Merci Jean-Claude Camus !

par 14commentaires No tags 0

Jean-Claude-Camus_articlephoto.jpg

La publication d’un ouvrage sur Johnny Hallyday racontant les coulisses des quelques semaines qui ont vu  la vie du chanteur basculer l’hivers dernier, (*), a déclenché une mini-tempête qui m’amuse et me surprend. Cet ouvrage qui reprend le fil d’évènements qui ont agité la presse comme rarement aurait du s’échouer discrètement sur les linéaires des libraires, car après tout Johnny Hallyday ne mérite pas que l’on s’y attarde au point d’occulter une bonne partie du reste de l’actualité.
Mais voilà que le producteur de l’artiste, Jean-Claude Camus, chagriné à l’idée qu’on l’ait mis en avant dans cet ouvrage, au nom du rôle moteur qu’il joue auprès de l’artiste depuis des années, s’indigne: ce matin, sur RTL et dans les colonnes du Parisien. Pour faire court, celui qui a tenu les propos les plus invraisemblables à l’époque de l’hospitalisation de Johnny Hallyday, le tout sur fond d’intérêts financiers considérables, démolie allègrement l’ouvrage _ ce qui est son droit le plus strict_ et accuse le propre fils de l’artiste, David Hallyday, d’en avoir inspiré le contenu.

On pourrait passer des heures à reprendre le livre afin de répondre point par point, mais cela n’a pas grand intérêt. Jean-Claude Camus qui tient les rênes de la PME Hallyday n’aura pas donné tout au long de cette affaire l’image de sérénité et d’apaisement que l’on aurait été en droit d’attendre d’un fidèle collaborateur. Mais plutôt celle d’un entrepreneur inquiet et attaché à sauvegarder son activité et celle de son client. Et cela même au plus fort de la crise qui vit le chanteur faire l’objet de nécrologies dans toutes les rédactions de France et de Navarre. Je suis sévère et j’ai des raisons de l’être depuis que je lis dans sa bouche que nous aurions été, Catherine Rambert et moi, les scribes, les «nègres » de David Hallyday.

C’est insultant. Comment imaginer une seule seconde que le propre fils de Johnny Hallyday prenne le risque de divulguer à un journaliste des informations relevant de la vie privée et de la carrière d’un père !! Comment oser avancer que ce jeune homme, réservé, fragile, qui se défie de la presse, se soit aventuré à confier à un journaliste, qu’il a vu deux fois dans sa vie, des secrets de famille dont on sait le caractère éminemment sensible!! Comment être aussi cavalier pour penser que j’aurai pu extirper à David Hallyday des confidences aussi intimes!! Je me souviens avoir enregistré pour l’Express, lors de l’une de ces deux rencontres avec David Hallyday, un entretien destiné à être publié, entretien dans lequel ce dernier expliquait son étonnement et sa tristesse face au spectacle qu’il avait découvert au Cédars-Sinaï de Los Angeles : la chambre de son père assiégée par les peoples, la noria des journalistes, l’impudence des déclarations des pique-assiette de service…A peine rentré au journal, l’intéressé m’avait appelé pour me demander expressément d’oublier cet entretien et de ne rien publier. Au nom de la protection du clan Hallyday et de l’intimité de son père.

Et Jean-Claude Camus voudrait que ce soit ce même garçon, scandalisé lui aussi par ces allégations, qui se répande en sous-main, cornaqué par son associé et ami Cyril Viguier. Pathétique. Comment avons nous travaillé? A l’ancienne, monsieur Camus. En interrogeant des avocats, des médecins, des journalistes, d’anciens producteurs et d’ex amis d’Hallyday…Bref la routine. J’entends même que certains avocats proches du dossier Hallyday nous auraient communiqué des pièces confidentielles, de source médicale !! Si cela avait le cas, croyez-moi, nous en aurions fait nos choux gras. Mais là aussi, rien nous a été donné.

