Domenech et les "Bleus" à la dérive: TF1 joue gros en Serbie.

 

 L’Equipe, (dont la qualité s’accroît au fil des semaines), nous apprend que ce sont les équipes de TF1 qui co-produiront ce soir, avec Sportfive, la retransmission du match de foot clé, France-Serbie. La chaîne avait eu le nez creux au moment de la répartition des moyens techniques, au tout début de ces éliminatoires pour la Coupe du Monde, estimant que cette rencontre serait à hauts ris-ques. Elle ne croyait pas si bien dire. TF1 en Serbie, c’est l’assurance pour la chaîne de dis-poser de caméras-maison sur le terrain, d’un réalisateur de son choix, en régie, ainsi que de jour-nalistes au bord de la pelouse. Si l’événement le mérite, (TF1 risque fort de battre ce soir des records d’audience), l’enjeu est tout aussi important pour la chaîne. TF1 qui a d’ores et déjà acheté les droits télés pour la France de cette compétition prie le bon Dieu pour que les Bleus passent l’obstacle et obtiennent leur ticket pour l’Afrique du sud, l’an prochain. L’inverse serait économiquement calamiteux. Et que dire des 5 millions d’euros payés en ce moment et en pure perte pour chacune des ren-contre d’une équipe de France en capilotade !

Aussi, quand Le Parisien rapporte dans son édition d’hier la sortie au canon d’un Thierry Henry s’en prenant, à huis clos, et en présence de l’ensemble des joueurs, au très charismatique entraîneur de l’équipe de France, Raymond Domenech,  c’est la panique. D’abord, au sein de la Fédération Française de foot, une sorte d’institution ectoplasmique pilotée par un Jean-Pierre Escalette non moins fantomatique. Et à TF1, ensuite, où tintinnabulent des tiroirs caisses au bord de la crise de nerf.

Et l’on vu, avant-hier soir, sur TF1, cette scène inouïe, digne d’une intervention sur une chaîne de télévision d’un ancien pays d’Europe de l’est, d’un bel apparatchik en camisole, le pistolet sur la tempe: j’ai nommé Thierry Henry venu démentir, droit dans ses crampons, les allégations du Parisien. Un footballeur annonant la mine défaite et l’œil rivé à la caméra quelques bribes de phrases amidonnées, à l’évidence apprises par cœur, comme extraites d’un communiqué, tel fut le spectacle: consternant dans sa forme, d’un vide sidéral sur le fond. Je passe sur le décors _une pièce sinistre_ et je vous renvoie d‘ailleurs à ce sujet la délicieuse chronique réalisée par Jean-Michel Aphatie, hier sur Canal+. Je passe également sur Laurence Ferrari, elle aussi priée d’aller donner la réplique à un Thierry Henry que l’on avait sommé de déminer le terrain, à 72 heures d’une rencontre couperet.

Il est assez ahurissant de constater à quel point la communication d’un sport comme le football, dont le premier vecteur est la télévision, est à ce point minimaliste, artisanale et massacrée. 
 

0
3 Comments
  • Estelle Veutu-Mépouzé
    septembre 9, 2009

    Meuh non Renaud, Serbie-France de ce soir n’est pas un match-clé, c’est Raymond qui l’a dit : « Qu’on gagne, match nul, qu’on perde, ça ne modifie pas radicalement la suite de la compétition: il restera deux matches derrière (…)  »

  • Estelle Veupas-Lépouzé
    septembre 11, 2009

    Tintinnabuler! Un nouveau verbe vient de naître. Vous êtes très imaginatif! Je ne peux que milouer votre
    créativité.
    Raymond a une grande qualité, son optimisme.

  • CieAura
    février 1, 2011

    Please let me know if you’re looking for a author for your weblog. You have some really good articles and I believe I would be a good asset. If you ever want to take some of the load off, I’d absolutely love to write some material for your blog in exchange for a link back to mine. Please blast me an e-mail if interested. Regards!