal, que diffuse TF1, ce soir en prime time, a suscité de violentes réactions au sein de la hiérarchie policière. La peinture, violente et sans fioritures, de l’univers de la « flicaille », tel que le restitue Olivier Marchal, a fortement dérangé la place Beauvau où l’on aurait préféré voire débouler sur les écrans de TF1 une génération de flics plus proches de la police scientifique des « Experts ». Une vision ripolinée que réfute Marchal, critique quand on évoque devant lui l’image d’une police scientifique " qui ne reflète en rien la réalité policière". Et un réalisateur dont la série coup de poing sur TF1 risque de faire couler encore beaucoup d’encre.

Le journaliste du site Médiapart, David Dufresne, a réalisé dans ce cadre là une très belle enquête (ci-jointe) sur la manière dont l’état major de la police a tenté d’allumer divers contre-feux. En soutenant d’abord, (moyens humains et techniques à l’appui), le tournage du film Go Fast, un film pour lequel la police nationale a monté avec la production de ce long métrage un important partenariat, comme l’affirme l’auteur de ce document, pièces filmées à l’appui. Et en menant campagne, ensuite, contre l’œuvre de Marchal, sérieusement dénigrée dans la presse par quelques anciens grands flics, appelés à la rescousse. Le document de Dufresne est en cela très éclairant. Regardez-le.       

0
1 Comment
  • jack69
    octobre 9, 2008

    Victoria Nabbes se trouvait face à moi dans l’appartement du 6, Rue de la Victoire, que je venais d’ailleurs de racheter à son propriétaire.

    – Tu m’as demandé, il y a quelques semaines de trouver certains renseignements au sujet de la « Wilde Industrie ». Après un mois et demi de recherche, je peux te dire…

    – Me dire quoi, Victoria ? ai-je complété.

    La suite sur http://www.deslettresetdesmots.com/