Mauvais buzz pour Delarue

par 4commentaires No tags 0
Les images de Jean-Luc Delarue au chevet d’individus brisés par la crise font depuis quelques jours le tour de la blogosphère. Et elles déchaînent la critique. Il est vrai que le spectacle de cette émission lacrymale est indigne. On se demande pourquoi France 2 a pris la décision de confier une telle émission à un animateur, dont le seul souci à l’évidence était d’amener des individus en plein désarroi, sans nul doute choisis pour leur capacité à exprimer leur désespérance à l’antenne, au bord du chaos, aux confins de la détresse.
 
Il y a quelque chose de nauséeux à exploiter, médiatiquement, de la sorte le malheur d’autrui. Et si la douloureuse question de la précarité en France mérite naturellement un prime time, son traitement journalistique suppose rigueur et retenue. On aurait souhaité un traitement à la hauteur du problème et des réponses politiques. Au lieu de cela, France 2 nous a gratifiés d’une émission en trompe-l’œil, où tout n’était qu’apitoiements et larmoiements. Le pire du petit écran. Je serai curieux de savoir ce qu’en pense la rédaction de France 2 et ses responsables.
 
Daniel Schneidermann, sur son site, Arrêt sur images, a consacré un petit débat à cette émission en pointant du doigt et fort bien les excès et les dérives de ce programme. Les questions y sont, à mon sens, bien posées. Vidéo.    
 
0
4 Comments
  • lemmamazout
    décembre 20, 2008

    J’ai regardé un bout de l’émission, j’ai été littéralement écoeuré par l’absence totale de pudeur du programme et par la démagogie insensée de Delarue. Pour la première fois, j’ai changer de chaine par écoeurement.

  • creads
    décembre 21, 2008

    Du scandale du scandale… toujours du scandale pour faire grimper l’audience … pfff

  • bulle
    décembre 22, 2008

    Mais c’est toujous ainsi sauf que, là, c’est la misère économique qui arrive dans les salons et cela devient tout d’un coup insoutenable. Pour notre petit confort. Mais Delarue pousse toujours ainsi le bouchon, ne protégeant jamais ses invités, les exposant toujours à craquer. Avez-vous remarqué dans ses reportages que lorsqu’une personne évoque dignement un problème, on laisse souvent la caméra tourner quand elle a fini pour récolter les sanglots d’émotion qu’elle avait retenus pour communiquer. Il y a longtemps, au montage, on aurait coupé au dernier mot de l’intervention. Je déteste la méthode Delarue mais soyons juste ne tirons pas sur ce type d’émission uniquement lorsqu’il s’agit de la misère économique. Indignons-nous aussi quand il s’agit du cancer, de l’autisme et de la myopathie car au bout du compte c’est la même recette… Toucher le sensible en montrant la peine des autres sans développer la réflexion.

  • Hervé
    décembre 22, 2008

    Tout à fait d’accord avec votre analyse M7jdfjk Revel!