Cet épisode ubuesque m’aura en tous les cas confirmé une chose. Il n’y a pas pire milieu que celui du spectacle, pas pires cénacles que ceux qui gravitent autour de stars aussi puissantes qu’Hallyday, quand tout s’entremêlent et s’exacerbent: argent, pouvoir,  jalousies.  Mais merci à Jean-Claude Camus de cette promotion involontaire. Merci pour ses allégations. Et merci à lui qui me permet de dédouaner le fils d’un chanteur, qui ne mérite pas d’être jeté ainsi en pâture.

* Johnny. Les 100 jours où tout a basculé". Catherine Rambert, Renaud Revel. Editions First. 

0
14 Comments
  • rouen76
    mai 6, 2010

    Et tu es rédacteur en chef médias avec un français minable et truffé de contresens comme ça ?

  • bobyop
    mai 6, 2010

    Vous écrivez un livre sur Johnny et vous vous étonnez du ramdam et de la polémique, très crédible…

  • Phyllide
    mai 6, 2010

    Pour quelqu’un qui trouve qu’un fait aussi mineur que l’hospitalisation de Johnny ( ce qui est vrai) ait occulté l’actualité autrement plus importante, je trouve que vous vous intéressez beaucoup à des faits mineurs et sans aucun intérêt pour un journaliste, puisque vous vous réclamez de cette profession.

  • demitrius
    mai 6, 2010

    « Cet épisode ubuesque m’aura en tous les cas confirmé une chose. Il n’y a pas pire milieu que celui du spectacle, pas pires cénacles que ceux qui gravitent autour de stars aussi puissantes qu’Hallyday, quand tout s’entremêlent et s’exacerbent: argent, pouvoir, jalousies ».. je ne vous le fais pas dire, en effet, et vous en faites partie, car je suppose que le fric que cela va vous rapporter, vous allez le donner aux pauvres !!!!

  • Markus
    mai 6, 2010

    Vous avez bien fait Renaud, d’écrire ce livre qui démontre ce que l’on pressentait déjà. Le milieu du show-biz, s’il brille par les paillettes, est moins reluisant dès qu’on lui ôte son clinquant. Quant à ceux qui vous critiquent… laissez dire… je dirai même que dans ce monde où la pensée unique est la reine des aveugles, être critiqué est un Honneur. Félicitations !

  • RDR
    mai 6, 2010

    Le nombre de types qui viennent sur ce blog pour démolir Renaud Revel m’agace. Y’a un jour où il va s’arrêter de le tenir (on sent déjà des sautes d’assiduité…) et je perdrais un truc intéressant à lire.
    Vous pouvez ne pas être d’accord avec lui et lui dire. Mais pas la peine de balancer insultes et mépris. Allez faire un tour ailleur si vous avez des poussées d’urticaire. Demetrius, t’es un champion. Putain, la route est longue encore pour toi.
    Ceci dit, Renaud, le « je lis dans sa bouche » est assez énorme.
    Keep going.

  • demitrius
    mai 7, 2010

    RDR : le début de mon commentaire n’est que la copie de ce qu’il dit. Et en effet, je suis d’accord lui, le monde gravite autour des stars. Ce qui me gêne c’est qu’il fait exactement ce qu’il critique. Ecrire un livre sur Johnny vu le ramdam que cela a fait, vous pensez bien qu’il était sûr qu’il allait se vendre, donc en effet business is business, et son sujet était sûr de lui rapporter..Facile….Alors puisque le monde du spectacle, c’est l’argent, il crache dans la soupe, car son argent, il va en faire quoi. Ah me direz-vous, son travail…Ah ouais, travailler sur ce sujet si facile et si sensible….Un petit détail, je ne vous permets pas de me tutoyer.. Si vous n’aimez pas qu’on tienne des propos insultants ou méprisants à l’encontre de R.Revel, cela vaut pour moi également. Et puis, de dire ma vérité, (qui n’est ni insultante ni méprisante d’ailleurs, c’est juste mon constat ) sur le sujet est aussi louable que sa vérité….Il y en a assez de la pensée unique ambiante…

  • Pierre Danon
    mai 7, 2010

    Vous citez à peu prés toutes les semaines Cyril Viguier – réputé pour sa capacité à utiliser les réseaux- dans vos confidentiels, et vous vous vouez faire croire qu’il ne vous a pas alimenté??? Allons!

