Scénarios

par 0 No tags 0

 
 
282522.jpg

La succession de Patrick de Carolis à la présidence de France Télévision donne lieu à tous les fantasmes, à toutes les rumeurs. Je vous ai déjà raconté, ici, comment Patrick Poivre d’Arvor, reçu par le chef de l’Etat à l’Elysée, quelques semaines après son éviction de TF1, avait dit à Nicolas Sarkozy son intérêt pour le poste. Une information jamais démentie du côté du Château où cette semaine encore l’un des fidèles du président de la République me rappelait l’anecdote, plutôt savoureuse.
 
Si personne, à l’heure d’aujourd’hui, n’est sérieusement en mesure de mettre un nom sur l’homme, (ou la femme), qui prendra, demain, les commandes de France Télévisions, certains dans l’entourage du chef de l’Etat ont déjà une idée précise sur la question.
 
C’est le cas d’Alain Minc (photo). Le très véloce et habile conseiller, (à ses heures), du chef de l’Etat, à qui il souffla l’idée de la suppression de la pub sur France Télés, se dit partisan d’un manager pour ce poste. Rappelant, à juste titre, que ni l’ancien PDG de TF1, Patrick Le Lay, venu du BTP, ni l’actuel patron de Canal+, Bertrand Méheut, venu quant à lui de l’industrie des pesticides, n’ont fait leurs classes dans l’audiovisuel avant d’embrasser de brillantes carrières à la télévision, Alain Minc estime que seul un homme à poigne venu du monde de l’entreprise serait à même de conduire la difficile réforme de France Télévisions. Pas faux.
 
Exit donc, à ses yeux, une éventuelle candidature du journaliste et ancien patron du Monde, Jean-Marie Colombani. Décidé à prendre tout le monde à contre-pied et à faire taire les rumeurs de reprise en main politique, Nicolas Sarkozy semble, quant à lui, décidé à faire un « coup ».
 

olivennes2.jpgMais lequel ? Au petit jeu des pronostics, un nouveau nom vient de faire son apparition : celui de l’ancien président de Canal+ France et actuel patron du Nouvel Observateur, Denis Olivennes. Un homme de gauche passé par le groupe Pinault et dont Nicolas Sarkozy, qui lui confia la rédaction d’un rapport sur les industries culturelles et le piratage des oeuvres, pense le plus grand bien.          

0
0 Comments