Des journalistes brûlent le « off »: Sarkozy explose

par 8commentaires No tags 0

xin_54e03bb3a4ac4d13b462f9112269b651.gif

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nicolas Sarkozy, en visite à Shanghai, a piqué un coup de sang après qu’il a découvert que des propos « super off » se soient retrouvés quelques instants plus tard sur le site du Monde.fr et sur l’antenne de France Inter. Le chef de l’Etat, qui s’entretenait avec une vingtaine de journalistes, avait tenu à prévenir que cette discussion à bâtons rompus ne pouvait être exploitée. Crise monétaire, Afghanistan, sécurité, climat politique…Nicolas Sarkozy s’est longuement expliqué au fil de confidences distillées. Mais ce qu’il pensait relever de propos confidentiels a très vite filtré. A la colère du président de la République, mais aussi d‘un très grand nombre de journalistes présents, qui n’ont pas admis cette rupture de contrat par certains de leurs confrères présents. Nicolas Sarkozy a même menacé de retirer leurs accréditations aux intéressés. 

0
8 Comments
  • jean
    avril 29, 2010

    Pas de lien ?
    Pas d’exemple ?
    Je ne retrouve pas trace de l’article dans lemonde.fr.

  • Caroline
    avril 29, 2010

    Il a raison Sarko. Les journalistes ne gagneront rien à ne pas être de parole. C’est toute la profession qui en pâtira et c’est dommage.

  • Martino
    avril 30, 2010

    Arrêtons l’hypocrisie ! Une nouvelle fois, ces vraies-fausses confidences, sur le bord d’un comptoir ou dans un salon feutré sont une pratique très française.
    Sous couvert de « off » privilégié, l’intéressé tente d’influencer, de valoriser et de contrôler.

    Comment peut-on imaginer qu’il soit persuadé un seul instant qu’aucune « fuite » ou « édito » ne seront publiés ? Bien au contraire. Il alimente le buzz.

    Quant à l’aspect médiatico-politique, nous, le « grand public », les « non initiés », les « pauvres c…s » n’avons pas le droit d’être dans la connaissance, sans fard ni filtre, des informations qui influent directement sur notre vie quotidienne, notre pouvoir d’achat et notre devenir immédiat.

  • otello
    avril 30, 2010

    voyez vous Mr Revel ,je ne crois plus un mot de ce que vous racontez, vous n’avez jamais de preuve c’est toujours du off ou de untel vous a dit que..quel drôle de métier et quelle drôle de façon de faire du journalisme ( un métier qui devrait être si noble…)en racontent soit disant des informations vérités que chacun vous aurait dites mais jamais vérifiées de votre part…j’appel cela de la fumisterie…
    c’est une radio ce matin qui m’a mis la puce a l’oreille…en parlant de vous…. et qui citait certains de vos écrits.(démentis)
    il va sans dire que les commentaires de votre part sur Paris Première dans l’émission pif paf ne serons pour moi que du pipo….et de l’enfumage…

  • jules
    avril 30, 2010

    @ Otello, oui c’est vrai, J.M. Apathie, ce matin, a fait démentir les ragots colportés par Revel avec l’interview d’un des principaux intéressés Alain Minc! Revel a dû être « lobotomisé » ne gardant imprimé dans son petit cerveau que le nom de « Sarkozy ». C’est bien triste de se prétendre journaliste et de tromper avec « des supputations » ou « des bruits de couloirs » les lecteurs! Merci à Apathie, d’avoir, pour une fois dénoncé la désinformation journalistique!

  • Rebecca
    mai 6, 2010

    Je lis dans l’Express C’était off illustré par une photo de Sarkozy à Shanghai.
    Photo de Nicolas Sarkozy à Shanghai prise le 27/11/2007 cherchez l’erreur… de plus il va falloir m’expliquer comment Sarkozy va retirer son accréditation à un journaliste… Ah oui il va charger Franck Louvrier qui dirige d’une main de fer le service de presse de l’Elysée en toute transparence oubliant que la France est une démocratie et que l’information est un droit…et que l’information n’est pas que pour pour les courtisans

  • brice
    mai 13, 2010

    Un des journalistes qui a brisé le off travaille pour Europe 1. Et devinez qui était l’invité de Sarkozy dans la délégation… Elkabach.

  • par ano
    juin 30, 2010

    Et si……
    Et si ces « offs » avec ces journalistes, suivi de colère étaient prévus pour servir de leçon aux autres ? histoire de bien « éduquer » les quelques privilégiés restant dans le cortège pour préparer 2012 sans que rien ne filtre des « vrai offs » ?
    (meme si je ne comprends pas pourquoi le off existe du moment que quelqu’un s’adresse à un journaliste « en fonction » ….)