Suicides à France Télécom: où est le PDG?

didier-lombard-france-telecom-orange_63.jpg

Il est parfois des patrons d’entreprise comme des politiques: quand la maison se met à tanguer trop fort, ils choisissent de faire l’autruche dans le secret espoir que la bourrasque diminuera d’intensité, que la série noire  s’estompera et que les médias lèveront le pied.
Ainsi du PDG de France Télécom,Didier Lombard, (photo). Claquemuré, retranché dans son bureau, muré dans un silence de plomb, le patron de l’une des entreprises les plus puissantes d’Europe, n’a pas dit grand chose, ou si peu, depuis la vague dramatique de suicides qui touche sa société. Communiqués au rabais, parole publique inexistante, pas même l’esquisse d’une communication de crise…
Etonnante attitude de la part du patron d’une entreprise de communication de cette taille, si prompte à se gargariser de campagnes de pub dégainées à l’improviste, un patron que Xavier Darcos a décidé finalement de convoquer demain au ministère du Travail, (avec du  retard à l’allumage, là aussi), sous la pression conjuguée de la presse et de l’opinion qui s’émeuvent..

Car cela fait déjà plusieurs mois que les symptômes du malaise sont là, plusieurs semaines que la presse égraine cette macabre liste de salariés acculés au désespoir. J’ai rarement vu un tel décalage entre une direction et ses salariés, un tel fossé entre un PDG et la réalité de son entreprise. Pas un mot de compassion, pas la plus petite esquisse d’une communication même minimaliste: la seule chose que l’on ait entendu, au terme d’une semaine qui a vu un salarié de plus se donner la mort dans des conditions dramatiques, c’est le message de vigilance passé par France Télécom à ses médecins du travail : veillez un grain ! La belle affaire.

Cela me scandalise d’autant plus que toutes les enquêtes, récemment publiées, montrent bien que le monde de l’entreprise est devenu pour les français un univers anxiogène, facteur de stress. Il ne fallait pas être devin pour comprendre que cette malheureuse série de suicides à France Télécom témoignait d’un malaise profond, qui aurait du être traité à la racine, dès les premiers symptômes. Un malaise qui aurait du mobiliser, sans retard,  des dirigeants incapables de manifester la moindre ampathie, et de trouver tout simplement et à défaut d’une communication structurée, les mots pour le dire.
 

0
18 Comments
  • flo1966
    septembre 14, 2009

    Je veux bien croire que le monde du travail soit anxiogène. Surtout pour les ex fonctionnaires pantouflards de France Telecom. Rémunération individuelle au mérite et non augmentation annuelle pérenne à l’ancienneté. Pression commerciale, rendement, qualité… c’est clair que ça doit leur faire tout drôle.
    Bienvenue dans le monde réel.

  • anderea
    septembre 14, 2009

    @flo pas très charitable un suicide c’est grave

    -il faut dire que tous ces cadres patrons qui sortent des écoles « management ne connaissent pas( l’empathie :de en-« dedans » et -pathie « ce qu’on éprouve=)comme le Nicolas sur la 5 hier apres midi style pitt-bull.
    -comme l’étè canicule :le gouvernement ne reagit qu’à partir d’un certain nombre :c’est un gouvernement boderline..
    -cet hiver ils vont faire les surpris devant le nombre de gens à la rue dont les retraités de plus en plus nombreux.
    my dear Renaud vous étes vous penché sur l’affaire Molex?
    j’ai écouté l émission de samuel avec comme invitèes :C.lagarde et Celarie .
    -Samuel aborde le sujet « molex » tournant bien la cuillère autour du pot (il est fin ce Samuel), parle de la présidence du groupe de cabinet d’avocats americain… si elle ne regrettait pas d’avoir quitté le groupe pour prendre sa fonction de ministre et là:
    Samuel embraye sur ‘molex’ :C.lagarde baisse le nez ,l’air géné.
    Et oui elle est restèe majoritaire du cabinet d’avocats qui s’occupe de l’affaire molex.
    -On peut espèrer que l’affaire sera mieux ntendue et defendue

