Le petit charbonnier devenu prince de Marseille et confident du président….

par 5commentaires No tags 0

 
 
 
 
 
 
55.jpg

A 14 ans, Fabrice Larue n’avait pour horizon que les épaules de son père charriant des sacs de charbon dans un petit village de Bretagne, situé à quelques encablures de la demeure de l’ancien premier ministre, Pierre Bérégovoy. Enraciné dans des origines ouvrières, le gamin n’avait pas eu d’autres choix que de se mettre dans les pas de son patriarche, se coltinant à son tour et jusqu’à l’age de 17 ans, des sacs de combustible.
Près de 40 ans plus tard, le voilà, manucuré et tiré à quatre épingles, attablé dans un joli restaurant à deux pas de l’avenue Georges V, où l’homme a installé de confortables bureaux…
 
« Toute ma vie, j’ai eu de la chance », dit-il. Passèrent les années et à 20 ans, Fabrice Larue abandonne son métier de charbonnier et se lance, avec de petits moyens, dans la distribution de prospectus : nous sommes en 1976 et Larue investie ses quelques deniers dans ce qui ne s’appelle pas encore la « presse gratuite». Dix ans après, entouré d’amis partenaires, il est à la tête d’une quarantaine de titres gratuits, qu’il revendra un matin à la Comareg. Premier jackpot.
 
TWJKCAVZD94LCA99E8YICAX0K9XHCAY7VXZFCAALSNCGCADRECEFCAJSLXRTCACDF417CAET5TAECA77HBX0CADDP74YCAAIXPTQCA2LTFGKCAENH5SECAZFEV8RCAJ2A0H8CAXJP343CARS5P27CACUA0S3.jpgSa deuxième aventure a pour nom Radio Nostalgie. En 1987, il décide avec quelques soutiens de racheter cette petite station peu connue à son propriétaire, Pierre Alberti. Fabrice Larue en fait très vite une vraie « sucess story » et il revend la station au groupe NRJ, en 1996, pour 450 millions de francs. Second jackpot.
 
C’est l’époque où il rencontre le PDG de LVMH, Bernard Arnault. L’industriel est séduit par ce jeune entrepreneur, à qui il confie son pole médias. C’est la création de DI Groupe avec, dans l’escarcelle, le quotidien économique La Tribune, le magazine Investir et Radio Classique. L’aventure durera dix ans . Une décennie au terme de laquelle notre funambule tourne une nouvelle page. Il quitte Bernard Arnault et rachète, alors, au nez et à la barbe du groupe Lagardère et de quelques autres prédateurs, dont l’ancien patron d’Endemol, Stéphane Courbit, la plus ancienne société de production de télévision, Telfrance. L’opération, (d’une centaine de millions d’euros), est réalisée à 65% par Fabrice Larue et à 35% par les Caisses d’Epargne.
 
Et quelle belle affaire! Créée il y a 85 ans, Telfrance, une société qui produisit Thierry la Fronde, c’est quelques 4000 heures de programmes, dont…Plus Belle la vie, Louis la Brocante, Sainte Thérèse.com ou les Maternelles, de France 5.
 
WUELCA97WJJDCAPQ0JXDCAF85IFKCAC1A9AFCANAPM20CABU87N5CA3FHE5PCACDPXDJCA7HTC1ICAOLPI66CA46SIXMCAU9G8PTCANVN5ONCA4O8OKCCA32Y69ZCAM9Y6F2CABNWL5XCAOV0ECZCA9O9FMO.jpgInutile de dire qu’avec Plus belle la vie dans son catalogue, Fabrice Larue est assis sur une rente. Cette saga marseillaise, qui fait un carton sur France 3, a transformé Larue en héros sur la Cannebière. Au point que le député UMP, Renaud Muselier, lui a demandé de réfléchir comment associer la série à « Marseille 2013 », cette manifestation euro-méditerranéenne, médiatico-culturelle, dont Muselier est l’un des maîtres d’œuvre.  
 

9JMOCAJEJ678CA7X1UO7CA2T2N83CA62NACECAN49PD8CAXGNKU4CAN8ORJ7CA0YD9M0CALLMN80CA0W3KL6CAESR1I6CA58A4JICARBUFEUCAF14Z0CCA835RAHCAHW7P4XCAWPE1GCCAHKXI48CAIG7I1S.jpgLa politique n’est jamais loin. Et le très discret Fabrice Larue dispose d’un joli réseau. Il était hier après-midi dans le bureau de Nicolas Sarkozy. Les deux hommes se connaissent de longue date. Le chef de l’Etat était son conseil en 1995, quand ayant regagné son cabinet, au lendemain de l’échec d’Edouard Balladur à la présidentielle, Sarkozy avait repris ses habits d’avocat. Depuis, les deux hommes se parlent et se voient. Au menu de leurs échanges, l’évolution du paysage télé, l’avenir de France Télévisions…Il est des destins qui méritent un coup de chapeau.       

0
5 Comments
  • Momo
    décembre 19, 2008

    Texte très émouvant aux accents de Dickens.

  • Tetu29
    décembre 20, 2008

    Houlà !!! C’est beau, on dirait du veau… Et mon œil bovin en est tout humide.
    Heu, Renaud, ça sert à quoi de pareils papiers ? A permettre au petit charbonnier d’accrocher une « top-story » à sa « scorecard » ? Hum, pardon, d’accrocher un portrait avec citation à son palmarès ?
    Parfois, je cherche votre point de vue critique. Je m’y résigne, vous n’en n’avez visiblement pas. En tout cas, il y a un manque de recul certain. Je rejoins Momo sur Dickens.
    Allez, c’est week-end, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Et en plus Noël arrive. La trêve des confiseurs avec…

  • ol
    décembre 21, 2008

    vive le fric, vive le fric d’hiver!

  • jocur online gratis
    mai 27, 2012

    Ce tare e acest post, felicitari chiar a meritat sa citesc ce ai scris

  • Viviane et Joris
    juin 27, 2012

    Bravo l’artiste ! Je pense que tu me reconnaitras.