Noel, David et le loup…La chronique de Philippe Gavi

par 0 No tags 0

 
 
KX63CA4DLVCDCAHDCWCDCAKC2HQNCARZJ3WCCAMN3J0UCAH1X3DUCAIECXMTCAQ80RR4CATJR0YFCA66K80OCA4L2PNFCAI6B5DQCA5WIXY8CA5MNMSECAU3CW4ICAD0SIMBCA0OO27OCA5KMTY1CAI2FY4H.jpg

 
Instructif face-à-face dans Le Monde Pujadas-Mamére, entre le présentateur de JT de France 2, depuis sept ans, auteur de « David Pujadas, vous subissez des pressions ? », et l’auteur de « Petits arrangements entre amis », député vert et, présentateur voilà vingt ans du JT d’Antenne 2. Le dialogue entre l’homme politique, et moraliste, et le journaliste professionnel a tourné court. Le militant démocrate part de l’Idée qu’à la tête d’un cartel composé de ses amis Bouygues, Lagardère et Bolloré, Nicolas Sarkozy agit en parrain de la télévision, et qu’avec la nouvelle loi, il met sous dépendance les dirigeants, les journalistes, les créateurs de l’audiovisuel public. Le journaliste de télévision part de sa pratique : « J’affirme  que nous pouvons faire notre travail librement, et j’espère bien que cela va continuer ». Noel Mamère esquive ; il n’a jamais prétendu que les journalistes du service public n’étaient pas libres ; on est en démocratie, « les rédactions sont devenues beaucoup plus indépendantes qu’autrefois, plus professionnelles ».
 
images.jpgMais, certifie t-il, suivant son Idée, « avec un PDG nommé directement par le président de la République, ce sera beaucoup plus dur ». Le ver est déjà dans le fruit, la preuve en est qu’en sélectionnant lui-même les journalistes qui devaient l’interroger et en choisissant l’Elysée comme cadre de la prestation,  « Sarkozy se comporte en  PDG de tout l’audiovisuel et en directeur de l’information ». Ce soupçon du journaliste perverti revient, insidieux, quand il reproche à David Pujadas de ne pas avoir interrogé Bernard Kouchner « sur le conflit d’intérêts entre lui, ministre des affaires étrangères, et son épouse, Christine Ockrent, patronne de l’audiovisuel extérieur qui dépend de la tutelle du Quai d’Orsay ». Le professionnel répond qu’il a choisi d’angler sur les accusations portées dans le livre de Péan. Ca se tient. Mais le soupçon n’est évidemment pas levé, il ne peut pas l’être, quand il est présumé et fondé sur une intime conviction..
 
Paul Claudel disait : «Rien n’est plus dangereux qu’une idée quand on n’en a qu’une ». La thèse du « Parrain » implique que les téléspectateurs citoyens sont des gens crédules (il n’y a pas plus soupçonneux que le Français) et ignares  (ils disposent de mille sources d’information, au premier chef Internet) qui pourraient gober des JT arrangés ! C’est imaginer aussi que des journalistes se prêteraient au jeu, sans que ça ne se sache immédiatement ?
 
Pourtant, ce face-à-face est salubre. Si les rédactions sont plus libres aujourd’hui, c’est sous la pression des gens qui criaient au loup. Noel Mamère fait son boulot de démocrate. Car le loup existe potentiellement chez tout monarque, encore plus s’il a été, comme Nicolas Sarkozy, élu par le peuple, s’il a tendance à décider sur tout et, plus grave, s’il est convaincu de n’être animé que par de bonnes intentions et par le pur bon sens. Il faut du contre pouvoir. « Dans une interview, il y a toujours la dimension d’un match de boxe », dit Pujadas. Dans notre république aussi. « La politique, c’est comme l’andouillette, ça doit sentir un peu la merde, mais pas trop », ironisait Edouard Herriot.
0
0 Comments