Quand le lobbying de TF1 et de M6 se révèle payant…

par 3commentaires No tags 0

 
 
F7ZICALPV3U5CAOV3TKCCADD9R4DCAO0ON0JCAQFCHOOCAAKBUY8CAMB2AQDCADADHU6CASZ9QN1CAAB60OPCABE2EONCAF302MTCAM7F89WCA05LSCBCACA52ZFCA6REDWQCARNTBY9CA49H43CCA5104TM.jpg

Le Syndicat national des journalistes (SNJ) a dénoncé aujourd’hui la décision des députés UMP de baisser la taxe sur les recettes publicitaires des chaînes privées pour financer la suppression de la publicité sur France Télévisions, estimant que la majorité "veut la mort" du service public, notamment de France 3.
 
 
 
"C’est une réponse au lobbying de TF1 et M6. La suppression de la publicité était déjà un cadeau pour eux, voilà un cadeau supplémentaire. C’est hallucinant, on veut notre mort", a déclaré à l’AFP Carole Petit du SNJ.
 
                 
Les députés UMP ont décidé, en commission, de baisser de moitié, jusqu’en 2012, la taxe sur les recettes publicitaires des chaînes TV privées (TF1, M6, Canal +), qui était fixée à 3% dans le projet de loi sur l’audiovisuel public pour financer la suppression de la publicité.
 "Le président de la République nous a garanti le principe de ces taxes pour compenser le manque à gagner de la suppression de la publicité (450 millions d’euros). Où vont-ils prendre l’argent?", s’interroge la déléguée syndicale.
 
                 
Le SNJ craint notamment pour l’avenir de France 3, redoutant une "disparition de l’information nationale". "On a le fusil braqué sur nous: c’est France 3 qui pèse le plus lourd, avec la plus grosse masse salariale", a-t-elle commenté.
 
Le nouveau cahier des charges et des missions de France Télévisions, qui vient d’être adopté, définit France 3 comme une "chaîne nationale à vocation régionale". (AFP)
 
UC8YCAPQLRLRCA2Y71MZCARHEMJMCAED9G8ZCAURSHV1CA562EE8CA7D9VGKCAIY0LQ7CA1SR21LCAUSVYZXCANPG0W7CA9ABAUXCAR7WW75CAH1H1XZCACNHZBLCA9QA2X7CAQV2R1GCA7T3ZYHCAR7JRQH.jpgCommentaire: on savait depuis quelques jours que le lobbying exercé par TF1 et M6 en direction de l’Elysée et de l’UMP était puissant. Et que la pression exercée par les dirigeants de ces deux chaînes, (soutenus par leurs actionnaires, dont le groupe Bouygues, qui n’a pas ménagé ses efforts ), allait bon train. De vieilles méthodes toujours efficaces. Et si d’aventure, l’Assemblée décidait de valider cet amendement, c’est toute une partie du mécano budgétaire mis en place par la Commission Copé et son président, JF Copé, (photo) qui s’effondrerait. Se reposeraitn du coup la question de la réforme de France Télévisions et de son financement…Joli bordel.  
0
3 Comments