France Télévisions: l'ère du soupçon.

par 5commentaires No tags 0

off_sarkozy_france3.jpg

Que l’on ne s’y trompe pas. Peu importe que le nouveau PDG de France Télévisions, Rémy Pflimlin ne soit pas homme à grimper sur les tables et à soulever les foules. Ou qu’il soit dépeint comme une personnalité «anti bling-bling» ( Libération). Peu importe que l’on dise qu’il n’était pas l’élu de cœur du chef de l’Etat et que sa nomination procède d’une opération de billard politique à trois bandes: je te sors Blanc, je t’exfiltre Joyandet, en priant que l’affaire Woerth s’évapore avec l’été. Et je tente une diversion en nommant à France Télés une personnalité sur laquelle la presse et le PS n’auront pas de prise…Roulez jeunesse !

Peu importe, enfin, qu’Alexandre Bompard, (Europe 1), ait été recalé : bien que brillant, sympathique et dynamique, nommé à la tête de France Télés et à peine installé dans le fauteuil de Patrick de Carolis, l’ancien cadre de Canal+ serait devenu, illico, le sherpa du chef de l’Etat. Et notre véloce patron d’Europe 1 aurait pris vingt ans d’age et perdu 10 kilos, en  six mois.
 
Que l’on ne se méprenne pas, je n’ai rien contre Rémy Pflimlin, que j’ai croisé par le passé à France 3 : Personnalité courtoise et passionnée, il est de ces hiérarques avec lequel il est toujours agréable de débattre. Homme de consensus, je fais le pari que son quinquennat se déroulera comme sur des roulettes : sans esbroufes, ni carambolages. Car en vérité, depuis que Nicolas Sarkozy a imaginé refondre à la hussarde le mode de nomination des patrons de la télévision publique l’identité et le profil du PDG de France Télés n’ont qu’assez peu d’intérêt.

Il faut interroger, comme je l’ai fait souvent, les deux désormais anciens dirigeants de cette maison, Patrick de Carolis et Patrice Duhamel, pour prendre conscience du caractère impraticable d’un poste en trompe-l’œil. J’ai été abasourdi du traitement de choc qui leur a été réservé ces deux dernières années et de la manière dont le chef envisage et organise sa relation avec des responsables de chaînes traités comme de simples rouages d’une administration. Convocations à répétition l’Elysée, admonestations en rafale, coups de gueules et rappels à l’ordre : l’enfer au fil des semaines. La presse qui a relaté nombre d’anicroches entre le locataire de l’Elysée et le tandem de France Télés est loin d’imaginer la réalité.

Nous voilà ainsi entré dans l’ère du soupçon. Désigné par le CSA, Patrick de Carolis pouvait se prévaloir d’un mandat accordé par une instance de régulation présumée indépendante: En façade, cet affichage avait le mérite de l’affranchir du politique et d’un actionnaire, l’Etat, qui ne l’avait pas choisit. Il fut d’ailleurs bien placé pour le savoir.

Rémy Pflimlin, lui, est parachuté tout droit de l’Elysée. Feuille de route, organigramme, plan stratégique, tout va être validé par un président de la République dont on me dit que l’agenda se remplit à vu d’œil depuis hier: producteurs et journalistes amis font le siège de son bureau afin de figurer en bonne place dans le train qui démarre. Mais personne ne s’insurge vraiment qu’un PDG fraîchement nommé soit obligé d’aller à l’Elysée faire valider sa stratégie et quelques postes clés,  (information et programme).
 
Tout cela n’est plus audible.  Comment des professionnels de ce secteur peuvent-ils accepter de briguer des postes corsetés à ce point ? Comment une démocratie peut-elle tolérer un système aussi décati, qui sidère les Anglo-saxons quand on les interroge? Le PS a beau jeu ce matin de dénoncer la mascarade, à l’image de Catherine Tasca dans Libération toujours, mais il oublie que l’instrumentalisation de la Haute Autorité, puis du CSA, par le passé, permit à la mitterrandie de remplir les placards de journalistes indésirables et de verrouiller des chaînes de la même manière.

h-20-1563806-1244115538.jpgC’est d’une télévision adulte, libre, débarrassée de tous ces  oripeaux, dont ce pays a besoin. Et non d’un système ranci, mis en place par la droite et entretenu par la gauche, qui place le PDG de France Télévisions dans la position d’un obligé du chef de l’Etat. On peut souhaiter sincèrement bonne route à Pflimlin, dont hélas chacune des décisions importantes qu’il prendra, à compter de la mi août, sera forcément examinée à l’aune de sa relation avec le président de la République. L’équilibre est difficile, la marge de manoeuvre est faible, le passage étroit.. Et l’horizon de la présidentielle rend le challenge périlleux.  
 

  
 

0
5 Comments
  • agp graphics card
    novembre 18, 2010

    A sin confessed is half forgiven.

  • cieaura
    février 1, 2011

    Hi this is somewhat of off topic but I was wanting to know if blogs use WYSIWYG editors or if you have to manually code with HTML. I’m starting a blog soon but have no coding expertise so I wanted to get guidance from someone with experience. Any help would be greatly appreciated!

  • Automated Home Profits
    février 10, 2011

    I reckon something genuinely special in this website .

  • Automated Wealth Package
    février 10, 2011

    yeah bookmaking this wasn’t a high risk determination outstanding post! .

  • Game Copy Wizard
    février 10, 2011

    Pretty nice post. I just stumbled upon your blog and wished to say that I have truly enjoyed surfing around your blog posts. In any case I will be subscribing to your rss feed and I hope you write again soon!