Sarkozy a eu tout faux.

par 10commentaires No tags 0


 
 
 
 
sarkozytvreu300.jpg                                                          

Un beau gâchis, un joli massacre…Personne, même parmi les plus pessimistes, n’aurait osé imaginer il y a deux ans, que les initiatives de Nicolas Sarkozy en matière de télévision, auraient pu conduire à un tel carambolage généralisé. Personne, à commencer par l’intéressé lui-même, n’aurait pu prévoir que la très fantasque décision de la suppression de la publicité sur France Télévisions dérégulerait à ce point le marché de la télévision, aujourd’hui en crise. Au point que ce paysage, tenu à bout de gaffe par un président de la République apprenti sorcier, est devenu totalement méconnaissable. Un bilan Sarkozy bien médiocre et en quatre points.

 

1.Une dérégulation sauvage du marché publicitaire.

L’idée était simple, simpliste même : déshabiller Pierre pour habiller Paul. En décidant de supprimer la pub sur France Télés, Nicolas Sarkozy pensait, comme beaucoup, que TF1, qui n’en espérait pas tant du chef de l’Etat, allait bénéficier au premier chef, d’un vaste mouvement migratoire qui verrait tout naturellement une grande partie des recettes publicitaires de chaînes publiques trouver refuge dans les caisses de « La Une » et de M6, qui criaient alors famine. Mais c’est tout le contraire qui s’est produit. Pris dans un vaste mouvement d’autorégulation, le marché publicitaire, contre toute attente et sous le poids de la crise, s’est pris à inventer de nouveaux modes de comportements, préférant investir sur d’autres supports, tels que la TNT et Internet. Résultat des courses, le grand transfert d’argent n’a pas eu lieu et les cash machines d’hier, rattrapées entre-temps par la crise économique, ont vu leurs recettes s‘effondrer et leurs espérances fondre comme neige au soleil. La sanction est rude et il est évident que ni TF1, ni M6, ne retrouveront un jour le train de vie qui était le leur avant que Sarkozy ne parle et que la crise lui emboîte le pas.

 

 

 


si_ge_TF1_audiovisuel_3439b.jpg

 

 

2.Un tsunami sur TF1

TF1 est la grande perdante de cette incroyable partie de bonneteau. Secouée de haut en bas par une crise de gouvernance, qui voit à l’été 2007 ses dirigeants historiques décapités, (Le Lay, Mougeotte , Namias), la chaîne n’a pas encore trouvé son nouveau modèle économique. Résultat, TF1 déclenchait hier, un « Profit Warning », une alerte sur ses résultats, qui augure d’un bilan 2009 très sombre. Cette chute brutale des recettes publicitaires de TF1 n’est pas essentiellement due à l’érosion de son audience, même si le marché publicitaire à l’œil rivé sur l’audimat: il serait trop simple, en effet, d’incriminer la politique de programmation, sachant qu’à 28% de part de marché TF1 demeure encore un média de poids et la première chaîne généraliste d’Europe. Là aussi, c’est le vaste mouvement tellurique consécutif à la suppression de la pub sur France Télés qui sont à l’origine de cet impressionnant mouvement de dominos, de cet effet de bascule qui risque d’emporter la chaîne vers des niveaux qu’elle ne soupçonne pas encore. Il n’est d’ailleurs de voir la relative bonne santé des petites cousines de TF1 et de M6, sur la TNT, ( W9, Paris Première ou TMC), qui tiennent le cap, quand leurs maisons mères tanguent fortement, pour se convaincre de l’ampleur de sanction infligée par le marché aux deux grandes chaînes généralistes.

3.Une grande braderie réglementaire signée de l’Elysée.

On n’avait jamais vu une telle foire à la Farfouille. Jamais dirigeant politique n’avait accordé autant et en si peu de temps à des chaînes privées qui tendent la sébile à l’automne 2008. Comme s’il fallait corriger en toute hâte les méfaits d’une réforme bâclée et dont TF1 et M6 payent les pots cassés, Nicolas Sarkozy, dont Martin Bouygues a fait le siège, a tout lâché: de la seconde coupure pub dans les films et téléfilms à l’allongement de la durée du temps de publicité horaire, en passant par un réaménagement des quotas de production…Et les cadeaux ne sont pas finis, puisqu’il s’agit maintenant de mettre au pas les chaînes de TNT, en les lardant d’obligations, histoire de ralentir leurs accensions. Et de sauver les soldats TF1 et M6, que l’Etat s’emploie à soutenir à coups de nombreuses mesures.

