Après le Sarko show: revue de détails

par 10commentaires No tags 0

 
 
 
e3eef16ea30b0fd5937fd84767221e7f2.jpg
 

 
Dur, dur d’être sous les feux de la rampe…Dernier de cordée à l’Elysée, où il faisait ses premiers pas dans la cour des intervieweurs politiques, le journaliste de M6, Guy Lagache, pressenti pour présenter le futur JT de la chaîne, a été condamné au silence par sa direction. Pas de commentaires dans les journaux ou sur les tréteaux, M6 a demandé à son protégé de faire profil bas, considérant qu’il n’est pas très opportun, non seulement d’aller se faire mousser après avoir été l’hôte du chef de l’Etat, mais également d’aller raconter sur les antennes les coulisses de cet entretien télévisée.
 
Pour le reste, qu’a t-on vu ? Une Laurence Ferrari erratique, sorte de vestale cathodique qui aura dégagé toute la soirée une impression un peu décalée, glacée, polaire même, posant au chef de l’Etat des questions, souvent ciselées, sans l’ombre d’une expression. Elle semblait presque ailleurs.
 
Il y eut David Pujadas qui fut, comme de coutume, pugnace, accrocheur, mais rongeant intérieurement son frein, cela transpirait, face à un Sarkozy funambule et champion de l’esquive. Un Sarkozy que «Puj» tenta en vain de coincer, notamment sur la question de la nomination par le pouvoir des PDG de chaînes publiques. Ce chapitre nous valut un très joli numéro d’entourloupe signé Sarko, le président de la République nous ayant expliqué que les médias n’avaient rien compris et que ce serait au gouvernement et non au président de la République, de désigner le futur patron de France Télévisions : fumisterie. On aurait souhaité, là, que Pujadas, qui fit sérieusement la moue, avant que Laurence Ferrari ne le coupe et passe à autre chose, le reprenne de volée…
  
8YJ2CAO6Y03KCAB9DSQQCA3X6U05CA0A2Y60CAVMH6QOCA0I3H5TCAD2N15HCAOWPIY1CA5BKVNGCACCA3N1CAYGLT32CA832CQICANNYA41CAILX6RMCAJWD6A2CA3T62YSCAESGWLWCAV50PSBCARX74ZK.jpgVint également, le parrain : Alain Duhamel, journaliste brillant à qui il ne manque plus qu’un rond de serviette à l’Elysée, tant l’homme est à son aise sous les dorures et dans ce type d’exercice. Ses questions, bachotées, travaillées, labourées, lui, donnaient l’allure d’un paysan marchant au diesel et connaissant bien son terroir et son « client » : un journaliste rodé, que rien ne semblait pouvoir prendre en défaut, à qui on ne la fait plus. Chacune de ses interventions fut d’une belle densité.
 
Et puis déboula, Guy Lagache dont Nicolas Sarkozy ne fit qu’une bouchée. C’est au journaliste de Capital, dont le ton et le style était un copié-collé de son émission, qu’incomba la tache, rude, d’aborder le cœur du sujet qui nous occupait: la crise financière. Outre le fait que le garçon est apparu un peu vert face à la mécanique Sarkozy, il permit à ce dernier de dérouler tranquillement son propos, nous entraînant dans de longs tunnels interminables: pour un peu on aurait entendu les mouches voler.
 
On a touché ainsi, hier soir, aux limites de l’exercice. Nicolas Sarkozy, qui s’était engagé à réformer, à dépoussiérer, la communication présidentielle, a tout simplement repris un dispositif ultra-classique, inventé il y a de cela une vingtaine d‘années par l’ancien communicant de François Mitterrand, puis de Jacques Chirac, Jacques Pilhan.
 
