Sarkozy à l’étranger…le Paf reprend son souffle.

par 4commentaires No tags 0


115130sarkozy%20television%20publique.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le psychodrame qui a vu ce week-end Nicolas Sarkozy s’emporter face aux annonces faites dans la presse d’une nomination imminente du patron d’Europe 1, Alexandre Bompard, à la présidence de France Télévisions, n’a pas finit de faire jaser. Chacun s’interroge depuis hier sur les conséquences du « coup de gueule» présidentiel, avec cette question: le schéma élyséen est-il aujourd’hui obsolète?

A ceux qui l’interrogeaient hier soir, le secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, assurait: «Bompard, c’est fini !» Derrière cette affirmation un brin martial, une simple posture : celui d’un haut dignitaire de l‘Etat, peu favorable depuis le début à la solution Bompard, qui s’empressait de calmer le jeu. En vérité, seul Nicolas Sarkozy détient la clé. Et pour l’heure, le chef de l’Etat n’a pas varié : si les cafouillages de ce week-end ont quelque peu grippé la communicationn présidentielle, ils ne remettent pas fondamentalement en cause sa décision. Agacé, celui-ci s’est envolé pour l’étranger, laissant tout en suspend.. Et chacun attend maintenant son arbitrage. Jusqu’à Alain Minc, qui, ce matin devant quelques journalistes, se montrait prudent, indiquant que son protégé, Alexandre Bompard, figurait toujours parmi les favoris. Ce qui est vrai.      

C’est ainsi que le patron d’Europe 1 demeure à l’heure qu’il est l’homme de la situation. L’Elysée n’a pas d’autre choix que celui-ci : toutes les pistes ont été explorées, puis abandonnées au fil des semaines. Jusqu’aux plus sérieuses. De Rémy Pfimlin, patron de Prestalis ( ex NMPP), jugé pas assez pugnace, «trop mou », au Château. A Patricia Barbizet, l’éminence grise de François Pinault, finalement écartée après que l’homme d’affaires chiraquien ait mis son veto.

Et le temps presse. Décidé à installer une nouvelle équipe à la tête de France Télévisions d’ici à la fin mai, Nicolas Sarkozy se doit d’annoncer le nom du nouveau PDG dans les jours qui viennent, compte tenu du long tunnel d’auditions, (commissions parlementaires et CSA), auxquelles le candidat du chef  de l’Etat va devoir se plier. Un « rétro-planning» qui oblige à précipiter les annonces. Or Alexandre Bompard,, dont tout le monde loue les qualités dans le Paf, est prêt. Son équipe est constituée, _ on parle de Ara Aprikian, le directeur des programmes de flux de Canal+ pour la direction des programmes_ et son projet d’entreprises abouti.

Mais l’Elysée a un problème. Et le même, toujours: Stéphane Courbit. L’attribution de la régie publicitaire de France Télévisions à l’ancien patron d’Endemol, (associé à Publicis), continue de faire des vagues. Et la perspective d’une campagne de presse hostile au jeune investisseur et producteur de télévision, proche de Nicolas Sarkozy, embarrasse et inquiète. Le Conseil d’administration de France Télévisions, qui se tient demain, devrait pourtant voir les représentants de l’Etat confirmer leur soutien à la solution Courbit, face à une équipe dirigeante hostile, mais…en fin de mandat.

C’est ainsi que le «cas» Courbit constitue un dernier écueil.

Or Nicolas Sarkozy peut parfaitement passer outre et considérer cette question comme secondaire: ce n’est pas une affaire d’Etat et l’opinion s’en contrefiche. Quant au CSA et aux commissions parlementaires, elles ne pourront aller contre un montage validé par l’Etat actionnaire. C’est l’évidence.  

Et du coup, les dés roulent chez Lagardère, maison mère d’Europe 1 : la succession de l’ancien patron des sports de Canal+ est à depuis quelques temps à l’étude. Informé de son intention par Nicolas Sarkozy, il y a déjà plusieurs semaines de cela, Arnaud Lagardère réfléchit à la suite. Va t-il confier les rênes de la station à Marc Olivier Fogiel, comme la rumeur, (et pas seulement), le laisse entendre? L’industriel n’est pas chaud. Dans l’attente de trouver le bon profil, Arnaud Lagardère confierait la station de la rue François 1er au patron de Lagardère Active, Didier Quillot. Qui prendrait Fogiel à ses côtés.

On le voit, rien n’interdit au chef de l’Etat, qui ne peut traîner ce dossier en longueur, de boucler l’ensemble assez vite. Et de tirer un trait sur l’ère Carolis.

Ce dernier se risquera t-il demain à un baroud d’honneur, en allant ferrailler avec l’Elysée sur la question de la régie publicitaire? Oui! L’hypothèse est plus que sérieuse et le Château hésite à aller au clash. Cela suffit pour le moment et l’absence du chef de l’Etat invite à la prudence….Un chapitre ubuesque et quelque peu indécent au moment où Patrick de Carolis s’épuise en interne, avec l’affaire des journalistes otages de France 3 qui prend depuis hier soir un tour dramatique.        

 
 

0
4 Comments
  • Jean Meyran
    avril 12, 2010

    Je suis assez rassuré de voir que dans mon pays, tout va suffisamment bien pour le Président n’ai rien d’autre à foutre que de s’occuper de la gestion de chaises musicales…

    Bonjour chez vous
    @jmeyran

  • thomas
    avril 12, 2010

    Pathétique ! (hélas)

  • Artémus
    avril 13, 2010

    Bompard risque de perdre son excellent salaire d’Europe 1 pour celui plus de deux fois moins élevé de président de FT et l’opinion n’acceptera aucune astuce style double-casquette pour double-salaire afin que ce personnage puisse conserver sa rémunération… à Vvoi.

  • Flore Delourme
    avril 14, 2010

    Bonjour, je suis française résidente à Pékin, et aujourd’hui Je soumets à votre appréciation la chose suivante, qui vient de laisser sans voix une partie de la communauté française ici à Pékin.
    Madame Idrac, en déplacement en Chine la semaine dernière, a choisi d’être logée à l’hotel Saint Régis, l’un des plus prestigieux établissements de la ville de Pékin… et de ce fait snobe complètement la pléthore d’hotels français de qualité présents à Pékin (groupe Accor donc Novotels, Sofitels, …)
    Ici, nous nous interrogeons vraiment sur l’opportunité, pour la secrétaire d’Etat du ministère français du commerce extérieur qui plus est, de dédaigner les établissements français au profit de leur concurrents américains lors d’un déplacement professionnel…
    Et vous ?