Carolis dit non à Sarkozy! Et rompt avec l’Elysée.

par 5commentaires No tags 0


21102_une-carolis-sarkozy.jpg

 

 

 

 

 

 

La messe est dite. Le divorce est consommé. La hache de guerre est publiquement déterrée. En disant « non ! » au projet de reprise de la régie publicitaire de France Télévisions par le producteur Stéphane Courbit, le PDG de France Télés, Patrick de Carolis, a renvoyé dans ses cordes l’Elysée et Nicolas Sarkozy. Par 11 voix contre 5, (les cinq voix des représentants de l’Etat), le Conseil de France Télés a rejeté l’idée soutenue mordicus par le chef de l‘Etat et son conseiller, Alain Minc. Fidèle à sa ligne et droit dans ses bottes, le PDG de France Télés n’aura pas flanché, malgré les assauts de l‘Elysée qui aura tout tenté, hier soir et ce matin, afin d’amadouer un homme résolu à ne pas céder. Même un report, (au 31 octobre) du calendrier de privatisation de cette régie a été balayé par la majorité des administrateurs, lesquels ont fait corps derrière l’ancien producteur des Racines et des Ailes, le tout dans un climat de tension extrême.

Entré en dissidence, celui qui savait depuis quelques semaines maintenant que son sort était scellé, n’a même pas voulu entrer dans des calculs de basse politique, qui auraient pu le voir  monnayer au mieux sa sortie en contrepartie d’une approbation de son conseil.
Pas de marchandage. D’une clarté limpide, le vote de  ce matin consacre la rupture entre l’Elysée et l‘actuelle équipe dirigeante de France 2 et de France 3, une équipe  qui n’a jamais bien compris, ni admis, la privatisation de cette filiale, l’un des tiroirs-caisses de son entreprise.
La posture est d’autant plus respectable que Patrick de Carolis, dont beaucoup saluent la fin de mandat, injurie l’avenir en se mettant durablement à dos le locataire de l’Elysée. Mais il n’est pas le seul

Voilà en tous les cas l’équipe Sarkozy bien embarrassée. Ajourné, le processus de privatisation de cette régie devra être repris à zéro par le prochain PDG de France Télévisions. Sortis par la porte, Stéphane Courbit et son allié, le groupe Publicis, pourront-ils rentrer par la fenêtre, une fois le tandem Carolis-Duhamel renvoyé dans ses foyers ? On souhaite en tous les cas du courage au successeur de Patrick de Carolis, si d’aventure l’Elysée et Nicolas Sarkozy inscrivaient dans sa feuille de route l’obligation de reprendre la copie de son prédécesseur! Avec Courbit dans les bagages.

Reste l’avenir immédiat. Quelle peut être la réaction du chef de l’Etat face à ce qu’il faut bien appeler un camouflet? Nicolas Sarkozy que ces rocambolesques cafouillages sur l’avenir de France Télévisions commencent à «chauffer», va t-il précipiter le mouvement et faire place nette à France Télés, en nommant au plus vite le PDG de son choix? Ou risquer l’enlisement avec une campagne de presse qui ne mollit pas?

En attendant, chapeau Carolis! L’homme aura tout vécu, tout subit, tout enduré depuis 5 ans, (pressions humiliations, oukases), mais pas flanché. A l’heure du bilan on retiendra l’image d’un PDG pugnace qui aura tenu à bout de gaffe un président de la République décidé à le mettre au pas.

Mais contre toute attente, Nicolas Sarkozy est tombé sur un os.

L’intéressé le sait d’ailleurs depuis un épisode mémorable, qui vit Patrick de Carolis s’enfermer un jour avec lui, en tête-à-tête, dans une salle de maquillage de France 3.
La scène s’est déroulée en 2008, au plus fort des tensions entre les deux hommes. On ne sait pas ce que Carolis, qui a vidé son sac ce jour là, a vraiment dit,  dans le blanc des yeux, au chef de l’Etat. Mais quand la porte s’est ouverte, les entourages ont vu un Carolis blême de rage et un Sarkozy au sourire crispé. De ce jour, l’Elysée et son locataire se sont abstenus d’aller chatouiller les côtes d’un patron décidé à ne plus jamais s’en laisser compter. A ne plus jamais subir.  

La preuve.      
 

0
5 Comments
  • eric
    avril 13, 2010

    monsieur revel
    une question me brûle les lèvres
    sarkozy vous hante t il??
    à l’instar de vos collégues, vous ne parlez que de lui à longueurs d’articles répétitifs
    qu’allez vous devenir mr revel lorsque le président arrêtera la politique
    en outre vos sujets n’intéressent que le petit microcosme parisien;le peuple certainement moins!!
    sincères salutations mr revel

  • Aquarius74
    avril 13, 2010

    Je ne suis pas sûre que le « peuple non parisien » se désintéresse des sujets de M. Revel. J’ai toujours vécu dans le « grand sud » (d’Aquitaine à PACA) et je ne me sens pas si larguée que ça en lisant ces infos « parisiennes ». Pourquoi ? Parce que les schémas de comportement sont les mêmes qu’on soit à l’Elysée ou au chef-lieu de canton du Béarn profond. Les « copinages » et autres calculs savant de « la Firme » (j’ai failli écrire « la Frime »), on les retrouve à l’échelon local, avec moins de médias pour les couvrir mais croyez-moi les imbroglios ne sont pas moindres.
    La seule différence, en fait, c’est ce qui tombe à la fin du mois pour les politiques concernés, il est vrai qu’il vaut mieux être à l’Elysée pour ouvrir un compte au Japon plutôt que d’être président de communauté de communes dans le Gers ou le Gard.
    Donc M. Revel, continuez. Le monde impitoyable des médias peut nous éclairer sur la jungle politico-économique des provinces, car les schémas se reproduisent…

  • anderea
    avril 14, 2010

    *j’aime beaucoup PDCarolis et j’ai suivi son audition il y a quelques mois .Il n’a pas a baisser la tête devant NS
    Nous avons un président qui rejette tout ce qui représente une culture qu’il na pas eu et qu’il n’aura jamais ,trop imbu de pouvoir,et tout ce qu’ il ne comprend pas et considéré comme dangereux et une atteinte à son pouvoir .

  • Jean Meyran
    avril 14, 2010

    @Eric

    Renaud redige un blog médias me semble-t-il ?
    Le jour où Sarko1er arrêtera de fourrer son pif dans les médias au quotidien , Renaud parlera d’autre chose… Ou non, il écrit ce qu’il veut 😉

    Bonjour chez vous
    @jmeyran

  • thierry
    avril 15, 2010

    @ meyran
    j’pense pas
    son bagage journalistique du bobo REVEL me semble limité voire inexistant
    Il ressemble tellement à ses collégues……….parisiens!!