Cadenassée, verrouillée, corsetée, cette communication à l’ancienne est l’inverse du débat contradictoire. Dans un tel dispositif, les journalistes, tous préalablement choisis par le chef de l’Etat, sont condamnés, malgré eux, à jouer les faire-valoir. Aucun droit de suite, ou si peu, quand un propos du chef de l’Etat semblait inexact, (et il y en eu), aucun vrai débat, pas d’échanges…Certaines attitudes et expressions de David Pujadas résumaient du coup assez bien le sentiment qui semblait prédominer sur le plateau: celui de journalistes spectateurs condamnés à regarder le sarko-show.   
0
10 Comments
  • Tom
    février 6, 2009

    J’ai assisté à l’interview de notre cher président hier soir.
    J’ai un avis plutot positif sur son intervention. Il a su eclairer avec transparence des mesures parfois mal comprises.
    Il souhaite mettre en place une politique de changement avec des français refractaires au changement…difficile tache !!!
    REvenir à une politique classique…Certes…mais ses promesses sont un peu bousculée par la crise économique…les socialistes auraient ils fait mieux….???? je n’en suis absolument pas certain.
    Il a 5 ans pour faire ses preuves…laissons le travailler au lieu d’être derrière lui, et de manifester pour un oui ou pour un non !!!

  • Markiarez
    février 6, 2009

    Mon cher Arnaud Revel,

    Avez vous regardé l’allocution? J’en doute…
    Ou alors vous n’avez rien compris à la nomination du président de France Télévisions. Normal pour un journaliste, mais quand on est ignorant, mieux vaut se taire:)

    Explication: Le conseil des ministres et le président à sa tête PROPOSE un nom au CSA (indépendant) qui l’accepte ou le refuse.

    Si il le refuse, c’est fini et le conseil des ministres et le président doivent trouver une autre personne.

    Si le CSA accepte: le nom est envoyé devant les élus du peuple au Sénat et à l’Assemblée qui votent au 3/5.

    Et vous voyez une « fumisterie »? Moi je vais vous dire où je la vois… Facile de reprendre ce que tout le monde dit, facile d’être journaliste si on ne prend pas la peine soi même (par ignorance pur et simple surement) d’analyser l’information.

    Et ne me parlez pas de bobard de la part du Président, je suis assez qualifié, en droit notamment pour savoir de quoi je parle et un certain nombre de professeurs de droit analysent la réforme pareillement 🙂

  • patrice mad
    février 6, 2009

    Bonjour,
    En tant que citoyen étudiant infirmier beta (lamba si vous préférez),je souhaite m’exprimer sur ce que j’ai pu observer et écouter dans mon petit écran hier soir, j’ai été scandalisé par ce Sarko’show par son écoute active (ironie), ce président est complètement bouché face aux prommesse qu’il a pu faire a Gandrange, il à su jouer de son statut de beau-parleur, toujours en train d’esquiver les sujets sensibles qui sont les plus importants pour les français. Toujours un wagon de retard, le controle de l’argent injecté dans le systeme bancaire aurait pu être éffectué avant son show télévisuel, histoire de nous rassurer légèrement. Idem pour la désignation des hauts dirigeants tv où il a su nous faire un sacré tour de passe-passe. Un dialogue de sourd, journalistes triés sur le volet, questions choisies… On nous prends pour des idiots sur tous les points, 54000 militaires mis sur le carreau mais d’un autre côté on voit des campagnes tv ‘l’armée de terre recrute’, on fait signer 7 ans non renouvellable et Hop poubelle sans que l’on vous offre la monnaie (retraite militaire inexistante), l’enseignement au centre de tous les débats, Oui il y à moins d’enfants scolarisés, est ce une solution pour de supprimer nos fonctionnaires de l’éducation? Je ne pense pas, si l’on veut une france qui présente de la matière grise, il faut aller dans les banlieues, il faut proposer, former, anticiper !!! Je suis actuellement étudiant infirmier, 3 ans et demi de formation reconnue bac+2, salaire 1400 euros net… Comme Mr.Sarkozy nous a expliqué, il faut réorgnaisé les soignants dans les structures hospitalières, il manque de personnel voila tout, qu’il vienne sur le terrain, lui qui est si proche des Français et Françaises. Certe son exercice n’est pas évident en ces temps, mais il doit donner aux Français la sensation d’être un peu moins pauvre, pouvoir d’achat oblige ! Nous sommes en guerre psychologique aujourd’hui, il faut donner de l’espoir aux concitoyens! Pour conclure, je voudrais ajouter que Mr.Sarkozy est tout simplement un idiot et je pèse mes mots, ‘casse toi pauvre con’ alors qu’il n’à tout simplement pas voulu lui serrer la main, et j’en passe, et sa se dit proche des français sa ??? De l’argent, il y en a, la CRAM d’aquitaine n’est pas en déficit, elle attends tout simplement l’argent que lui doit l’état depuis 10 ans, on injecte des millards à droite à gauche alors qu’il suffit de 3 millards pour redresser les comptes de la sécurité sociale. Soyez prudent, si une taxe baisse, sa remonte ailleurs, les médias sont étroitement contrôlés et ce n’est pas Parano que de dire cela !!! Sa politique est tout simplement régréssive.

