Dassault aux portes du Parisien: pour François Hollande, "il est urgent de légiférer".

par 7commentaires No tags 0

 

On la disait sans avenir, inexorablement dévorée par Internet et du coup promise à une extinction lente… Mais voilà que la presse quotidienne nationale et ses principaux titres résiste, se rebiffe et attise comme jamais les convoitises d’une foule d’investisseurs venus d’horizons très divers. Se retrouvent aux portes de certains de ces titres ou déjà aux commandes d’autres, _ qu’il s’agisse du Monde, de Libération, de France Soir ou encore du Parisien-Aujourd’hui en France_, des financiers, des industriels de la presse et des fonds d’investissements prêts à déverser des sommes considérables là où personne n’aurait osé s’aventurer il y a encore six mois, quand chacun s’interrogeait sur la pérennité d’un marché fragile, confronté à l’érosion croissante de ses recettes publicitaires et à une baisse des ventes.

En témoigne les récents chiffres de l’OJD, le juge de paix de la presse française: au cours du premier semestre de cette année la plupart des quotidiens nationaux français ont vu leurs chiffres de vente orientés à la baisse. Seul L’Equipe a réussit à se démarquer : grâce à la Coupe du monde de football de juin dernier, ce fleuron du groupe Amaury a vu ses ventes  progresser de 4,9%, (à 295 000 exemplaires). Mais si entre janvier et juin, Le Figaro est resté le premier quotidien national français, en terme de diffusion, avec une performance quasi nulle sur un an, (+ 0,5%), des titres comme Le Monde (- 1,7%), Les Echos (-1,5%), La Croix (-1,6%), ont vu leurs résultats s’effriter. Avec une diffusion quasi stable, Libération a quant à lui tout juste équilibré ses ventes, (+0,2%). Quand Le Parisien piquait du nez, avec une baisse inquiétante de sa diffusion, (-3,1%) et que sa déclinaison nationale, Aujourd’hui en France, accusait pour sa part une chute brutale de 7,1%. 

Malgré ces résultats en dent de scie et une conjoncture économique pour le moins fragile, cette famille de presse est l’objet de nombreuses convoitises. Après le renflouement de France Soir, fin 2009, (à hauteur de 50 millions d’euros), par l’oligarque russe, Sergueï Pougatchev, et le rachat du Monde, (pour 110 millions d’euros), par un trio d’investisseurs composé de Pierre Bergé, de Xavier Niels et de Mathieu Pigasse, c’est maintenant au tour de Libération de s’apprêter à être renfloué, (à hauteur d’une dizaine de millions d’euros) et au Parisien et son petit cousin, Aujourd’hui-en-France, deux quotidiens propriété du groupe Amaury d’être convoités à leur tour par une série d’investisseurs, au premier rang desquels l’industriel et propriétaire du Figaro, Serge Dassault.

Il ne faut pas être grand clerc pour avancer que la perspective de la présidentielle de 2012 entre pour une bonne part dans cette ébullition, que l’approche de cette élection incite les uns et les autres à investir dans des titres appelés à jouer un rôle à l’horizon de cette échéance politique: qu’il s’agisse du Monde ou du Parisien, ces deux titres sont aujourd’hui regardés par les investisseurs moins comme des placements florissants, que comme des relais d’influence. Recevant à l’Elysée début septembre quelques journalistes, Nicolas Sarkozy avait expliqué que la vente du Parisien était un sujet important qu’il ne négligeait pas, bien au contraire.

A bon entendeur…C’est ainsi que l’entrée en lice de Serge Dassault n’est pas un hasard. L’industriel qui se dit prêt, en privé, à tous les efforts pour l’emporter surenchérira à toutes les offres concurrentes. A commencer par celle, solide, de Fondations Capital : associé au Soir de Bruxelles, ce fond d’investissement, qui dispose d’une enveloppe d’environ 130 millions d’euros pour cette opération aura ainsi beaucoup de mal à s’aligner sur la fourchette de prix fixé par la famille Amaury,_ aux alentours de 170 millions d’euros. Ce qui n’est pas le cas de Serge Dassault : «Mon père s’est offert un train avec Le Figaro, maintenant il veut y accrocher quelques wagons», ironisait ainsi récemment l’un des fils de l’entrepreneur que les rêves de « papivore» rendent pour le moins perplexe… 

