Nicolas Sarkozy sur TF1 lundi: faut-il l’écran noir sur les autres chaînes?

 

1259020336.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La venue de Nicolas Sarkozy, lundi soir, sur TF1, où le chef de l’Etat sera interrogé par Laurence Ferrari, Jean-Pierre Pernaut et un panel de dix français, donne lieu à un début de polémique. En effet, le locataire de l’Elysée s’est plaint devant quelques journalistes que France Télévisions programme ce soir là une série Américaine, FBI porté disparu, et que M6 diffuse un blockbuster, Star Wars la menace fantôme, deux programmes susceptibles de faire des dégâts dans l’audimat et de contrarier son passage sur La Une.

 

Si la réaction du chef de l’Etat est compréhensible, elle témoigne néanmoins d’une totale méconnaissance du fonctionnement des chaînes. Et il est tout étonnant de constater qu’il n’y a pas à l’Elysée un vague conseiller susceptible d’éclairer Nicolas Sarkozy sur ces questions. Car au moment où TF1 a informé la presse de la participation du chef de l’Etat à ce rendez-vous, les grilles de programme des chaînes avaient été communiquées aux magazines télés, qui «bouclent» leurs numéros trois semaines à l’avance. Et que transparence oblige, les chaînes une fois leurs programmes déposés, ont interdiction de modifier leurs programmations: c’est la loi stricte, une règle à laquelle est chargé de veiller scrupuleusement le CSA.

 

Et quand bien même le CSA autoriserait les chaînes à modifier leurs grilles de programme à la dernière minute, que penseraient l’opinion et l’opposition de l’attitude de chaînes de télévisions qui décideraient de programmer des émissions assurées de réaliser un joli flop d’audience pour faire plaisir au prince? L’affaire est donc ingérable. Sauf à annoncer la venue de Nicolas Sarkozy sur TF1 il y a plus de trois semaines, les chaînes n’ont donc eu aucune latitude, pas la plus petite marge de manœuvre.

 

Et c’est tant mieux. Car au nom de quel principe régalien, en vogue dans certaines républiques bananières, faudrait-il délibérément appauvrir les grilles des chaînes, -et pourquoi pas l’écran noir?-,  au motif que le chef de l’Etat intervient sur l’une d’entre elles: on nage sur la tête.


En attendant Nicolas Sarkozy s’active dans l’objectif de réussir ce rendez-vous. Il a appelé ce matin sur Facebook ses fans à lui faire part de leurs "interrogations" avant de répondre aux questions des deux journalistes de TF1 .

"N?hésitez pas à me faire part de vos interrogations et des sujets qu?il vous paraît important que j?aborde", écrit-il sur sa page. "Merci pour votre soutien en cette année où nous allons travailler dur pour servir ?intérêt de la France", poursuit Nicolas Sarkozy, rappelant qu’il entend évoquer les "grands enjeux de l?année 2010".Posté en milieu de journée, cet appel avait déjà recueilli 656 réactions deux heures plus tard.

0
12 Comments
  • Rdbill
    janvier 23, 2010

    À mon avis la diference qu’il y a sur ce plan avec Sarko, c’est qu’il a des humeurs
    et des coups de sang, mais avec lui au moins on le sait..,
    avec Mitterand ce n’était tellement pas transparent… Idem pour Chirac…
    Au moins Sarko il est cash, on sait ce qu’il pense !
    N’en déplaise aux anti-Sarko primaires… !

  • anderea
    janvier 23, 2010

    et si on se faisait une toile loin de toute cette mise en scêne à (2 balles)

  • Vincent Peillon
    janvier 23, 2010

    Sarkozy devrait se décommander à la dernière minute et déclarer que certains dans TF1 sont au service des gauchistes

  • Jonathan Balsamo
    janvier 24, 2010

    Il serait capable de le faire déjà qu’il va chez la chaine privée de son ami Bouygues alors que les français payent une redevance télé !

  • désespéré
    janvier 24, 2010

    La cote de popularité est au plus bas, les élections arrivent, il a donc choisi sa chaine privée, sa copine et une dizaine d’ânes pour faire son show.
    Il faudra lire les commentaires chez nos voisins Allemands, Anglais, Espagnols… ils vont encore se moquer de nous avec notre berlucozy.

  • Martin Michel
    janvier 24, 2010

    La première et dernière question à poser : sur tous les grands sujets (chômage, dette, relations internationales…), vous n’avez tenu aucun de vos engagements et de vos promesses : qu’attendez-vous pour démissionner ?

  • Brisket
    janvier 25, 2010

    Je suis d’accord avec le chef de l’Etat, comment les autres chaînes osent-elles ainsi programmer quelque chose ce soir-là, c’est tout aussi anti-démocratique que le Conseil constitutionnel qui se permet de censurer certaines dispositions…

  • fleuryf
    janvier 25, 2010

    « Si la réaction du chef de l’État est compréhensible, » : ha bon ? Et qui peut bien comprendre une telle réaction, à part quelques lécheurs de bottes !

