Le journalisme du fantasme: la chronique de Philippe Gavi

par 2commentaires No tags 0


 
 
KX63CA4DLVCDCAHDCWCDCAKC2HQNCARZJ3WCCAMN3J0UCAH1X3DUCAIECXMTCAQ80RR4CATJR0YFCA66K80OCA4L2PNFCAI6B5DQCA5WIXY8CA5MNMSECAU3CW4ICAD0SIMBCA0OO27OCA5KMTY1CAI2FY4H.jpg

Les Français n’ont pas confiance dans les journalistes. Il n’y a pas grand monde d’ailleurs à qui ils font confiance ! Il faut dire que les journalistes sont les premiers à savonner leur planche. «Toute information est une désinformation »  lit-on dans le « Nouvel Obs », sous la plume acérée de Jacques Julliard. L’éditorialiste raconte qu’il a participé aux travaux de la commission Balladur, qu’il a tout vu, tout noté. «De là à imaginer les torrents d’approximations, de contrevérités, voire de falsifications pures et simples à quoi la presse allait donner cours à la sortie du rapport Balladur sur les collectivités locales, cela, je n’aurais osé le faire ». Avant même la sortie du rapport, écrit-il, « Libération » bientôt imité par nombre de ses confrères, publie la carte de la « France envisagée », « L’Humanité » parle de retour à l’Ancien Régime ». Alors que « le comité ne cite aucun nom, ne préconise aucune fusion particulière ».

 

 
images.jpg

Voilà donc le directeur délégué (photo) d’un grand hebdomadaire qui accuse la presse  (on croit comprendre que son journal n’échappe pas à la règle) de livrer des informations non vérifiées, pire, falsifiées, de colporter des rumeurs. « Cette expérience m’a fait réfléchir aux perspectives terrifiantes pour la liberté d’un monde totalement dominé par la rumeur ». Totalement ?

Même auto-flagellation dans « Libération ». Dans un article intitulé « quand les jeux vidéos ont bon dos ». Olivier Séguret observe que l’ensemble des médias a, sans réserve, fait monter la sauce sur l’enfant de cinq ans qui a poignardé sa sœur de dix ans, parce qu’elle avait refusé de lui prêter sa console. C’est ce qu’avait expliqué la mère à la police, et c’est ce qu’on a lu dans tous les journaux, entendu sur toutes les antennes. Pendant quarante huit heures, les médias ont glosé sur ce fait divers. Du nanan. Et que je débatte sur la nocivité des jeux vidéos,  la déréalisation du monde, la criminalité infantile, la perte des valeurs. L’ennui, c’est que la mère a fini par avouer : elle avait poignardé sa fille, et demandé à son fils de s’en accuser. « Si la mère a inventé ce scénario de la dispute autour d’un jeu vidéo, fait finement remarquer Olivier Séguret, c’est qu’il devait lui sembler crédible. Il l’a été suffisamment pour être cru de tous les médias ». La rumeur a été crédible parce qu’ « en écho à un fantasme, pas du tout par rapport à une réalité ». Que les journalistes fonctionnent comme la maman,  sur des fantasmes, c’est en effet gênant.

Dans ces deux affaires, les médias ont pris des fantasmes pour des réalités: la fin de la Picardie, et le gamin vidéopathe Mettez-vous à la place des rédactions Il est tellement tentant de faire monter la mayonnaise, « on ne peut pas être les derniers à en parler ». D’ailleurs, si tout le monde en cause, c’est que la commission Balladur aurait pu très bien vouloir charcuter la Picardie , et le gamin poignarder la grande frangine. Ainsi vont les rumeurs, elles acquièrent une vérité, et font l’actualité dans leur course même, par l’effet boule de neige. Jusqu’au jour où le public s’offusque : « Ils ne me racontent que des conneries ». Danger. PG

0
2 Comments
  • Leroy Marine
    mars 9, 2009

    Journée Portes Ouvertes le samedi 21 mars 2009 de 13h30 à 16h30
    Rencontres avec les apprentis et les enseignants. Visite des lieux, démonstrations
    L’Ecole des Courses Hippiques-AFASEC de Grosbois
    Discipline du TROT
    Domaine de Grosbois à Boissy-Saint-Léger
    Contact : 01.45.69.23.43

  • francoise miquel
    mars 12, 2009

    Tout le monde sait aujourd’hui qu’il suffit de « nourrir » la bête médiatique ! les contraintes de fabrication de l’information : rapidité, théâtralité, storytelling , résonnance avec des représentations collectives, l’emportent souvent sur le fond, la mise en perspective; c’est pourquoi les hommes de marketing, notamment politiques, sont en train de gagner la bataille d’influence contre les médias, condamnés à couvrir des évènements fabriqués par d’autres; journalistes, réagissez!