Les deux perdants de la semaine

 
 
frederic-mitterand.jpg

Frédéric Mitterrand dans le piège Courbit.

Un pas en avant, un pas en arrière. Frédéric Mitterrand fait très fort à propos de France Télévisions. Le ministre, qui godille au gré du vent élyséen, s’était aventuré il y a quelques jours, lors d’un dîner à son ministère, en présence de responsables de l’audiovisuel, à critiquer, du bout des lèvres, le projet de reprise de la régie publicitaire de France Télévisions par un protégé du chef de l’Etat, Stéphane Courbit. Aille ! Il avait alors évoqué les «problèmes déontologiques» que pouvaient poser ce projet piloté par un garçon qui se retrouverait aux commandes de cette régie, tout en  produisant l‘émission de Nagui, sur France 2. Ouille !
 
Or ce petit caillou jeté dans le jardin de l’Elysée a déclenché un début de polémique, avec cette question : y a t-il désaccord entre Mitterrand et Sarkozy sur le cas Courbit? Pas le moins du monde a fait savoir le ministre de la Culture qui s’est empressé de corriger dare-dare cette impression et ce faux-pas, en allant ostensiblement à la rencontre de celui que Nicolas Sarkozy a couché en bonne place sur ses tablettes. Avec cette mention : pas touche à Courbit!

La scène s’est déroulée avant hier à Cannes, lors du Mip TV : on a vu Frédéric Mitterrand aller chaleureusement saluer celui qu’il avait épinglé quelques jours plus tôt. Et cela au moment même où on achevait à l’Elysée le dispositif de reprise de France Télévisions par une nouvelle équipe dirigeante, dont le dit Courbit est l’une des pièces maîtresse. C’est ce qui s’appelle une opération de rattrapage. 

20050525-obs7100.jpgPhilippe Val et  "La Rue des Entrepreneurs"

Philippe Val n’a pas la côte à France Inter, dont il est le directeur. Climat délétère, stratégie illisible, absentéisme…Or l’affaire du licenciement après vingt-huit ans d’antenne des deux journalistes en charge de l’émission "Rue des entrepreneurs", qui pourrait disparaître de la grille de France Inter, Didier Ades et Dominique Dambert, ne fait qu’ajouter au malaise. Val, qui n’a pas cru utile de recevoir les intéressés, fait traiter l’affaire par sa DRH. Laquelle a convoqué  pour vendredi un conseil de discipline. Il est reproché aux deux journalistes d’avoir eu des démêlés avec leur assistante, une ancienne déléguée syndicale CGC, battue aux élections professionnelles en novembre 2009.

Quelle affaire!! Si bien que le 11 décembre, Philippe Val leur a fait adresser un avertissement pour "faute grave". L’épisode pourrait apparaître anodin, (sauf  pour les deux journalistes sur la selette), mais il témoigne de la désagrégation du climat social d’une station où Philippe Val semble loin d’avoir trouvé ses marques et imprimé un style. S’ajoutent à cela les aigreurs de l’Elysée qui, constatant que l’intéressé ne tient pas assez sa maison, ( et Stéphane Guillon), parle d’une «erreur de casting».     
 

0
3 Comments
  • ltb22
    avril 14, 2010

    Décidément, tout va bien en Sarkozie… Y a-t-il un domaine qui évite le cafouillage, l’improvisation, et cette impression de débandade générale? En tout cas celui des media révèle l’absence d’idées concrètes et les limites du coup par coup. C’est assez triste pour la France, désormais clairement gouvernée par un homme qui semble plutôt commandé par ses pulsions que par une vision claire des choses.

  • Jérôme
    avril 15, 2010

    Vous êtes un criminel M. Revel, vous ne savez pas écrire dans un français correct et n’avez pas même le respect de faire relire vos papiers par une personne qui en soit capable.

    Pour vous paraphraser, cela ne me « plaie » pas, et même, « aille », ça fait mal aux yeux.

    De grâce, par respect ou par pitié, faîtes un effort. Vous salissez votre métier, dont le matériau principal est le verbe, que vous ne semblez pas porter en très haute estime pour le malmener de la sorte.
    Faîtes vous offrir une secrétaire pour Pâques, elle ne manquera pas de travail.

  • Marinette
    avril 16, 2010

    La COTE pas la côte, la côte c’est l’os, celui d’Adam d’où viennent tous nos maux, la cote ne prend pas d’accent circonflexe. Mais faites donc relire vos textes cher monsieur, ils perdent hélas toute leur crédibilité du fait de cette méconnaissance (désinvolture?) de l’orthographe de base. Vous vous disqualifiez d’emblée pour toute critique du système éducatif!