Le tandem dirigeant de TF1, Paolini-Duroux, au bord du clash?

par 0 , , 0

2QtEjc3g4qdh5BimgcYEr7grjBU4BbrYQuicklook.jpg

 

Des sites Internet se sont fait l’écho hier d’un léger malaise qu’a eu mardi soir dernier le nouveau numéro 2 de TF1, fraîchement installé, Axel Duroux. Plus de peur que de mal, l’homme, (à gauche sur la photo) est sorti de l’hôpital sans encombre, le lendemain matin. Stress, surmenage, pressions internes? L’ancien PDG de RTL semble vivre avec difficultés ses premiers pas à TF1, une maison habituée à la consanguinité, où l’esprit de corps demeure et où on n’a pas pour habitude de dérouler le tapis rouge aux pièces rapportées.

La greffe a en effet beaucoup de mal à prendre et moins de deux semaines après son officialisation, le fameux « ticket » Duroux-Paolini semble avoir sérieusement du plomb dans l’aile.

«Un fauteuil pour deux»: sous cette image, j’ai publié récemment dans l’Express un article que je ne pensais pas à ce point prémonitoire. Car Nonce Paolini semble vouloir rappeler au fil des jours qu’il entend bien rester l’homme clé de cette chaîne. Sans partage ? Fort d’un bon été et de quelques résultats d’audience encourageants pour la suite, le PDG de TF1 poursuit en tous les cas sa route à marche forcée, convaincu que l’entreprise qu’il dirige tient le bon bout. Ce denier a semble t-il mal digéré le tombereau d’éloges déversé au début de l’été par la presse sur Axel Duroux, un homme présenté alors comme le sauveur de TF1 et dont la jeune carrière plaide en sa faveur.

tf1-nonce-paolini-pdg_32.jpgDès lors la cohabitation s’annonçait mal. Et les cadres dirigeants de La Une en ont eu la confirmation au fil de ces derniers jours. C’est ainsi que lors du premier Comité de direction générale, (le fameux « CDG » de TF1), un saint des saints auquel assistait Axel Duroux, pas un mot de présentation ou de bienvenu n’a été prononcé à son endroit par Nonce Paolini, (photo). Et ce à l’étonnement des participants. Mieux, certains autres cadres de la chaîne constatent aujourd’hui que, non seulement  le courant ne passe pas entre les deux hommes, qui se sont très peu parlés durant tout l’été,  mais que cette nouvelle gouvernance semble déjà presque vouée à l’échec, Axel Duroux n’ayant, semble t-il, à entendre des cadres de TF1 toujours, que peu de marge de manœuvre dans les étages de la chaîne.

Tout cela annonce t-il un coup d’éclat, un clash  entre les deux hommes? Rares sont les binômes qui ont bien fonctionné dans l’audiovisuel. Seuls exemples réussis, les tandems formés par Patrick Le Lay et Etienne Mougeotte, hier à TF1, ou par Patrick de Carolis et Patrice Duhamel, aujourd’hui à France Télévisions. Ailleurs, ce sont des patrons de droit divin qui dirigent leur groupe: Bertrand Méheut, à Canal+, Nicolas de Tavernost, à M6, Jérôme Clément à Arte, Jean-Luc Hees à Radio France, Jean-Bernard Lévy chez Vivendi…Faut-il désormais rajouter à cette liste le nom du PDG de TF1,Nonce Paolini ?  Le duel est engagé. Installé par Martin Bouygues, Axel Duroux n’est pas homme à se laisser faire. Désigné  par le même Bouygues, Paolini n’a pas non plus l’échine souple. Le match promet.         
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0
0 Comments