Borloo malheureux des Guignols et tête de turc d’Internet.

2007-04-23T065142Z_01_NOOTR_RTRIDSP_2_OFRTP-FRANCE-PRESIDENTIELLE-SARKOZY-BORLOO-2007042.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une image durablement atteinte? Oui. Une caricature tellement assassine qu’elle risque de compromettre à jamais une carrière politique d’envergure? C’est à craindre. Le ministre du Développement durable, Jean-Louis Borloo, est sans doute l’une des toutes premières victimes de l’axe Canal+-Internet. Et ce dernier l’admet: sa marionnette des Guignols de l’Info, le présentant en poivrot mal fagoté et portant toujours une bouteille, le "touche".  

"Oui ça me touche. J’essaie de ne pas y accorder trop d’attention, mais ça me revient, par des regards d’enfants, les miens notamment", a lâché le ministre, invité de l’émission "Vivement Dimanche" sur France 2 consacrée au prochain sommet de Copenhague sur le changement climatique.  

"De la dérision oui, de la caricature, de l’humour, oui. A condition de ne pas laisser penser que, derrière, l’homme n’a pas toutes ses facultés", a-t-il indiqué.   Selon lui, cette caricature en imper façon "Inspecteur Colombo" date de l’époque où il était ministre de la Cohésion sociale et se rendait à ce titre fréquemment "en maraude" chez les plus pauvres.  
"Et puis un jour on a rajouté une bouteille dans la poche, comme ça… et la bouteille est devenue plus importante que l’imper".
 
Dieu sait que la caricature est libre et que le rire est salvateur, mais pour la première fois je m’interroge: les Guignols n’en font-ils pas un peu trop, en accablant de la sorte un homme dont la côte de popularité se confond aujourd’hui avec son taux d’alcoolémie supposé? De toutes les personnages des Guignols, Borloo est ainsi le seul à se faire étriller de cette manière, c’est à dire exclusivement sur la forme et non sur le fond. Et les ravages sont tels que l’homme politique fait désormais se gondoler la rue, qui ne le regarde plus que comme un pochetron sympathique prêt à souffler dans un éthylotest, comme dans un serpentin de fête foraine.

Evidemment, le vrai Borloo n’est pas ce pilier de bistrot que l’on nous dépeint, évidemment, cet avocat brillant, ancien compagnon de route de Bernard Tapie et figure montante de la majorité dans les années 90, n’a rien du SDF brocardé par Canal+. Mais  cette image qui lui colle désormais à l’imper’ est la conséquence d’une attitude générale. Car Borloo, bien évidemment, donne du grain à moudre à Canal+, comme aux  internautes. Alors que les médias dissertent à bon escient depuis quelques jours sur le poids que fait régner la Toile sur une classe dirigeante aux faits et gestes passés au crible, voilà un homme politique incapable de se domestiquer face aux caméras qui le guettent et l‘étrillent.

Pas un sujet qui ne le montre en public à l’affût d’une petite collation ou d’une mignardise, pas un reportage où on le voit faire un bon mot, en aparté,  sans prendre garde aux micros qui traînent et aux caméras qui l’épient. Bref, si Borloo fait un si bon client pour les Guignols et Internet, c’est qu’il y a forcément un peu matière. Bien que dépeint durant de longues années, avec son côté ribaud, maquignon, paillard et pinceur de fesses de servantes, comme un  soiffard, grand amateur de Corona, Jacques Chirac n’a jamais vu son image s’abîmer, bien au contraire. Contrairement à un Borloo dont la caricature au blanc-cassis a fini par supplanter l’original!

Si l’on peut comprend son désarroi, on ne voit pas comment il pourrait inverser cette image et modifier la perception des français. Sabré comme peu par les Guignols, l’ancien ministre de la Culture, Philippe Douste-Blazy doit moins sa disparition du paysage politique aux marionnettistes de Canal+, qu’au très faible  poids qu’il pèse au sein de la majorité et au peu d’estime que lui porte Nicolas Sarkozy. Indécrottable bon vivant, Borloo, lui, ne devra sa chute qu’à lui-même. Et aux artificiers de Canal+ .     
 