Et il n’est pas le seul. Au sein des rédactions des deux titres, c’est également l’inquiétude. Que fera Dassault de ces journaux ? Une feuille électorale mise à la disposition de Nicolas Sarkozy? C’est la crainte exprimée par une partie de la classe politique. Après un quarteron de députés villepinistes en colère, c’est au tour de responsables du Parti Socialiste, dont François Hollande, (voir encadré), de dénoncer le risque de mainmise de Nicolas Sarkozy, par l’intermédiaire de  l’un de ses affidés, sur une partie de la presse quotidienne nationale française: hostile à la constitution d’un «axe» qui verrait, selon eux, Le Figaro et ce groupe de presse, composé du Parisien et d’Aujourd’hui-en-France, rouler le moment venu comme un seul homme pour le candidat Sarkozy, une partie de l’UMP, des élus du Nouveau Centre et l’ensemble du PS s’apprêtent à ruer  dans les brancards. Diffusé à 300 000 exemplaires, auxquels il convient d’ajouter les 170 000 exemplaires d’Aujourd’hui en France, ce quotidien populaire est devenu un enjeu politique. Le Monde et Libération, d’un côté, Le Figaro et Le Parisien, de l’autre : il n’est  pas sûre que cette forme de bipolarisation de la presse quotidienne nationale fasse à terme les affaires de ces journaux. Sévères à l’égard d’une profession soupçonnée de faire le lit des politiques, les Français n’ont de cessent de se défier des journalistes. Et l’inféodation du Parisien aux intérêts d’un camp risquerait de nuire dangereusement à l’image de ce titre.

Interrogé à propos du projet de reprise du Parisien par Serge Dassault,  l’ancien Premier secrétaire du PS, François Hollande, estime que « si Europe 1 ne peut pas racheter RTL, au nom de règles anti-concentrations très claires fixées par la loi, il est impensable qu’un même industriel, membre de l’UMP et qui plus est proche du Président de la République, dont le groupe dépend directement des commandes de l’Etat, puisse ainsi posséder deux des titres les plus importants de la presse Française ». 

Et Hollande d’ajouter, «Il est urgent que l’on fasse évoluer la loi et qu‘on l’étende à la presse écrite, de manière à interdire de tels phénomènes de concentration et à éviter cette volonté de mainmise sur un pan entier de la presse de ce pays. Oui, il est urgent de légiférer».

0
7 Comments
  • boissonnet
    septembre 29, 2010

    Et pour vous, Le Monde, Libé, MédiaPart et le Nouvel Obs ne sont pas des « relais d’influence » de la gauche ?

  • Philippe Gault
    septembre 29, 2010

    Et le fait que Mathieu Pigasse,propriétaire des Inrockuptibles, clairement identifié comme hebdomadaire de gauche soit également, avec Pierre Bergé et Xavier Niel, actionnaire majoritaire du Monde n’a pas l’air de déranger M Hollande et les moralisateurs du PS ? En revanche, personne dans ce même PS pour applaudir lorsque Hachette, TF1 et la Caisse d’Epargne se sont associés, au nom du pluralisme, pour reprendre 20 % de l’Humanité et permettre ainsi au quotidien de survivre en 2001. Le groupe le Nouvel-Observateur n’a qu’à faire une offre pour le Parisien !

  • Pamela Gekas
    novembre 13, 2010

    You’ll only see this germane to once in a blue moon.

  • Sifali Bitkiler
    novembre 19, 2010

    Hi friend did you’r have other documents ? I look after letter evolve for my dad … ..

  • akyaka apart
    novembre 19, 2010

    Hello guy do you’r had old links ? I like clerical evolve pro me … ..

  • http://www.katrinsgoodiebag.se/blog/frans/ros-i-toaletten
    novembre 19, 2010

    Hello mans did you’r have other videos ? I enjoy clerical advance so my friend … ..

  • Örgü
    novembre 20, 2010

    Hello friends did you’r have other sites ? I care clerical improve so my friend … ..