  • Quels
    mai 8, 2010

    Bonjour,
    Je suis un fan d’hallyday, et je ne m’en excuserai pas. il est clair que tout ce remu ménage autour de cette hospitalisation peut étonner, j’ai personnellement été scandalisé que pendant ces quelques jours où Hallyday était plongé dans un coma artificiel tout et n’importe quoi ait été dis. Certaines vérités ont peut-être été dites également mais quel est l’interet de livré sur la place publique des informations privées sur l’artiste, son producteur et leurs rapports communs? L’interet monsieur revel il est clair comme de l’eau de roche. L’argent! Le même argent qui faisait peut être perdre son sang froid à M. Camus en décembre dernier mais lui en plus des enjeux financiers avait des enjeus personnels car Johnny qu’on le veuille ou non est son ami!! et ça c’est sans doute le plus important. je ne traiterai pas votre livre de torchon car je ne l’ai pas lu mais se faire de l’argent en faisant du mal à des gens comme Hallyday, des gens qui finalement n’ont fait que donner du rêve et de l’espoir aux petites gens toute leur vie, vous n’êtes pas le premier à le faire, vous n’avaez rien inventé. Le sujet était facil et forcéement quand le prénom « JOHNNY » est affiché sur un produit c’est succès garanti. Quand vous aller au restaurant et que vous manger bien vous n’aller pas voir dans les cusine comment votre repas est préparé l’important c’est ce qu’il y a dans votre assiette! Quand vous acheter un disque ou aller voir Johnny Hallyday en spectacle ce qui compte c’est ce qui est sous vos yeux, ce qui se passe en cuisine ne regarde que lui. Je pense Hallyday assez grand pour prendre ses décision tout seul, si il a fait des erreurs il les assumera financierement et moralement mais je pense inutil d’en rajouter une couche comme vous le faites. Il est facil de vouloir se créer une notoriété grâce à celle que des artistes ont mis 50 ans à créer la leur… ce qui fera vendre votre livre c’est le « JOHNNY » écrit sur la couverture le nom des auteurs n’est qu’une information telle que le code barre de la pochette. Vous ne sortirez pas grandi de ce projet.
    Avec mes cordiales salutations Quels

  • Renaud Revel
    mai 8, 2010

    Je suis heureux de cette réaction. Elle correspond, point par point, à mon état d’esprit et au désolement qui me prend par instant, (vous le savez, je l’ai souvent écrit), face à des critiques que j’ai toujours trouvé suspectes. Il est en effet assez attristant de voir toujours les mêmes me tomber sur le dos sans autre but que de me régler mon compte. Pas d’arguments, aucunes réflexion, pas le début d’une pensée construite: seulement l’anathème. Il y a derrière les signataires de ces messages quelques joyeux confrères, j’en suis convaincu, qui règlent des comptes obscurs, tout cela le plus souvent à l’abri d’un simple prénom, donc sous couvert d’anonymat,
    Il y a également des gens qui estiment que je suis un complet abruti, acheté par les uns, instrumentalisé par les autres, forcément de parti pris et bien évidemment, comme tout journaliste qui se respecte, de mauvaise foi et sous influence.
    Jean Cocieau a dit un jour:  » le problème, aujourd’hui, c’est que la bétise se met à penser ». J’ai fait mienne cette maxime depuis longtemps.
    Quant à vous, cher lecteur, vous avez dit l’essentiel. Je ne demande pas à être lu par le plus grand nombre. Que ceux qui ne me supportent pas, passent leur chemin. Par pîtié, qu’ils s’éloignent de ce blog et qu’ils trouvent un autre os à ronger!
    Mais ne croyez pas que j’ai levé le pied ces derniers jours en raison de la présence sur cette page de quelques excités. Non, car j’ai le cuir solide.
    Mais la sortie de ce petit livre sur Hallyday et ma charge de travail à l’Expres m’ont simplement beaucoup accaparé ces derniers jours. Et me revoilà…