  • Renaud Revel
    septembre 15, 2009

    Il est vrai que l’on a souvent pointé du doigt les pesanteurs et les corporatismes de la fonction publique, mais vous ne pouvez pas ignorer le tragique de certaines situations. Encore une fois ce qui se passe à France Télécom doit nous obliger à nous poser des questions sur la manière dont est dirigée cette entreprise. Il est de la responabiité d’un dirigeant d’entreprise d’être à l’écoute de ses salariés. En lieu et place de Didier Lombard,je dormirai mal.

  • Renaud Revel
    septembre 15, 2009

    J’ai vu Lagarde en effet: quelle curieuse image de la politique donnait-elle! L’affaire Molex est en effet hautement symbolique. Je vous donne raison en tout.

  • Guillaume
    septembre 15, 2009

    Quel est le taux de suicide chez FT comparé a celui de la population en France ? Avec les chiffres sur lesquels j’ai mis la main en quelques minutes de surf, ça ne me semble pas anormalement élevé (employés FT en France: 100.000, pop fcse: 60M, taux de suicide des français 21 pour 100.000).
    Encore un emballement médiatique comme a l’époque des flics suicidaire il y a qqs années, qui ne repose sur rien, sinon sur les déclarations d’un syndicat ?

  • GED
    septembre 15, 2009

    @flo1966 Vous dîtes « bienvenue dans le Monde réel » et bien sur vous rabâchez le le discours fonctionnaire = fainéant etc etc , alors je vous dis bienvenue chez les niais.

  • Guillaume
    septembre 15, 2009

    Selon le PDG de France Telecom, sur france Info il faut mettre un « point d’arrêt à cette mode du suicide qui choque tout le monde »

    Je rêve ! Oser parler d’une « mode » pour des salariés qui se suicident… Au lieu de vouloir mettre fin à « une mode » il pourrait montrer un peu plus de compassion et s’attaquer en interne aux causes qui poussent une mère ou un père de famille à se suicider au travail…

  • flo1966
    septembre 16, 2009

    En tant qu’élément extérieur on peut avoir un regard froid et clinique et constater que la moyenne des suicides à FT est inférieure (de peu) à la moyenne nationale.
    Encore un tohu bohu médiatique qui monte en épingle des faits divers certes tragique, mais sans caractère exceptionnel. En jouant sur l’émotion et la mauvaise image qu’ont les français de l’entreprise.
    Les sujets vont et viennent. En juillet c’était les enfants abandonnés dans les voitures, l’année dernière les suicides dans la police, puis les bébés congelés, sans oublier les thèmes récurent des suicides en prison, les chutes d’avions…. A force, je n’y fais même plus attention.

    Même si la polémique est artificielle, injuste et disproportionnée elle résonne dans l’opinion et ce de façon très négative pour FT. Didier Lombard aurait du en prendre la mesure bien plus tôt et réagir autrement. Ses déclarations sont minables et me font douter de ses capacités de manager.
    Outre la compassion qu’il devrait obligatoirement afficher pour ses employés, il devrait être partout : auprès des familles, à l’hôpital pour visiter son employé malheureux, dans les services concernés et leur responsables convoqués.
    Bref, de façon cynique, il devrait jouer le jeu du compassionnel et préserver l’image de son groupe aujourd’hui bien entamée. Or, il se comporte comme un sous chef de service comptable. (par avance, mes excuses à tout les comptables de St Pierre et Miquelon)

  • MKL
    septembre 18, 2009

    HOMAGE + PRECARITE DE MASSE = PRESSION.

    Dans une situation comme la nôtre avec plus de 5 millions de chômeurs/rmistes et des millions de précaires à 700€/mois, ceux qui ont encore la chance d’avoir un « bon » job correctement rémunéré, s’y accrochent jusqu’à ce qu’à l’extrême limite mort s’en suive…

    Beaucoup n’ont plus la liberté qu’avaient les actifs des années 60/70 de démissionner en cas de pression trop pesante.

