Michèle Cotta et l’homme de Sarkozy.

par 1 No tags 0

 
images.jpg
 

Michèle Cotta joue les vestales, depuis plus de 25 ans….Bien que l’ancienne journaliste émérite et présidente de la Haute Autorité, en 1982, ait dételé de longue date, le sourire mutin, elle vacille à chaque fois que l’on évoque devant elle les réformes de l’audiovisuel et ses secousses telluriques. Comme si en gardienne du Temple, elle veillait à ce que personne ne vienne saccager un paysage télé, dont elle se sent un peu dépositaire. Et ses formidables «Cahiers secrets de la Ve République »,(édités chez Fayard), sont là pour nous rappeler le rôle qu’elle occupa dans les années 80.   
 
 
Claquemurée derrières d’épaisses lunettes noires, je la voyais s’agiter, bougonner, s’agacer, trépigner devant moi sur son siège, ce matin, au micro d’Inter, face aux propos de Dominique Antoine, l’homme de Sarkozy, à l’Elysée pour les questions audiovisuelles et culturelles.

Menue et décidée, elle tentait de renvoyer dans ses cordes celui qui, atomisant le CSA et les instances qui lui ont précédé, justifiait, (avec quelques bons arguments, au passage), la décision du chef de l’Etat de désigner, dorénavant, le PDG de France Télévisions. Pour en finir, disait-il, avec « l’hypocrisie » qui consistait jusqu’ici à confier à des instances de régulation vaguement indépendantes, et le plus souvent sous influences, le soin de désigner des patrons de chaînes cooptés par le pouvoir. Et afin d’aligner, aussi, l’audiovisuel public sur le droit commun des entreprises d’Etat.

resize.jpg Michèle Cotta, qui n’a pas caché ce matin que les politiques, de gauche comme de droite, ont toujours tenté, et ce depuis l’invention de la cathode, de jouer de leurs influences, afin d’imposer leurs choix, en matière de nomination, y voyait ce matin, pourtant, à l’instar du PS, qui s’apprête à ferrailler à l’Assemblée sur ce thème, un bien fâcheux retour en arrière. 

Pour avoir assisté, depuis 1982, à tant et tant de parodies de nominations biaisées, je vous avoue être d’un avis radicalement contraire. En l’espèce, Nicolas Sarkozy a raison.    

0
1 Comment
  • André
    octobre 23, 2008

    Vous devriez publier un démenti, le blog de Maître Eolas est assailli de messages agressifs depuis votre article sur le journal Vendredi (les lecteurs le confondent avec François Desouche) :

    http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=2198