  • Davye
    février 6, 2009

    Bonjour,
    pour ma part je suis chef d’entreprise.

    Nous avons regardé l’allocution de notre cher Président hier soir avec 2 clients (des ouvriers).
    Nous avons tous été d’accord pour dire que Sarko a bien noyé le poisson (comme tout bon politicien). Une question précise lui est posée… il y répond par un discours fleuve sans véritable réponse.

    Concernant ses réformes, certes il en faut mais l’idéal serait tout de même de ne pas prendre le français lambda pour un « pauvre con ».
    Oui c’est sur, son tour de passe-passe en ce qui concerne la désignation du futur Président de Frances Télévisions en a convaincu plus d’un… Mais reste qu’il est bel et bien Président du conseil des ministres et que c’est lui qui a mis les ministres en place et qui pourra, le cas échéant leur montrer la sortie… Moi ça me fait penser à Poutine et sa censure des médias…

    Oui c’est certain, il ne fait pas bon être Président en temps de crise. Il prend certainement de bonnes décisions pour faire face à cette crise.
    Le problème réside plus dans son incapacité à rassurer la majorité des français. Si les gens sont dans la rue, il y a une raison.
    Je ne pense pas que ça soit en ignorant les demandes et les revendications des français que l’on est un bon Président.
    Il est certain que tout faire passer par la voie législative a le mérite de faire avancer les choses. Mais je ne suis pas certaine que les français s’attendaient à cette façon de faire dictaturiale quand ils ont élus Sarko.

    D’un point de vue humain je n’ai pas supporté sa façon agressive et ironique de parler aux journalistes.
    Pour exemple, la pauvre Laurence FERRARI qui a été à la fête tout le long du « show » pour avoir demandé au Président d’être plus concret dans ses réponses (ce que nous pauvre français atendions également).

    Toujours est-il qu’à voir les mines dépitées des journalistes on comprend rapidement qu’ils ne s’attendaient pas à ce type d’interview qui finalement m’a plus fait penser à Poutine et sa censure qu’à la nouvelle communication auquel on s’attendait avec Sarko.