  • Renaud Revel
    mai 8, 2010

    Je comprends la réaction du fan. Et ayant vu Hallyday sur scène à plusieurs reprises, je suis de ceux qui sont pantois face à la qualité de ses prestations scéniques. Ne vous y trompez pas: ce petit livre n’est en aucun cas un livre à charge contre le chanteur. Aucunement. Catherine Rambert et moi avions simplement été abasourdi, l’hivers dernier, souvenez-vous, par l’énorme tohu-bohu médiatique qui avait accompagné les problèmes de santé de Johnny Hallyday et la bataille financo-médico-juridique qui s’ensuivit.
    Souvenez-vous aussi que durant 48 heures, il n’était question que de la mort de ce dernier. Et qu’à cette époque, il n’était pas une rédaction en Frabce qui ne prépare pas une nécrologie du chanteur.
    Cet épisiode a vu se mobiliser non seulelent l’ensemble des médias, mais également des responsables politiques de premier plan, puisque Nicolas Sarkozy s’en est mêlé.

    Au delà de l’image d’épinal et des récits ripolinés sur Hallyday, il nous ait apparu opportun de refaire simplement l’enquête sur ces quelques jours qui ont vu la vie de cette star « basculer ». Pas plus, pas moins. C’est un travail journalistique qui met à jour la face cachée d’un chanteur solitaire, mal entouré et dont le succès attise toujours les convoitises.

    Vous savez, j’ai hésité avant d’écrire, avec Catherine, ce livre. Mais regardez depuis 2 jours!! l’hystérie, la violence, les excès, les polémiques, qui l’accompagnent!! je n’avais jamais vu cela depuis très longtemps.
    C’est peut être parce que le personnage le mérite et que la PME Hallyday valait peut-être un récit.

  • anderea
    mai 9, 2010

    @RDR :beaucoup de gens savent pas s’exprimer sans démolir c’est comme ça!comme si ils avaient un doute de ce qu’ils pensent!
    quand on démolit on doit être capable d’apporter la preuve de ses dires ou qu’on se taise non!

    *le chapitre halliday:bien au delà de son talent qui n’est pas remis en cause..
    mais j’en ai assez de ces artistes qui prennnent la France comme une vache à lait sans participation de la fiscalité;comme les sportifs qui habitent hors France mais sont payés par la France et soignés parcequ’ ils sont aussi des grands consommateurs de soins.
    dailleurs à ce sujet la femme d e mr Baroin a décidé de se fiscaliser en France il serait temps!

  • otello
    mai 9, 2010

    j’ai lu le livre(pas acheté ça va pas ,non,)
    aucun intérêt,que celui de satisfaire les ego des 2 journalistes (surtout Mme Rambert) ,c’est un livre inintéressant fait par des journalistes pour des journalistes…

  • Coquelicot
    mai 15, 2010

    Marre de Johnny Hallyday, ce chanteur qu’on nous présente comme LA star française ..
    En quoi serait-il français, lui qui se félicite de payer un minimum d’impôt dans notre pays et qui il y a quelques mois demandait sans l’obtenir la nationalité belge ..
    Et pourquoi ne pas retirer leur nationalité française à tous ces artistes ou sportifs domiciliés à l’étranger pour y payer un minimum d’imp^ts ?
    J’ai adoré le sketch du groupe de comiques d’ Action Discrète qui sur C+ ont poursuivi des joueurs de tennis qui jouent pour la France mais paient leurs impôts ailleurs, quelle gène chez ces Mrs d’être soutenus par des fans vétus de maillots et de drapeaux suisses.
    Et à côté de ça on entend le ministre Hortefeux vouloir déchoir un mari de femmes voilées de la nationalité française …

    Qu’il nous lâche Johnny Hallyday, qu’il aille faire son beurre là où il paie ses impôts, marre de voir tous ces profiteurs nous squatter pour remplir leur compte en banque et aller dépenser leur fric ailleurs sans vouloir verser leur écot au passage !