« Que ce genre de choses ne se reproduise plus » La chronique de Philippe Gavi

par 2commentaires No tags 0

gavi.jpg

124 hommes, femmes et enfants ont été débarqués sur une plage prés de Bonifiaco. Si je ne me trompe pas, c’est sur ce littoral de l’Ile de Beauté qu’on trouve Spérone et autres lotissements de maisons de rêve où résident secondairement banquiers, publicitaires (Séguéla fut le premier), politiques. Bernard Kouchner et Christine Ockrent comptent parmi ces privilégiés. Je ne cite qu’eux parce que cette arrivée en terre française de kurdes irakiens pourrait être de la compétence du chef du Quai d’Orsay et de la patronne des chaînes de  l’audiovisuel extérieur.
En rêve. Les clandestins, les sans papiers, les boat people sont de la seule compétence du ministère de la police. Qui n’a pas pour habitude de s’embarrasser de formules de politesse. Au regard du policier, ces hères venus des pays barbares, agglutinés les uns aux autres, sont  des êtres humains,  mais ce ne sont pas des personnes respectables, ce sont juste  des enquiquineurs.

En atteste, aux JT de 20H, la réaction du Préfet de Corse. Sa rhétorique est strictement policière, répressive. Le représentant de l’Etat  parle de renforcer la surveillance « pour éviter que ce genre de choses ne se reproduise ». Vous avez bien entendu : « Ce genre de choses ». Quel genre, quelles choses ?
Une évidence s’impose : les seules valeurs que représente le préfet repoussoir sont celles d’une France sécuritaire, rébarbative. Les valeurs qui font rêver sont portées par ces anonymes venus sur place aider les migrants et réclamer qu’ils soient accueillis dignement, et non traités en criminels qu’on interne avant de les rejeter au large.
En plus, mieux vaut ne pas être un criminel ou présumé tel. La tradition nationale veut que cet individu soit traité rudement, sans égards, qu’il soit humilié, parfois brutalisé. Ce qui a déjà valu à la France plusieurs condamnations de la Cour Européenne des Droits de l’Homme.
Le reste, les tirades républicaines des ministres en charge de l’ordre sont creuses. C’est ce qu’on peut reprocher à Besson : son manque d’imagination, de créativité, de vision alternative. Sur le terrain, les réalités n’ont pas changé ; quand la police intervient, les images symboliques montrées aux Français sont celles  de flics lourdement armés qui ne ménagent personne. Un dispositif d’accueil est aussi inexistant que quand des milliers de passagers sont bloqués sous le tunnel de la Manche.

Une loi générale interdisant le port de la Burqa s’inscrirait dans la même logique disciplinaire. Tarik Ramadan, sur le plateau de F.O. Giesbert (« Vous aurez le dernier mot ») demandait vendredi à Alain Minc ce que fera la police des frontières quand un émir fortuné débarquera à Roissy avec sa femme couverte par un voile intégral. Alain Minc s’est retranché derrière la raison d’Etat. : on ferme les yeux.
La loi n’est jamais bonne quand elle est assortie d’un tas de dérogations, quand elle s’applique inégalement aux puissants et aux faibles, quand  elle criminalise une personne privée, quand elle fait fi de vieilles valeurs, politesse, hospitalité, savoir vivre. Je pense à Frédéric Lefebvre suggérant que les femmes s’obstinant à porter leur camisole, et leurs enfants, soient privées de droits sociaux, étant donné qu’elles ne se comportent pas en citoyennes françaises respectueuses des valeurs et des lois de la République. Odieux. Philippe Gavi

0
2 Comments
  • anderea
    janvier 25, 2010

    -ce que je reproche à Mr Besson and Frédéric Lefebvre c est de se conduire en petit soldat.
    comment peut ‘on expatrier et même temps autoriser.
    *j’ai un sentiment étrange et pénétrable :un malaise profond .
    *des milions € dans les 2 cas viennent alourdir le budget de la France
    *que vont ils devenir? quand le social ne vient même plus au secours des plus démunis et paurérise *encore et encore les classes dites supèrieures
    Giesbert ( Vous aurez le dernier mot )= je coupe la parole et j’ai le dernier mot ou comment rendre cette émission insupportable !avec des invités de qualité

  • anderea
    janvier 25, 2010

    -ce que je reproche à Mr Besson and Frédéric Lefebvre c est de se conduire en petit soldat.
    comment peut ‘on expatrier et même temps autoriser.
    *j’ai un sentiment étrange et pénétrable :un malaise profond .
    *des milions € dans les 2 cas viennent alourdir le budget de la France
    *que vont ils devenir? quand le social ne vient même plus au secours des plus démunis et paurérise *encore et encore les classes dites supèrieures
    Giesbert ( Vous aurez le dernier mot )= je coupe la parole et j’ai le dernier mot ou comment rendre cette émission insupportable !avec des invités de qualité