Par la petite porte…

par 1 No tags 0

Le poids d’une image….Celle-ci est l’une des plus visitée sur Internet, depuis hier. Poussé sur un fauteuil roulant comme on traîne un caddy entre deux linéaires d’une grande surface, Dick Cheney a quitté la Maison Blanche, à l’image de son locataire: par la petite porte.
 
Comme si, dans un ultime pied de nez, l’Histoire ne voulait retenir de l’âme damnée de Georges Bush, que cette image: celle d’un homme lâché de toute part. Y compris par son propre corps. La métamorphose d’un centurion aveuglement buté de la politique Américaine, en un Nosferatu brisé, mis au rebus et emmené loin de la Maison Blanche, tel un pantin désarticulé.
 
 
Les médias Américains n’ont pas hésité à passer et repasser en boucle, et avec parfois une jubilation non feinte, les images de cet homme embarqué à la va-vite dans un hélicoptère, suivi d’une anonyme escorte: l’exil héliporté d’un responsable politique affabulateur, qui aura entraîné l’Amérique et son président, à qui il aura donné des années durant bien mauvaise haleine, dans une aventure irakienne cauchemardesque.    
0
1 Comment