Presse écrite: l’Etat en flagrant délit de double langage

par 11commentaires No tags 0

 
 
 
 
EYM4CAJCF1EVCAR810HJCADWOXWICA31W5UICA1W3WDRCAVORBRFCA4RRIBWCA81DQ1ACAP7AAVKCALCJWU3CA6ZMFA9CAF455ZUCABWW0DCCAOA64A5CAEJCZIZCA2PJCENCAQWAEFQCAUEJ3C5CA483B5B.jpg

Le projet d’un alourdissement du taux de TVA pour la presse magazine et d’un recentrage des aides à la presse sur les journaux dits d’information générale et politique, (c’est à dire, la presse quotidienne), soulève un tollé dans les rangs de la presse magazine.
 
Cette polémique, qui peut sembler anecdotique pour le commun des lecteurs, est pourtant d’importance: elle mérite que l’on s’y arrête et elle nécessite un commentaire au bazooka.
 
Car au delà de toutes considérations de chapelle, l’idée même d’imposer une taxe à un produit culturel comme la presse écrite, dont on sait la fragilité extrême, est un vrai scandale.
Il est surprenant de voire à quel point nos politiques, si prompts à défendre sur les tréteaux les valeurs démocratiques, s’échinent à fragiliser une industrie qui parce qu’elle est attachée au pluralisme de l’information et à sa liberté, reste un pivot de notre démocratie.
 
Et il est doublement surprenant de voire un président de la République, Nicolas Sarkozy, décréter d’une main, un plan Orsec, en organisant des Etats Généraux de la presse, (passablement encalminés), et laisser, de l’autre main, les cols blancs de Bercy et de Matignon matraquer, dans le même temps, des entreprises de presse exsangues! Quand il faudrait, à l’inverse, desserrer l’étau, libérer de l’oxygène, aller au chevet et permettre aux journaux de se développer, sans avoir à enchaîner coupes sombres, plans sociaux et dépôts de bilan.
 
images.jpgTout cela relève de l’imbécillité crasse. Et rejoint les propos à l’emporte-pièce et peu amènes d’un Nicolas Sarkozy qui, de manière récurrente, cible, démolie, flingue allègrement les journalistes : une profession d’emmerdeurs conspuéeeacute;s, qu’il ne tient pas en considération ; une corporation régulièrement montrée du doigt et pour laquelle l’Etat ne semble pas enclin à soulever, à défaut de montagnes, le plus petit monticule.             
 
 
 
Je vous livre, ci-dessous, et pour information, les neuf arguments qui militent en faveur du maintien d’un taux de TVA indifférencié pour la presse, développés par le Syndicat de la Presse Magazine: c’est mon petit couplet corporatiste…
 
1. Le recentrage des aides est déjà une réalité : La quasi totalité (96 %) des aides directes et du ciblage postal est déjà concentrée sur la presse d’information générale et politique. 5 % des titres cumulent près de 50 % des aides totales, hors AFP.
 
2. Contrairement aux idées reçues, la presse magazine elle aussi traverse une phase critique. L’alourdissement de la TVA, (116 millions par an), accentuera les plans de réduction de coûts et d’effectifs. Sur 7 ans, et avec prise en compte de l’augmentation du coût postal, l’augmentation de charges de la presse représente 1 milliard d’euros.
 
3. Individuellement, les éditeurs de presse magazine se sont pas en mesure de supporter une diminution de leur marge de 5,14 %, effet de l’application d’un taux de TVA à 5,5%. De nombreux titres, déjà fragilisés, devront être arrêtés.
 
4. Parce que c’est la meilleure façon de diviser les éditeurs, et de remettre en cause la construction fragile de la solidarité entre les formes de presse dans tous les domaines, et notamment quant à l’organisation et à la prise en charge du coût de la distribution.
 
5. Le recentrage des aides fiscales sur la presse d’information générale et politique posera des problèmes de frontière, incompatibles avec le droit de la concurrence et le principe de la neutralité des aides publiques.
 
6. Les groupes de presse qui éditent des titres d’information générale ont besoin d’une presse magazine forte pour équilibrer le coût de production de l’information politique et générale.
 
7. Le régime économique français de la presse est déjà le plus restrictif d’Europe. Sur les 27 états membres, seuls deux pays appliquent un taux de TVA différencié.
 
8. Parce que la presse magazine est un produit culturel majeur, dont la France peut être fière.
 
9. En France, tout le secteur culturel bénéficie d’aides importantes, au-delà du taux réduit de TVA, sans qu’aucune condition, ni de contenu ni de succès commercial, ne soit imposée.
0
11 Comments
  • showshoes
    novembre 19, 2008

    on remarquera que pour un journaliste spécialisé dans les médias, votre préférence va nettement à la presse papier. L’article est écrit avec une police d’une taille exagérément grande et grasse comme si la presse papier était plus importante que les autres. Or votre objectivité ne devrait pas en souffrir. me trompe-je ?