0
7 Comments
  • anderea
    novembre 16, 2009

    *c’est vrai ça peine de voir cet acharnement sur quelqu’un d’apparence gentil mais certainement une personalité plastic pour avoir été le compagnon de route de Tapie qui le pénalise

  • cricriB
    novembre 16, 2009

    faut arrêter un peu avec Canal + par ci, l’internet par là. Ça vous met dans un état qui vous fait écrire des bêtises, du genre « Borloo est ainsi le seul à se faire étriller de cette manière, c’est à dire exclusivement sur la forme et non sur le fond ».. Ah bon .. Et Johnny ? Et Virenque ? Et Bayrou ? Ils ont été bien traités par les guignols ?

    Pour vous détendre un peu, vous devriez regarder la vidéo de votre boss qui découvre aujourd’hui les ravages du marketing, de la pub, du capitalisme, toussa, toussa avec le regard grave de circonstance… C’est sublime.

  • RDR
    novembre 16, 2009

    Allons-y franco (tranquille modérateur) et crevons l’abcès.
    Ce type possède, à l’instar de nombreux esprits brillants, un psychisme à double versants : à des phases d’intuitions géniales et de tension absolue succèdent des périodes plus compliquées… L’alcool, pami d’autres béquilles, serait chez lui, selon la rumeur sur laquelle se fonde les Guignols et d’autres, une inclinaison régulière pour surmonter ces temps orageux.
    Au delà de tout préférence partisanne (honnêtement), ce type a, dans ses bons jours, une vision et une capacité d’action rarement vues dans la classe politique depuis une décennie. Il se pose, à côté d’un Seguin par exemple (chez qui on retrouve certains traits de caractère communs), comme une des plus brillants.
    J’enrage depuis des mois de ne pas le voir réagir (Béatrice S., femme de télé, que n’as tu rien fait… ou rien pu faire). Peut-être ne le pouvait-il pas ?
    Pas vu Drucker, mais à la mine du bonhomme sur la bande-annonce, ça sentait la sortie du bois (brillante d’ailleurs). Si c’est trop tard, c’est un gâchis monumental…
    Les journalistes devaient-ils rectifier le tir face à la brèche ouverte et trop facilement utlisée par des humoristes en mal d’inspiration ? Je ne sais pas.
    Mais, putain, se priver d’un mec comme ça (même dans l’opposition)… Symptôme d’une époque parfois à la con.

  • anderea
    novembre 17, 2009

    l’acoolisme est une maladie ‘même mondain’

  • Renaud Revel
    novembre 17, 2009

    Je trouve en effet que cibler Borloo de la sorte frise le systématisme. Mais peut être a t-il lui même négligé son image et sous-estimé la force des Guignols.

  • Renaud Revel
    novembre 17, 2009

    Vous avez mille fois raison…Cette partie de ball-trap me dérange, d’autant plus que l’homme est sans casseroles. Il est toujours malsain de s’attaquer à une personnalité en pratiquant le délit de sale gueule. Cette caricature à gros traits est blessante et n’éclaire en rien le personnage. J’ai toujours trouvé courageuse l’attitude de Béatrice Schöenberg, qui fit l’objet à France 2 d’une violente campagne quand borloo se vit proposer un portefeuille. Et cet hallali sur le même Borloo ne fait sans doute qu’ajouter à son amertume.

  • Shaggy
    mai 1, 2012

    Toutes infos fausses doivent être fermement condamnées. Ca calmerait tous ces abrutis qui détruisent gratuitement l’honneur de certaines personnes. Par contre ils faut aussi condamner fermement lorsque l’on se tait comme pour Mitterand