  • Malak
    février 7, 2009

    C’est à une véritable reculade du flamboyant Sarkozy à laquelle ont assisté jeudi soir 15 millions de téléspectateurs (dommage qu’il n’y en eût pas plus!). L’omniprésident avait perdu de sa superbe, de son arrogance et a même avoué s’être planté, quant à ses propos déplacés sur les grèves qu’il avait dit (énorme bourde), « désormais, passer inaperçues ». Un grand coup de manifs (ou même plusieurs coups) du type de celles du 29 janvier et le manipulateur – bonimenteur de l’Elysée va s’effondrer. Et pas que dans les sondages.
    Jeudi soir Sarkozy a montré ses peurs et ses insuffisances. Son image s’est étiolée en dépit des efforts des journalistes « béni-oui-oui » qui lui servaient la soupe. La démarche… socialiste d’Obama aux USA a déstabilisé l’omniprésident français, ami consacré de Bush. Lui qui nous avait dit suivre l’exemple… Américain et vouloir (non, ce n’était pas de l’humour) « changer le monde ».
    Et puis, énorme bourde, Sarkozy s’est créé, tout seul, de gros inconvénients diplomatiques avec le Royaume Uni en tenant des propos déplacés (encore) sur la politique économique de Gordon Brown (baisse de la TVA, en particulier) ce dernier lui promettant, par presse interposée, un solide retour du bâton.
    Une certitude encore: depuis jeudi soir, Sarkozy (qui, dit-on, craint un embrasement) est apparu clairement inapte à affronter le Mai 09 qui se prépare et c’est bien là qu’il y a un danger. Et dire que si les plus de 60 ans (j’en suis) n’avaient pas voté, il ne serait pas à l‘Elysée. Les forces actives (ou étudiantes) sont maintenant dans la rue. Voila le résultat. Le constat est lourd Sarko le capitaliste, le libéral de tout crin, a tout faux, sur toute la ligne. L’ami de Bush (et des vacances américaines) s’est trompé de rupture et … d‘amitié. Demandez donc à Dominique de Villepin qui a rappelé ce matin que la présidentielle de 2007 s’était faite sur la « rupture »:
    « Il s’agissait de rompre avec un certain modèle social français pour mettre en place un modèle – anglo-saxon – qui semblait avoir réussi », et « qui se trouve avoir complètement échoué dans la crise. La rupture, elle, est à inventer dans la crise », a dit l’ancien Premier ministre. Sous-entendu, avec quelque un d’autre…
    La France n’est pas encore sortie du chaos dans lequel elle vient tout juste de plonger.

  • Pierre
    février 7, 2009

    Bravo MARKIAREZ ! Vous avez très bien expliqué ce que je voulais dire.
    Revel travaille sur le service public et comme l’ensemble des journalistes il raconte n’importe quoi ou ce qui l’arrange. Nous vivons dans un monde médiatique d’imbéciles, d’incultes et de journalistes partisans, c’est la triste vérité !

  • jean
    février 7, 2009

    Un exemple de mensonge de sarkozy, c’est le fait qu’il faudrait les 3/5ème de l’assemblée pour valider le choix du président par nico… la vérité c’est l’inverse il faut les 3/5ème pour REFUSER le choix de nico ce qui n’est vraiment pas la même chose….

  • LANDROT .N
    février 10, 2009

    BONJOUR
    COMMENT PUIS JE M ADRESSER A RENAUD REVEL??
    JE SUIS UNE VIEILLE AMIE
    POUVEZ VOUS ME DONNER SES COORDONNEES
    JE VOUS REMERCIE

  • Jean Danette
    février 13, 2009

    Messieurs Markiarez et Pierre, vous me ferez le plaisir de me soigner cette mauvaise habitude de traiter tout le monde d’imbéciles et d’ignorants.

    Soit vous êtes dogmatiques (ça se soigne), soit votre carte UMP irradie de manière très néfaste sur vos personnes.

    En ce qui concerne le csa, je cite (les Echos.fr):

    « Ces trois nominations interviennent à un moment où le rôle du CSA, qui fête cette année ses vingt ans, apparaît affaibli. Le régulateur est en effet resté très en retrait du projet de loi sur l’audiovisuel, qui lui enlève pourtant une de ses principales prérogatives : celle de nommer les présidents de France Télévisions, Radio France et du holding Audiovisuel extérieur de la France.
    Nicolas Sarkozy estime que, en donnant au président de la République la main sur ces nominations, il a mis fin à « l’hypocrisie ». De fait, le CSA devrait se contenter de donner son avis conforme, sauf si le Conseil constitutionnel, qui sera automatiquement saisi, censure cette disposition. »

    Avec 3 remplaçants très UMP qui sont sur le point d’êtres nommés au csa, je laisse votre brillante intelligence entrevoir la suite.

    Votre arrogance me désole.

    Cordialement.

  • horoscope compatibility
    février 7, 2011

    Could you message me with a few pointers on how you made this blog look this cool , I’d be thankful.