  • Marsellus
    novembre 19, 2008

    Oh, comme écrirait Renaud, « faut voire ».

  • JEAN GILLES
    novembre 19, 2008

    La presse un produit culturel ? Il ne manque pas d’humour ce Renaud !
    Au fait elle est à combien la TVA chez vous? 2,1%, non ? Plus que pour un livre !
    Vous lire est un régal chaque jour renouvelé.

  • vincent
    novembre 19, 2008

    l’orthographe, Renaud, l’orthographe!

  • Pierre
    novembre 19, 2008

    Et la TVA du disque (CD) elle est à combien ???
    Je pense que si la dictature des NMPP était mise à mal, les coûts de fabrication seraient largement réduits et permettraient une hausse de la TVA.
    Ensuite, parler de « culture » pour n’importe quel magazine ou journal à 2 balles, écrits par des « journalistes » partisans et ne traitant pas des vrais maux de notre société est un peu outrancié, non ?
    Si Sarko vous méprise, il a raison. Vous êtes en grande partie méprisables, fainéants, privilégiés et votre collusion avec les politiques ne vous honorent pas. Vous êtes tout sauf indépendants et, personnellement, qu’un journal ou plusieurs disparaissent ne me dérange en rien. La vérité est ailleurs…

  • Fabien
    novembre 19, 2008

    Pendant les présidentielles, certains citoyens avaient lancé l’alerte sur le danger porté sur la démocratie, d’une élection de Sarkzoy. Le risque d’une Berlusconisation de la société avait été mis en avant. Nous y sommes.
    Les médias sont un pillier de la démocratie au même titre que la justice. Il n’est pas étonnant si ce sont ces deux pilliers qui sont visés par le pouvoir Sarkozyste.
    Fragiliser le service public, renforcer les 2 chaines privées dirigées par les amis du président, tuer la presse indépendante, renforcer la concentration des médias aux mains des proches du pouvoir.

    A l’époque ces citoyens éclairés étaient accusés par Mr Revel et ses amis, d’être des « anti-Sarkozystes primaires ». Il est bien temps de pleurnicher Mr Revel. Maintenant il faut assumer vos choix.
    La France a fait le choix du Sarkozysme, qu’elle l’assume et qu’elle en paye le prix.

  • Franck
    novembre 19, 2008

    « personnellement, qu’un journal ou plusieurs disparaissent ne me dérange en rien. »

    Bravo, très intelligent Pierre. Vous bossez dans quoi ? Que l’on puisse souhaiter la mort de votre boite…

  • Pierre
    novembre 19, 2008

    @ Franck:
    Vous confondez « souhaiter » et « être indifférent ». En ce qui me concerne, je ne vois pas en quoi des journaux qui ne se vendent pas devraient être subventionner. J’en ai marre de payer encore et toujours pour des gens ou des choses qui ne me concernent pas. Il y a déjà suffisamment de fonctionnaires payés à ne rien faire, si ce n’est la grève, d’allocations données à des immigrés entrés illégalement sur notre territoire et que l’on se voit contraint d’intégrer sous la pression des droits de l’hommistes et à cause de la démagogie de politicards véreux qui s’en mettent plein les poches sur le dos de la classe moyenne, pour s’émouvoir du sort de ceux qui participent à cette mascarade de démocratie !
    Une fois de plus, qu’ils commencent par revenir sur les avantages démentiels du Syndicat du Livre et des NMPP et sur un monopole qui coûte très cher en terme de disrtibution et que les éditeurs n’osent pas dénoncer…

  • wow gold
    novembre 24, 2008

    Il n’y a pas qu’en France où la presse va mal. Le New York Time a dépêché à Paris l’un de ses « Cost Killer», chargé de remette d’équerre l’International Hérald Tribune. Un prestigieux quotidien qui va devoir se serrer la ceinture et quitter ses jolis bureaux de Neuilly pour gagner la Défense.
    http://www.powerleveling-wowgold.com

  • Curt Mulhern
    septembre 30, 2011

    Nice one for sharing this  » Presse écrite: l’Etat en flagrant délit de double langage | Immédias – Lexpress « . Your site is properly done. I’m certainly astounded by the details that you have on this particular web-site. It explains precisely how very well you are aware of this subject matter. Just book marked http://blogs.lexpress.fr/media/2008/11/19/presse_ecrite_letat_en_flagran, will come back for more info. I found precisely the data I wanted just after browsing everywhere and merely couldn’t obtain. Just what a great web page.

  • Kendra Harshman
    novembre 24, 2012

    This is real great read. Very great.