Reine d’un jour

par 5commentaires No tags 0

UTCLCA5Q3DLBCA21R77MCAQ5EI0ACAP0MGOFCAI0KCRTCAL8Z3PGCAL1I1H9CAOEI8D8CA39Kelly.jpg

L’espace d’une rumeur et d’une pantalonnade l’ex journaliste de LCI, aujourd’hui au CSA, Christine Kelly a failli décrocher un rond de serviette au gouvernement où on la donnait comme futur membre de l’équipe Fillon. Bien malgré elle, cette jeune femme, inconnue ou presque il y a encore un mois, se voyait bombardée ministre après que les médias se soient emballés. Il aura fallu quelques photos (en maillot de bain) de cette proche de François Fillon publiées dans les tabloïds anglais, dont le Daily Télégraph, et de quelques articles faisant état de tout le bien que penserait Nicolas Sarkozy d’elle, pour que la rumeur prenne corps et que l’AFP aille jusqu’à se fendre d’une dépêche.
 
I l est vrai, qu’excès de zèle ou non, un très inconséquent conseiller du président de la République, avait cru bon confirmer aux journalistes de la manière la plus ferme que, oui Christine Kelly avait non seulement tapé dans l’œil de Nicolas Sarkozy, qui l’aurait trouvé « très forte » à l’occasion d’un déjeuner, mais que l’hypothèse de son entrée au gouvernement était à prendre on ne plus au sérieux. Il n’en fallait pas plus pour que la presse lui cherche un point de chute, un ministère, un portefeuille…
 
Et patatras! Comme dans le comte de fée, le carrosse s’est fait citrouille: un autre conseiller, plus habilité que le premier, a mis un terme hier à cet insoutenable suspens en démentant de la manière la plus officielle, cette-fois-ci, l’entrée, « pour le moment »  de Christine Kelly au gouvernement. Chacun a pu ranger ses stylos et rengainé la biographie de la jeune femme. Jusqu’au prochain coup de chauffe. Le « pour le moment » du dit conseiller n’a pas en effet suffit à éteindre ce vent de n’importe quoi qui s’est emparé de la presse l’espace de 48 heures. 
0
5 Comments
  • Maître Capelo
    mars 26, 2009

    Ah, ami Renaud, je vois que vos vacances étatsuniennes (alors que je vous avais envoyé en stage d’orthographe) n’ont pas amélioré les choses…

    « après que les médias se FURENT emballés » (après que est suivi de l’indicatif)

    « Daily Telegraph » (pas d’accent aigu en anglais…)

    « qui l’aurait trouvéE » (C. Kelly est une femme, aux dernières nouvelles)

    « à prendre on ne plus au sérieux »… il manque un mot, là, non ?

    « comme dans le coNte de fées » (à moi, comte, deux mots !)

    « cette fois-ci » (un tiret de trop)

    « n’a pas suffi » (pas de t au participe passé, un « i », ça suffit !!)

    C’est tout.
    « Pour le moment ».

  • zabeillon
    mars 26, 2009

    ça me rappelle un vieux sketch de coluche: »on s’autorise à penser dans les milieux autorisés » « rien n’a filtre des entretiens » « un accord pourrait être trouvé » la conclusion c’etait:bref la le mec il ne sait rien et quand un type n’a rien de plus à dire sur une info….il a qu’à fermer sa gueule!! » apparement la presse n’a pas changée depuis et même avec internet et le buzz à n’importe quel prix ça s’aggrave …

  • romantique
    mars 26, 2009

    salut morandini çà roule?

    c’est très mal écrit!

  • romantique
    mars 26, 2009

    mince désolé paulot wermus! je me suis trompé c’est toi bien sûr! le rhum(e)rend malade

  • walkmindz
    mars 26, 2009

    Le subjectif au conditionnel : si j’étais directeur de casting institutionnel
    Si j’étais directeur de casting institutionnel, connaissant l’avis volatile voire contre-productif de vox populi et la vulgarité consubstantielle des bénévoles humanistes, il faudrait anticiper les modes savamment marquetées et les mœurs faussement transgressives en promotionnant…
    … des protagonistes en forme de logo ou de statistiques, correspondant au bruit du folklore et à l’odeur du groupe, le niveau de compétence et l’expérience sont accessoires dans cette affaire si les critères de fantasmes, de représentation puis de personnification sont remplis, ne pas s’inquiéter des dommages putatifs, l’arrière-boutique n’intéresse personne tant que la vitrine est belle.

    Ou
… des produits voués à l’échec, que la concurrence laisse en jachère car ils ne sont pas conformes au standard de vente, mais leur mise en marché plus symbolique que mercantile permet à la fois d’organiser la panique chez l’outsider et de diversifier son offre thématique, tout en fidélisant des consommateurs sans avoir à les éduquer.
    Ou
… le naturel national, les fondamentaux patriotiques et le collectif docile, les pratiquants professionnels de l’hymne font de bons VRP républicains, le dirigisme empirique d’un entraîneur ou le volontarisme conditionné d’un sportif séduit les futurs licenciés comme les masochistes en manque d’autorité.
    La suite ici : http://souklaye.wordpress.com/2009/03/25/le-subjectif-au-conditionnel-si-j’etais-directeur-de-casting-institutionnel/