Mélenchon, l’invective : les polémistes sont-ils des mal entendant? Par Philippe Gavi

par 6commentaires No tags 0

article_photo_1214493504171-1-0.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Débats, polémiques, chez Taddéi (le meilleur), au Grand Journal de Canal +, chez Ardisson….J’essaie de ne rien louper. Au besoin je vérifie sur Internet ce qui a vraiment été dit, intégralement, pour ne pas me contenter d’une phrase sortie de son contexte.
Les débats permettent de se faire une opinion, sur les débateurs  Pour la majorité d’entre eux, les faits sont à géométrie variable. On n’entend que soi, on campe dans sa logique, sa perception. Jamais une conviction n’est ébranlée par les arguments, même les plus pertinents, de l’adversaire. Bien au contraire, comme le feu se nourrit de lui-même, la réthorique se nourrit de l’argument opposé.
Je rêve d’un cours d’analyse des débats. Notre sujet aujourd’hui sera Jean-Luc Mélenchon au Grand Journal. Les images-son de son altercation avec un étudiant en journalisme de Sciences Po sont accablantes, confondantes. Il dit « Votre sale corporation voyeuriste et vendeuse de papier », « vos sujets de merde » », « tu fermes ta petite bouche, tu me parles de politique, moi je te parle de ton métier pourri ». Pour preuve de la légèreté de la presse, le Parisien deux jours après les Régionales a fait sa une sur un faut-il autoriser les maisons closes ?
Sauf , lui objecte-t-on, que ce n’était pas mardi mais jeudi, après des Unes très politiques les jours précédents. Mélenchon ne tique pas. Pourquoi donner dans le détail, puisqu’il a raison. Regrette-t-il ses propos? Il répond qu’il n’a pas à s’excuser, il a le droit d’être en colère, il était en colère, et sa colère était justifiée puisqu’il était en colère, à savoir si ce n’était pas un complot pour le faire sortir de ses gonds.

Il sait bien, mouline-t-il, que la presse est un des piliers de la démocratie, il n’a rien contre les journalistes. D’ailleurs,  la moitié des journalistes sont des sans culotte, des miséreux exploités par les industriels de la presse. Ca n’a rien à voir avec le sujet, étant donné que c’est le métier qu’il a attaqué, et la question lui est reposée : à défaut de regrets, pense t-il vraiment ce qu’il a dit ? Sa réponse : il n’est pas le seul à avoir dit ça, et il cite Bourdieu. !!!
D’un bout à l’autre de son interrogatoire au Grand Journal, Mélenchon a scotché sur sa grande gueule le sourire connivent de l’invité, cerise sur le plateau .Le public retiendra qu’il est plus facile d’injurier et mettre plus bas que terre un anonyme de 26 ans, faisant ses classes de journalisme, que les stars Denizot et Aphatie. Ce qui de la part du fondateur du Parti de gauche est littéralement écœurant.

Autre sujet à réflexion, les propos d’Alain Finkielkraut, sur l’affaire Guillon. Ce qui l’a le plus outré, c’est que Guillon a pris une intonation germanique pour décrire Besson. On ne joue pas avec le nazisme, on ne le banalise pas, on n’édulcore pas les crimes contre l’humanité. La logique semble imparable. Elle est sincère et pourtant elle est bancale. Le coup du nazi, du heil, de l’accent teuton, de la petite moustache est devenu un code, dans les satyres, les caricatures, les films comiques. Qui n’a pas un jour traité quelqu’un de facho avec l’accent teuton et le bras levé ? En mai 68, cela a donné « CRS=SS » et même une affiche de De Gaulle portant le masque d’Hitler. En quoi cela banalise-t-il le nazisme ? 
Pour clore, et à propos du reproche fait à Guillon de s’en être pris à la personne physique d’Eric Besson, Sartre à la mort de Franco avait été très critiqué pour avoir écrit  dans « Libération » que Franco avait une « gueule de salaud latin ». Simone de Beauvoir me reprocha d’avoir laissé passer. Qu’y avait-il de choquant ? Ce raccourci visuel du salaud latin était venu spontanément à Sartre, Pourquoi pas ? On parle bien de latin lover. PG
 

0
6 Comments
  • jean Meyran
    avril 5, 2010

    Donc, d’après vous, je serais obligé de répondre gentiment au premier pingouin qui me colle un micro sous le nez (avec caméra, bien sûr) et qui est complètement hors sujet du rassemblement auquel je participe. C’est une plaisanterie, j’espère ?