    La solution consisterait donc à « casser » le chômage et la précarité pour rééquilibrer le rapport de force employeur/salarié.

    Et c’est possible !

    La semaine de 4 jours est un concept expérimenté depuis 12 ans dans 400 PME (Mamie Nova, Fleury Michon, Monique Ranou, petits commerces, auto-écoles, restaurants, entreprises artisanales, labos de recherche, petites SSII informatiques…).
    Sa généralisation créerait au minimum 1.6 millions d’emplois CDI/temps plein sans ruiner les entreprises, ni l’état, ni les salariés (études INSEE – Caisse des Dépôts et Consignations).

    Témoignage d’un collaborateur :
    « Je travaille comme freelance pour une entreprise, dont le personnel est à la semaine de quatre jours. Je peux vous dire que c’est très agréable, on sent des gens heureux de vivre! Bon, parfois il faut attendre un peu pour avoir certaines réponses, mais il n’y a pas mort d’homme! »

    Cette solution a même été soutenue il y a quelques années par des membres du gouvernement actuel !

    http://www.nouvellegauche.fr/vaincre-chomage/

  • flo1966
    septembre 18, 2009

    La semaine de 4 jours payés 4 jours je ne suis pas d’accord.
    la semaine de 4 jours payés 5, les entreprise ne voudrons jamais

    donc non merci

  • MKL
    septembre 20, 2009

    @ flo1966,

    Le concept de la semaine de 4 jours « à la carte » (modulable sur une année ou plus selon le contexte de l’entreprise) est justement de passer l’intégralité des salariés à 4 jours payés 5, et ça marche car ça ne coute rien à l’entreprise ni à l’état (au niveau macro-économique) !

    Encore une fois, 400 PME/TPE ont franchi le pas depuis 12 ans (Mamie Nova, Fleury Michon, Télérama etc…)

    Le principe est le suivant :
    L’entreprise qui s’engage à embaucher au moins 10 % de collaborateurs supplémentaires, en passant l’ensemble de ses salariés à 4 jours par semaine en moyenne, se voit totalement exonérée de cotisation UNEDIC.
    L’état compense ensuite partiellement le différentiel de manière à ce que la masse salariale reste inchangée pour l’entreprise.
    Coût pour le salarié :
    – sous 1500€ net/mois : 0
    – au delà : – 3% max (négociable et temporaire) de baisse de salaire

    Encore une fois, selon l’étude de la CDC, l’impact macro-économique de ce concept est neutre, par l’augmentation des rentrées fiscales (CSG/CRDS/TVA…) que la création de 2 millions d’emplois à temps plein induirait.

    Cette mesure n’a rien à voir avec celle des 35h, inefficace et ruineuse pour l’état, qui doit être abrogée définitivement.