 

 


 
 
21102_une-carolis-sarkozy.jpg

 

4. Un service public que le chef de l’Etat veut à sa main.

C’est le dernier effet pervers de cette décision : la mise sous tutelle de chaînes publiques rabotées au rang de filiales de l&rsqu
o;Etat et dont le PDG est révocable du jour au lendemain, sans que le CSA ou le parlement ait leur mot à dire : une belle avancée, là aussi. France Télévisions, dont les équilibres économiques dépendent désormais des arbitrages du pouvoir et du bon vouloir de Nicolas Sarkozy, est désormais un groupe soumis à la seule volonté et aux seuls caprices de l’exécutif. Quel retour en arrière! La disparition à court terme de toute publicité sur les antennes de "France Télés" aura ainsi pour première conséquence l’affermage par le politique de chaînes de télévision sans marges de manœuvres. Les brimades et les pressions à répétition exercées depuis près de deux ans par Nicolas Sarkozy, sur des hommes comme Patrice Duhamel ou Patrick de Carolis, en sont dèjà les tristes présages.

0
10 Comments
  • Marco
    mai 6, 2009

    Franchement, le télespectateur s’en fout ! La qualité des programmes de France Televisions s’est amélioré, et vive l’absence de pub. C’est tout ce qui nous intéresse, nous les spectateurs.

  • Kirinki
    mai 6, 2009

    @ Marco

    C’est une blague votre commentaire ou vous n’êtes pas foutus de comprendre qu’une fois que France Télé n’aura plus un rond et sera à la botte du pouvoir, vous pourrez dire au revoir à la qualité de ses programmes ?

  • calvi
    mai 6, 2009

    Vive l’absence de pub ??? Des programmes qui commencent de plus en plus tard et qui arrivent après d’interminables « tunnels » d’autopromotion et d’émissions parrainées. J’en viens à regretter la pub sur FT !

  • saint
    mai 6, 2009

    Mauvaise analyse
    si l’état n’avait pas fait cela FT serait aussi aujourd’hui avec des revenues qui baissent (alors que budjet fixe) et TF1 et M6 seraient encore plus mal… Et si vous imputez cela uniquement à la TNT et bien enfin… pouvait on encore dans un pays « civilisé » n’avoir que 6 chaines ??? C’est la fin des monopoles … et vous trouvez que c’est faire la dictature d’un gouvernement que d’enfin avoir plusieurs son de cloche à la télé (m’enfin pour critiquer le gouvernement ils sont bien tous à l’unisson)

  • GED
    mai 7, 2009

    Très bonne analyse, surtout très représentative de l’action gouvernementale, n’en déplaisent aux UMPistes

  • Olivier
    mai 7, 2009

    Avez-vous pris la photo du président Sarkozy et de Patrick de Carolis? Je ne vois pas les crédits ni les copyrights.
    Merci.

  • lilou75
    mai 7, 2009

    Et oui, peu de gens ont perçu les tenants et les aboutissants de la manoeuvre Sarkozyenne. Le systeme anti démocratique de cette décision et l’absence de « ralage » de l’opposition fait peur quand même…

  • axel
    mai 8, 2009

    Analyse des plus simplistes et qui encore une fois prête des intentions farfelues au chef de l’état, qui, comme la plupart des autres, ne se vérifient pas, puisque la stratégie soi-disant machiavélique aurait échoué. Virer la publicité du service public est une bénédiction, et il n’y a que les gens qui ne regardent pas la télévision pour en douter. Il est évident que la fréquence des spots doive augmenter sur les chaînes privées puisque leur valeur baisse à cause du fait que les gens préfèrent regarder le début d’un programme plutôt que de supporter 15 minutes tunnel publicitaire.
    Les seuls téléspectateurs à se plaindre de cette suppression sont des gens qu’on prive de pause pipi ou de rangement de lave-vaisselle, des gens qui ne regardaient donc pas ces promotions avant!!!
    L’industrie française est en mutation, la publicité est en mutation, la télévision aussi.
    Et alors, avons-nous peur du progrès?

  • MillsHarriet
    juin 27, 2010

    I had a desire to make my business, but I didn’t earn enough amount of money to do it. Thank heaven my mate said to take the loans. Hence I took the credit loan and made real my dream.

  • credit loans
    août 24, 2010

    One understands that today’s life is not cheap, but we need cash for various stuff and not every one earns enough money. Thus to get good loans or consolidation loans would be a right way out.