Sarkozy « ne veut pas se louper » à propos de la nomination du PDG de France Télévisions.

par 9commentaires No tags 0


ecb510cd41ac4be8ee0be1bbf09300cb.jpg

Nicolas Sarkozy compare en privé la nomination du prochain PDG de France Télévisions à celle d’un Premier ministre. C’est dire l’importance qu’il attache à ce qu’il qualifie, toujours en aparté, de la nomination la plus emblématique de son quinquennat, après celle de François Fillon à Matignon. Il faut seulement espérer que la camparaison s’arrête là et qu »il ne rabote pas le président de France 2 et de France 3 au rang d’un subalterne et France Télés au rang d’une succursale de l’Elysée.. .

Une chose est certaine, ce dossier le passionne. C’est la raison pour laquelle le locataire de l’Elysée prend depuis des semaines un soin infini à consulter la terre entière, producteurs, journalistes et patrons de chaînes de télévision ou de radio. Un aréopage qui s’enivre une fois franchi le seuil de son bureau, convaincu que l’entrevue vaut ticket pour la suite.

Chimères et grave erreur. Car Nicolas Sarkozy est décidé à créer la surprise. L’homme « ne veut pas se louper » confie un proche du dossier et il fera tout pour éviter de tomber dans le piège d’une nomination « festif’ » type Kouchner au Quai d’Orsay ou Mitterrand, à la Culture. S’il trouve des qualités à tous ceux dont les noms ont été égrainés par la presse depuis des mois, il leur trouve également suffisamment de défauts pour brouiller les pistes et prendre un malin plaisir à tresser des lauriers à ceux là même qu’il égratigne dans la foulée auprès de ses collaborateurs. Allez donc vous faire une religion après tout cela.

Mais Nicolas Sarkozy ne s’arrête pas au seul profil du PDG de France Télévisions: le chef de l’Etat veut une équipe et chasse dans Paris pour dénicher également celles ou ceux qui prendront les directions des programmes et de l’information au printemps prochain, puisqu’il semble que « NS » ait décider de désigner fin mai, début juin, le nouveau Mazarin de France Télés. « A qui pensez-vous ?», « Faites-moi une note ? », « que dit-on d’untel ? »…Nicolas Sarkozy , qui étudie tous les profils, y compris les plus exotiques, questionne longuement ses visiteurs auprès desquels il s’en va puiser des pistes. Les suivra t-il ? J’en doute, même si au fil de ses consultations, il glane des noms auxquels il n’avait pas pensé jusqu’ici et qu’il glisse dans son urne personnel. 

La démarche est louable, car elle rompt avec une pratique détestable qui voyait jusqu’ici le chef de l’Etat fonctionner, à propos de ces nominations, sur des ressorts exclusivement politiques. Tenu bride courte, le CSA appliquait les consignes à la lettre et s’éloignait rarement du casting élyséen. Si l’on peut critiquer aujourd’hui la nomination par le chef de l’Etat du PDG de France Télévision, le soin tout méthodique que met Nicolas Sarkozy à dénicher une personnalité incontestable, ainsi qu’une  équipe dirigeante du même tonneau, est plutôt de bonne augure. Je fais le pari ici que le nom de l’heureux élu anesthésiera la gauche et bluffera la droite.      
 

0
9 Comments
  • Martino
    janvier 5, 2010

    Ne sera-ce pas Michel Drucker ???

  • jean Meyran
    janvier 5, 2010

    Ça fait toujours plaisir de voir qu’il a que ça à foutre…

    Vu les références qu’il a donné à mainte reprises en matière de programmes, bientôt la télé de Mongénéral.

    Bonjour chez vous

  • cale
    janvier 5, 2010

    D’apres certaines source suite a son depart de tf1 patrick le lay serait nomme directeur de france télévision!!

  • Anne Deflandre
    janvier 5, 2010

    Le Président cherche-t-il vraiment le meilleur candidat ou fait-il seulement semblant ? Les nominations « coup d’éclat » ou celles « des bons potes » commencent à chiffrer un peu ..
    Et puisque vous pariez, je le relève, si vous le permettez : il se pourrait bien qu’en fait d’anesthésier la gauche et de bluffer la droite, il reconduise P. de Carolis, dans ses fonctions, même si ce dernier a marqué son désaccord concernant le financement de la suppression de la publicité car il semble que l’homme soit efficace dans son travail, qu’il ait de l’expérience, et qu’il défende ses convictions (aie !) …
    Mais il serait mal venu de la part du Président, de lui reprocher, justement, d’avoir des convictions, et puis il a nommé des ministres pour cette même qualité même s’ils ne sont pas tous efficaces et hommes -ou femmes- d’expérience.
    Résultats en août prochain !

  • Renaud Revel
    janvier 10, 2010

    Cela serait très original!

  • Renaud Revel
    janvier 10, 2010

    L’hypothèse d’une reconduction de Carolis n’est pas sotte. Et vous avez raison de l’évoquer .Ce serait le plus beau des contre-pied! Et un joli de pied de nez à tous ceux qui spéculent sur la nomination de tel ou tel.Mais la nature ayant horreur du vide, je reste convaincu que Nicolas Sarkozy profitera de cette échéance pour faire un « coup » d’image. Ce n’est pas un hasard si l’homme auquel il pensait il y encore quelques mois pour France Télés était Frédéric Mitterrand.Et reconduire Carolis serait faire preuve du coup de peu d’imagination. Bonne journée.

  • Renaud Revel
    janvier 10, 2010

    Vous êtes perspicace. Bravo.

  • Anne Deflandre
    janvier 13, 2010

    Lorsque que l’on regarde de plus près, il n’y a guère personne d’aussi emblématique dans le paysage culturel français que Frédéric Mitterrand. Et ce dernier est ministre de la Culture, d’ailleurs cela aurait été une erreur que de le nommer à France Télévision, se privant ainsi d’une partie de ses compétences. Alors pourquoi Patrice de Carolis, au delà de l’intuition, il a des atouts (connaissances de l’institution, bilan positif …), il semble apprécié pour son travail par le ministre de la Culture qui soutiendra sa candidature probablement, Mais le point le plus fondamental est que le Président devra, et cela quels que soient les résultats aux élections régionales, se détacher de l’image de l’homme qui décide tout et qui contrôle tout, y compris les médias, et à travers les médias. Il lui faudra échapper tôt ou tard à ce que le sociologue Pierre Musso appelle le « sarkoberlusconisme à l’écran» pour éviter les suspicions préjudiciables à sa longévité politique (nous ne sommes pas en Italie). Son coup « d’image » pourrait bien d’être celui là.
    Cordialement

  • cityville coins
    janvier 16, 2011

    hello you guys, I was just checkin’ out this blog and I really enjoy the foundation of the article, and have nothing to do, so if anyone would like to to have an enjoyable convo about it, please contact me on squidoo, my name is michael posali