    Ci-dessous le témoignage très récent d’un chef d’entreprise (services de comptabilité – 200 salariés):
    « Les 33 Heures en 4 jours je les ai mises en place. 10 % d’embauche.
    Certains (nes) ont pris le lundi, d’autres le mercredi (pour les enfants) d’autres le vendredi. Les réunions du personnel (information, formation) se faisaient le Mardi ou le Jeudi. L’encadrement parfois, si nécessaire, se réunissait un autre jour.
    Certaines qui étaient en temps partiel ont sauté sur l’occasion pour prendre un temps plein avec le mercredi a la maison avec les enfants .
    Quelques rares (hommes) ont ralé car ils disaient s’ennuyer a la maison ……… Sans doute avaient ils du mal a supporter leur femme ……..(là je suis moqueur, mais c’étaient les gens les plus  » fermés « , pas les plus dynamiques).
    Les salaires ont été bloqués 2 ans, mais avec les économies de frais de transport et de frais de garde des enfants la plupart des salariés s’y retrouvaient.
    Moins d’arrêts maladie (bon pour la sécu). Et même moins de frais de téléphone : 1/5 en moins …
    Plus de productivité qui nous a fait gagner des parts de marché et améliorer les résultats et les salaires (2/3 des salariés syndiqués, cela motive un patron pour discuter).
    Les discussions étaient parfois dures, mais franches et cela finissait toujours par un pot. Je savais que quand il y avait accord, cela suivait derrière.
    Alors je ne comprends pas ceux qui sont contre la semaine de 4 jours par principe.
    Je comprends ceux qui restent dubitatifs, car il faut l’avoir vécu pour comprendre.
    Je rajoute que l’on a écarté la semaine de 4 jours et demi car cela imposait des frais de déplacement correspondant a ceux d’une semaine de 5 jours, et cela aux dépens des salariés et aussi rendait plus difficile l’organisation de la vie de famille.
    De plus chacun (e) pouvait rallonger (un peu) certaines journées de travail et raccourcir d’autres. De même si l’employé souhaitait pour des raisons d’organisation du boulôt (impératifs de date), travailler 5 jours une semaine par mois (exceptionnellement 2), il le pouvait, et il récupérait ensuite bien sur, et cela lui permettait de faire face a des imprévus tant au boulot qu’à la maison. Il y avait bien sur des limites, suivant les saisons, les réunions de travail communes, mais le calendrier était prévu longtemps a l’avance, au mini 2 mois. »

    Personnalités ayant soutenu ce concept il y a quelques années :
    – Michel Barnier dans son livre « Vers une Mer Inconnue »
    – Gilles de Robien (à l’origine de la loi expérimentale, coaché par Pierre Larrouturou)
    – Jacques Chirac (lors de sa visite de Brioches Pasquier (Pitch), qui passait à 4j)
    – Brice Hortefeux (lors d’une conférence patronale sur le sujet animée par PL)
    – Claude Bébéar, AXA
    – Antoine Riboud, B.S.N.Danone
    – Kleber Beauvillain, Helwett Packard
    – Christian Boiron, laboratoires Boiron
    – Jean Peyrelevade, Crédit Lyonnais
    – Patrick Artus, Caisse des Dépôts
    – Jean Boissonnat, Économiste
    – Alain Duhamel Journaliste
    – Alain Juppé
    – Philippe Douste-Blazy
    – Philippe Seguin

    http://www.nouvellegauche.fr/vaincre-chomage/

  • MKL
    septembre 20, 2009

    En complément, la loi qui permettait aux entreprises d’adopter ce principe (loi de Robien juin 1996) a été abrogée par les 35h.

    Seules les entreprises l’ayant adoptée à l’époque peuvent continuer à en bénéficier.

    Nous militons pour la mise en place d’une version améliorée de cette loi.

    http://www.nouvellegauche.fr/vaincre-chomage/

  • Renaud Revel
    septembre 23, 2009

    Merci de cette contribution riche d’enseignements.

  • Renaud Revel
    septembre 23, 2009

    Tout est dit en termes pesés. Bravo

  • xavier-de-nice
    octobre 1, 2009

    pour quoi parler d’agent de france telecom alors que l’on demande aux agents de ce présenter aux clients comme orange, il serait plus juste de parler de « suicides à orange » et pas de « Suicides à France Télécom »

  • Lamonica Dobry
    octobre 19, 2011

    There are definitely a whole lot of particulars like that to take into consideration. That is a great point to deliver up. I provide the thoughts above as common inspiration but clearly there are questions just like the one you carry up the place a very powerful thing will likely be working in sincere good faith. I don?t know if finest practices have emerged around things like that, but I’m certain that your job is clearly recognized as a fair game. Both girls and boys really feel the impression of only a moment’s pleasure, for the remainder of their lives.

  • Mei Hemmig
    octobre 29, 2011

    For some reason, I’ve always preferred Sitecore. I guess I’m just too used to it.

  • Shaunte Fickle
    novembre 2, 2011

    any updates on FT?