« Le Libé des écrivains : de l’info avariée et péteuse », écrit Philippe Gavi.

par 4commentaires No tags 0

 
 
gavi.jpg

Le « coup » annuel du « Libé des écrivains » est pathétique!!. En faisant intervenir sur l’actualité des personnalités qui, par principe,  privilégient le style et le commentaire sur les faits et les procédures qui légitiment notre profession (enquête, vérification des faits, puis écriture), le quotidien devient un torchon fantasmatique, même pas bien écrit. Le comble, c’est qu’inlassable donneur de leçons de démocratie et d’éthique, Laurent Joffrin a toujours dénoncé, chez les autres, le mélange des genres, l’info spectacle, la scénarisation de l’actualité. La bande de voyous encagoulés qui, armés de barres de fer, a fait un raid sur le lycée de Gagny pour massacrer un rival, blessant au passage une douzaine de personnes ?  Marie Darrieussecq écrit: «  Il s’agissait de rivalités amoureuses. De gros chagrins d’amour. D’humiliations aussi. De blessures narcissiques, comme on en a tous à 15 ans …
 
libé.jpgA force de décrire des gamins agités comme de dangereux délinquants, on va les motiver pour ressembler à cette image, pour être à la hauteur du portrait qu’on fait d’eux. Sarkozy, qui s’occupe de tout, devrait contribuer à noircir le tableau ». Les parents qui s’inquiètent à l’idée que leur enfant aurait pu se trouver sur le passage de cette bande de voyous brutaux et lâches font le jeu de Sarkozy et de la société sécuritaire ! Si ces gamineries avaient fait des blessés graves; ou des morts (ça peut faire très mal les barres de fer et les couteaux), on aurait lu qu’il s’agissait de blessures mortelles narcissiques, comme on en a tous à 15 ans ? Même traitement stupide du massacre au collège de Winnenden, par Anne F. Garreta et Jacques Roubaud. Tim Kretschmer, 17 ans, a abattu douze personnes dans son ancien collège avant de se lancer dans une cavale meurtrière. « Dans la petite ville idyllique de cet Etat prospère et bucolique, nul ne semble avoir d’explication au virage violent de ce jeune homme sans histoire ». Qu’est-ce qu’ils en savaient, les auteurs de ces clichés, écrits sur la foi des dépêches ? Ca veut dire quoi un patelin idyllique, un Etat bucolique, et que « nul n’a d’explication » ? Le soir même, on apprend que le « jeune homme sans histoire » a fait plusieurs séjours en hôpital psychiatrique!
 
Le seul papier  convenable est signé Guadaloupe Nettel. Cette mexicaine a oublié qu’elle était écrivaine ! Elle nous apprend que la presse de son pays doute de l’innocence de la Française Florence Cassez. Un jeune homme séquestré a raconté au micro d’une journaliste, Carmen Arestegui, que la gentille Française lui a dit qu’il devait envoyer un souvenir à sa famille : « Tu préfères qu’on te coupe un doigt ou une oreille ? »  Sur cette affaire, Libé a soutenu aveuglément la compatriote. Pas d’enquête, personne envoyée sur place, ces cons de journalistes mexicains sont manipulés par la police.
Il y a encore le bouquin de Claude Lanzmann. Iegor Gran donne sa main à couper que si Sartre avait vécu plus longtemps « son antisionisme aurait tourné à l’antisémitisme » (il est mal informé des liens entre Sartre et Benny Levy, l’ancien chef mao devenu rabbin). Conclusion du beauf : « Et l’on referme le livre en se disant que, décidément, il faudrait imposer l’étude des viscères lanzmanniennes aux diplômés des Femis, Arfis, Esec et Branlec. Pour que le cinéma d’auteur français ne soit plus cette petite crotte prétentieuse, centrée sur son nombril et entretenue à coups de contribuables » 
Plutôt que de briller par un journalisme d’enquête et de reportage, Libé fait la catin, outrageusement maquillée à coups de petites crottes, d’approximations, de stéréotypes, de verbiage poujadiste, de commentaires foireux. Ce n’est pas ainsi qu’on regagne des lecteurs. Il n’y a pas les moyens ? Il fut un temps où Libé était fauché mais ses journalistes étaient sur tous les fronts. Moi, je n’ai pas envie que Libé crève.
0
4 Comments
  • Patrick
    mars 13, 2009

    Renaud Revel écrit: « Moi, je n’ai pas envie que Libé crève. »

    Moi, SI ! Et pourtant je suis un fidèle électeur socialiste.

    ça fait un moment que je ne supporte – n’achête plus – Le journal Libération qui est dévenu un véritable TORCHON ! Un grand n’importe quoi.

    Pas étonnant, alors, que les ventes de ce « journal » continue son grand plongeon !

    Et vite, qu’il disparaisse de la scène médiqtique. J’ai d’autres sites internet de gauche pour m’informer.

  • romantique
    mars 13, 2009

    comme c’est choisi les extraits…
    c’est juste « bobo libération de mes couilles oui »!
    les truismes de « darrieussecq…  »
    je ne connais plus personne autour de moi qui achète lbération pour sa qualité, plus encore pour l’image, la marque… c’est grave
    même leur site c’est pourri
    s’incrire pour leur forum hypra modéré…

  • Martin de Paris
    mars 14, 2009

    Très drôle cet article !
    Il a dû échapper à Renaud Revel qu’un ECRIVAIN n’est pas un JOURNALISTE et réciproquement ; chacun a sa spécificité, et c’est tant mieux. C’est tout l’intérêt de l’exercice proposé par Libé (dont je ne suis pas fan par ailleurs). Il serait pour le coup très décevant si le journal obtenu avec des écrivains était exactement le même que celui obtenu avec des journalistes professionnels. Dieu merci, ce n’est pas le cas.
    Pour info, monsieur Revel : un ECRIVAIN n’a pas à rendre compte d’une quelconque objectivité de l’information. Il a le droit d’avoir des opinions très personnelles (comme le fait Iegor Gran) ; il a le droit de partir dans un délire total, justement parce qu’il est un ECRIVAIN. C’est précisément ce qui fait sa valeur, sa spécificité.
    Peut être voudriez-vous que l’on interdise les écrivains ?… L’objectivité y gagnerait, c’est certain… quoi que… quand on voit certains « professionnels »… à Libé comme ailleurs.

    En quoi inviter des écrivains c’est « faire la catin » ??? Je ne comprends pas. Je suis même assez consterné par cet article rempli de haine.

    Je n’ose vous conseiller de lire un bon livre, par exemple du même Iegor Gran ; ça vous détendrait et vous reconcilierait peut-être avec les ECRIVAINS, cette engeance.

  • Franz
    mars 14, 2009

    Il me semble utile de préciser que si je ne me trompe pas, ce n’est pas Renaud Revel qui a écrit ceci, mais Philippe Gavi… Cela dit, ça n’est pas dit très clairement non plus, vu qu’on peut lire « par Renaud Revel ». Mais ce style d’écriture est loin de celui de Revel, dont je ne dirai rien pour ne pas le vexer…