    Dans votre propos hebdomadaire, votre corporatisme ne m’avait pourtant pas sauté aux yeux…

    Quant à Finkie, il a trouvé son créneau avec Zemmour (quand y en a un, ça va…;-)

    Bonjour chez vous

  • Martino
    avril 6, 2010

    (re 🙂
    Mélenchon n’en est pas à ses premières « poésies ».
    Il s’attaque très fortement aux faibles et très faiblement aux forts.

    Il avait déjà insulté des jeunes en démontrant le vide absolu de sa culture générale : « t’en connais, toi des Lituaniens ? Moi j’en connais pas ! »…
    Il avait ainsi « oublié » (?) par exemple toutes les célébrités d’origine lituanienne comme :
    L’écrivain de génie Romain Gary, le poète Oscar Milosz, le prix nobel de littérature Czesław Miłosz, les chanteurs Leonard Cohen et Bob Dylan, le réalisateur Robert Zemeckis, les acteurs Charles Bronson, Sean Penn et sir John Gielguld, sans parler des dizaines de sportifs (volley, basket…) comme le tennisman Vitas Gerulaitis.

  • Gilbert
    avril 14, 2010

    « Débats, polémiques, chez Taddéi (le meilleur), au Grand Journal de Canal +, chez Ardisson….J’essaie de ne rien louper. Au besoin je vérifie sur Internet ce qui a vraiment été dit, intégralement, pour ne pas me contenter d’une phrase sortie de son contexte ».

    Et bien si vous ne voulez pas sortir du contexte, M. Gavi, écoutez ce qui s’est dit au CFJ vendredi dernier. Mélenchon et les étudiants ont échangé pendant plus d’une heure. Il y avait plusieurs caméras et plusieurs enregistreurs qui tournaient en continu. Donc, on devrait facilement trouver la trace de ce qui est dit. Ou alors il faut admettre qu’internet n’apporte aucun plus par rapport à la presse traditionnelle si l’on ni trouve que les mêmes compte-rendus tronqués, déformés et/ou la même défense corporatistes des journalistes qui ne supportent pas la moindre remise en cause.

    Mais peut-être vous intéressez-vous davantage à l’écume des choses, contrairement à ce que vous écrivez en préambule, en ne retenant que les beaufferies qui encombrent (malheureusement) le discours de Mélenchon. Le fond, vous n’en avez rien à foutre sinon vous sauriez que c’est précisément et avant tout sur la précarité des journalistes qu’a porté la discussion.

  • walter benjamin
    janvier 13, 2011

    Le problème mes chers amis c’est que « les arabes  » ça n’existe pas, il y a 20 pays qu’on dit arabes, accepteriez-vous qu’on vous désigne par une particularité, suivie d’un crime commis souvent dans cette communauté : par exemple qu’on vous désigne par « catholique-pédophile » parce que beaucoup de pédophiles sont catholiques (et prêtres!), non, moi non plus. Ce discours relève de la bêtise pure et ne relève pas à mon sens du tribunal ….Un noir, un portugais, un juif ça n’existe pas en premier, ce sont des êtres humains d’abord …
    Bravo à ceux qui reconnaissent un arabe du premier coup, quelle compétence, quelle stupidité! Moi je suis 20 % breton, 15% portugais, 15% libanais, 30% alsacien etc .
    Qui suis-je pour vous ? Et vous, êtes vous sûrs d’être de purs français et cela garantit-il l’absence de criminalité : réfléchissez juste une minute…

  • Patti Debrito
    janvier 28, 2011

    It truly is appropriate time and energy to have the plans for the future and it truly is time for you to be happy. I have ought to see this post in case I really could I need to suggest you some interesting things or advice. Perhaps you could write next articles making reference to this post. I prefer to read more reasons for it!

  • Missy Agrela
    février 8, 2011

    I have been examinating out some of your posts and i can state pretty clever stuff. I will definitely bookmark your website.