Tu n’as pas vu les antilles, tu verras Bagdad.

par 2commentaires No tags 0

images.jpg

La scène s’est déroulée la semaine dernière à Matignon. Le publicitaire et nouveau directeur du Service d’Information du Gouvernement, Thierry Saussez, y piquait une grosse colère, déchaîné contre le quotidien Le Parisien, dont il critiquait vertement le caractère biaisé, selon lui, d’un sondage CSA indiquant qu’une majorité de français n’avaient pas été convaincu par la dernière prestation télévisée de Nicolas Sarkozy.
 

Distorsion de la réalité, médias manipulés, instituts de sondages faisandées: on connaît le refrain…Ni une, ni deux, le député UMP Frédéric Lefebvre, est sorti comme de coutume de l’armurerie pour arroser la presse, annonçant qu’il envisageait de saisir la commission des sondages, afin de faire toute la lumière sur les chiffres publiés par le quotidien.

Cette pratique qui consiste à mettre en cause la fiabilité du thermomètre, quand la température ambiante ne vous sied pas, est vieille comme Hérode. Au lieu de s’interroger sur le désordre qui règne à Matignon, où la communication gouvernementale vire au désastre, l’entourage de François Fillon préfère incriminer la presse et les sondeurs.

Que chacun balaye devant sa porte…Pas de deux, cacophonies et cafouillages, annonces et démentis…en l’espace d’une dizaine jours, Yves Jégo, Valérie Pécresse et Xavier Darcos, nous ont administré, chacun dans leur domaine, une savante leçon de communication, le pompon revenant à la secrétaire d’Etat aux Universités condamnée à arpenter les plateaux de télés afin de colmater les brèches et clarifier sa pensée embrouillée. A l’Elysée, tous ces cafouillages ont fait l’objet de critiques.

L’Elysée où on saluait dans le même temps et à grands renforts de communiqués, l’escapade surprise de Nicolas Sarkozy à Bagdad, au moment même où deux départements français, la Guadeloupe et la Martinique, étaient à l’arrêt…L’image, relayée par les télés, du chef de l’Etat arpentant le sol irakien (photo) a été préféré à celles redoutées d’un président de la République aux Antilles, où les risques d’incidents semblaient plus grands que sous le ciel de Bagdad.

0
2 Comments
  • marc
    février 17, 2009

    Saussez, je l’avais oublié celui là!! 🙂

  • romantique
    février 17, 2009

    vieux comme herode

    Cette expression s’applique principalement à des choses ( »Cette maison est vieille comme Hérode »).
    Elle est citée par Furetière au XVIIe siècle, mais sa date d’apparition semble inconnue.

    Contrairement à Mathusalem qui, lui, vécut ‘réellement’ très vieux (969 ans, excusez du peu !), aucun des différents Hérode connus qui faisaient partie d’une dynastie de rois de Judée, n’a eu une extrême longévité.
    Si le premier, Hérode Ier le Grand, a quand même vécu 69 ans, ce qui pour l’époque était une durée de vie rare, ce n’était quand même pas suffisant pour qu’il marque les siècles de cette manière.

    Alors, soit c’est le cumul des règnes des 6 Hérode, qui se sont succédés de 73 avant J.C. jusqu’en l’an 93, qui a marqué les esprits au point de donner naissance à notre locution, soit il faut simplement la comprendre comme  »assez vieux pour remonter au temps d’Hérode ».