  • dominique
    janvier 25, 2010

    Je ne paye pas ma redevance télé pour regarder Sarkosy qui depuis le début de son mandat a mentie,et qui par les objectifs qu’il c’est fixées vont encore plus divisées les Français ,on nous annonce d’autres impôts cacher par des taxes qui chaque jours augmentes ,mettant les familles les plus modeste dans misères tel,que certains se rapproche de Paye comme Haiti,le tremblement de terre en moins. Pourquoi ne pas par décret juste pour ce soir supprimer les autres chaînes?

  • lingerie sexy
    janvier 26, 2010

    La campagne de Nicolas Sarkozy c’est faite en 2006 et début 2007, et la crise économique n’a réellement commencé avant 2008, il est donc evident que le programme presidentiel a été fait avant cette crise et aurait sur un certains nombre de points surement different, il était par ailleurs quelque soit la situation necessaire de proceder a un train de reforme important qui n’avait pas été faites précedemment ou celle qui n’avaient pas été faite se sont revelées catastrophiques (35 heures), on ne peut pas changer de politique pour palier une crise économique on ne peut qu’accompagner ceux qui en patissent , et rester sur cette logique pour reprendre apres la fin de crise. Il est donc juste de ne pas changer de strategie sur le fond, n’en déplaisent aux socialistes qui eut en 83 ont proner apres le laxisme de 81 la rigueur.

  • CHRISTIAN
    janvier 26, 2010

    LA CRITIQUE EST FACILE MAIS L’ART EST DIFFICILE dans un pays (merci à nos aïeux) heureusement démocratique mais où la médaille a en revanche un revers moins intéressant qu’il nous faut bien accepter et qu’il serait sage d’atténuer.

    En effet, la démocratie prime mais que de temps perdu par des allés-retours de gouvernance gauche/droite jusqu’ici chacune figée sur ses positions et incapable de reconnaître le travail de l’autre lorsqu’il est correct. Cela perdure dans de trop nombreux commentaires stériles, remplis d’à priori non documenté, rencontrés sur tous les blogs.

    Permettez moi de prendre un exemple original parce que, me semble-t-il, en plus, il montre aussi un front: droite/ droite de la droite (A quand les querelles gauche/gauche de la gauche à propos des actions du Président puisqu’il a recruté des ministres de gauche?).

    Venons à ce que je veux partager avec vous, à l’occasion d’un commentaire [ref: orange, les promesses de SARKOZY,loupinikus 20h10],sur un sujet suivi par votre serviteur depuis pas moins de 35 ans). Son auteur reproche à Monsieur SARKOSY d’accepter de donner finalement un statut stable de titulaire aux CONTRACTUELS DE L’EDUCATION munis d’une ancienneté suffisante. Il obtient immédiatement le soutien d’un ‘coreligionnaire’ qui s’en prend aux enseignants, (les autres en général!) accusés d’être en retraite trop tôt s’appuyant sans doute sur les bases d’un statut qui n’a plus cours et qui valait lorsque les instituteurs s’engageaient dans la fonction à 15 ans lors de leur entrée à l’école normale avec les avantages d’un présalaire bien utile aux familles modestes.

    A mon sens, il faut remettre les pendules à l’heure avec la réponse suivante:

    D’abord, la retraite des enseignants à 55 ans n’est plus d’actualité et ne l’a en plus jamais été pour le corps des professeurs.
    Cette réaction, s’il s’agit d’en remettre une couche pour dénigrer est malhonnête voire dangereuse car génératrice de fractures entre citoyens.
    Mais heureusement « c’est perdu » car il est à mettre au crédit du Président de revaloriser le travail avec la titularisation d’enseignants, dans ce cas: forcément dévoués et méritants, qui pour la plupart ont travaillé dans la précarité jusqu’à des dizaines d’années, à qui on a renouvelé des CDD pour leur qualités, c’est évident, alors que parallèlement des gens protégés peuvent ne pas tenir la route pour diverses raisons. Eux ont eu le temps et (subi) les conditions pour faire leurs preuves.
    Savez vous qu’ils ont à chaque instant le couperet du chômage sur leur tête et qu’au minimum une fois par an jusqu’à la rentrée de septembre, ils ne connaissent pas le lieu de leur travail, voire même sa nature exacte, le programme proposés…si poste il y a… Cela naturellement vous vous en doutez avec un salaire bien inférieur, payé souvent avec retard en comparaison avec les titulaires qui effectuent le même travail à leurs côtés.
    L’état en l’occurence est le pire employeur précaire et cela surtout depuis… ALLEGRE dans un gouvernement de gauche !
    Si cette promesse se réalise, je n’ose pas imaginer le contraire, ce ne sera pas une victoire syndicale mais un résultat obtenu par les qualités d’un Chef d’Etat capable d’appréhender lui même toutes les situations et descendre dans l’arène où, au passage, il faut aussi apporter un démenti à la manipulation car il n’avait pas, cela transpirait, des interlocuteurs acquis d’avance.
    MERCI MESSIEURS D’AVOIR AU MOINS LA POLITESSE DE NE PAS BAVER SUR CE QUE vous, NE CONNAISSEZ MANIFESTEMENT PAS.

  • COXAngeline28
    août 16, 2010

    Lots of specialists say that home loans aid a lot of people to live their own way, because they are able to feel free to buy necessary stuff. Moreover, banks present short term loan for different persons.