Mitterrand dans ses nouveaux habits.

par 1 No tags 0
 
L’habit fait-il le ministre ? Assurément,oui. Donnez leur un maroquin et une voiture fonction, ils deviennent un autre…La mutation du saltimbanque Frédéric Mitterrand en un hiérarque de la République n’aura pris que le temps d’imprimer des cartes de visites à son effigie. En effet, la vie a subitement changé du jour au lendemain pour celui qui a du s’habituer à être dévoré d’admiration béate, à être aussi entouré d’une cour et à tenir, n’importe où, le rôle de vedette que nul, lorsqu’il apparaît désormais en public, ne songerait à lui disputer.
 
La politique : un cercle de feu et au centre, le Ministre. Les participants au déjeuner donné en son honneur la semaine dernière à France Télévisions, où Patrick de Carolis était la puissance invitante, en ont eu une belle et cocasse illustration. Oublié le journaliste d’hier que l’on tutoyait et à qui l’on tapait volontiers dans le dos. Orphelins du Mitterrand d’hier -débridé, romanesque et échevelé à ses heures- les dirigeants de France Télévisions ont eu droit à un Frédéric Mitterrand administrant à la louche du "Monsieur le président" à un Patrick de Carolis qui lui retournait, aussi sec, du " Monsieur le ministre", en veux tu, en voilà. Silhouette et verbe amidonné, formules empesées, ambiance compassée, le locataire de la rue de Valois semblait déjà tout à son aise dans son nouveau costume. A peine retourné à ses occupations notre ministre adressa un mot de remerciement au PDG, dont il tint à saluer en quelques lignes les efforts louables en matière de création française.
 
Les parlementaires de l’UMP, eux aussi, ont été surpris de la rapidité avec laquelle la mue s’est opérée. Il est vrai que très intelligemment le novice Mitterrand a pris soin de répondre illico à l’invitation des différentes commissions des Affaires culturelles du Sénat et de l’Assemblée. Un geste salué par les députés et sénateurs UMP, qui craignaient que Frédéric Mitterrand se comporte comme Bernard Kouchner, lequel locataire du Quai d’Orsay est détesté sur les bancs de la majorité au Parlement, où l’on fustige sa morgue. L’un d’entre eux me confiait ainsi ce matin que Kouchner non ! Mais Mitterrand, oui : "Car, ce dernier vaut vraiment le détours". 
0
1 Comment
  • anderea
    juillet 8, 2009

    donneraient ils dans la démagogie !loll
    attendons de voir ce que nous propose F.MITTERAND dans ses nouveaux atours, ça ne devrait pas manquer d ‘interêts..